Publicité

Purple Ashes - Dreamers In Sleepless Night

Entre rock et électro, Purple Ashes est de retour avec Dreamers, un nouvel EP riche de quatre titres, qui sort le 20 mai 2021.
On retrouve au sein de Purple Ashes la chanteuse Clémence de la Taille et son complice Syan. Leur musique s'inspire du trip-hop, de l'électro-pop sans ignorer le rock, mais toujours sous forme de chansons aux mélodies mémorables. Aux claviers, Syan impose ses nappes funambules, en équilibre entre tempo électro, machines et arpèges fous.
Après Get My Way, le duo dévoile la vidéo de Dreamers in Sleepless Night. Et si les rêveurs ne dormaient plus ? Le clip détourne les films Métropolis, 1927, (Fritz Lang), Faust, 1926, et Nosferatu, 1922, (Murnau) pour nous entrainer dans un rêve, ou plutôt un cauchemar.
Le titre met en parallèle une société sous contrôle, comme un hypnotisme de masse, et des rêveurs, qui, en l’absence de sommeil, perdent toute notion de la réalité : dormir étant une fonction vitale, et le rêve permettant à l’inconscient de se défouler.

Et si les rêveurs ne dormaient plus ? Ce clip met en parallèle une société sous contrôle, comme un hypnotisme de masse, et des rêveurs, qui, en l’absence de sommeil, perdent toute notion de la réalité : dormir étant une fonction vitale, et le rêve permettant à l’inconscient de se défouler. Pour illustrer le propos, un « recut » (redécoupage) de films expressionnistes allemands de l’entre-deux guerres est réalisé, mêlant ainsi trois intrigues pour créer cette narration.
Ainsi, Métropolis, 1927, (Fritz Lang), Faust, 1926, et Nosferatu, 1922, (Murnau), sont détournés dans une approche rythmique forte, nous laissant observer des personnages déboussolés, perdus, totalement en dehors de la réalité, tenant à peine sur leurs jambes. Petit à petit, une masse de personnes s’impose, opérant comme lobotomisée des tâches communes. Il s’agit évidemment ici d’une critique de cette société, de moins en moins capable de penser par elle-même, détournée du réel, traitée en masse. Un clip comme un rêve, ou plutôt un cauchemar, mais où l’humour s’invite, en filigrane avec subtilité. "

Retour

Clip

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire