Publicité

Les Rivières Obscures - Nicolas Paugam

Il suffit d’écouter “Le bègue du Klondike” ou ”L’homme heureux” (où l’on retrouve JP Nataf des Innocents), de Nicolas Paugam, pour reprendre espoir. Textes, musique, voix, production, tout échappe à la normalisation, la surprise est au bout du refrain, la qualité aussi : “Padre Padrone” est un album superbe, un album d’aujourd’hui, appelé à durer.
“Au camping des frontières ou marchant sur l’eau comme Jésus en l’air, du Soudan des voyageurs impénitents…” : en quelques mots la messe est dite, Paugam jette par-dessus bord fadaises sociétales et exercices d’indignation, et lorsqu’il écrit “Ce Vaccin”, le virus n’existe pas encore.
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam