Les festivals à jauge debout ne se voient toujours laisser aucun autre choix que de forcer leur public à s’asseoir ou d’annuler leur édition 2021. Les organisateurs de ces festivals en appellent une dernière fois au ministère et mobilisent leurs publics.

Au-delà de la logistique coûteuse et complexe qu’implique pour ces organisateurs la mise en place d’une configuration assise, et leur réduction à 5000 spectateurs avec distanciation, cette disposition dénature l’essence même de leurs festivals. Comme en témoignent plusieurs sondages récents, en lien avec le « Dehors en Citoyen », nouveau slogan du gouvernement face au Covid, si les festivaliers dans leur immense majorité acceptent les règles sanitaires (port du masque et présentation d’un résultat de test notamment), ils désapprouvent le fait d’être privés de festivals en raison des règles du jeu fixées par le Ministère de la Culture.

Ces règles s’imposent, alors même que les producteurs de spectacle sont actuellement engagés dans l’organisation d’expérimentations sous la forme de concerts-tests précisément pour permettre la tenue de spectacles debout dans les meilleures conditions sanitaires possibles, et tandis que d’autres secteurs (transports en commun, commerces, etc.) permettent déjà cette proximité debout, sans que cette situation n’interroge. Aujourd’hui, partout en France, les organisateurs de festivals à jauge debout sollicitent le soutien de leurs publics : ils les appellent à relayer des photos représentant des chaises vides, prises sur le site même de leurs festivals favoris.

Le message adressé au gouvernement est le suivant :
Le Ministère de la Culture impose aux festivals des conditions impossibles à tenir, en limitant le nombre de spectateurs et en les forçant à rester assis.


Le hashtag #deboutlesfestivals accompagnera la diffusion de ces messages sur les réseaux sociaux, portés par les organisateurs de festivals à jauge debout. La chaise, imposée par le ministère de la Culture, restera vide : dans leurs versions initiales, les festivals concernés par cette mobilisation se tiendront debout ou ne se tiendront pas !

Les jours à venir seront décisifs pour ces festivals. Les organisateurs de festivals devaient rencontrer la ministre de la Culture ce mardi 23 mars, réunion reportée - à cette occasion, nous souhaitons un prompt rétablissement à Madame la Ministre Roselyne Bachelot. Si les règles qui s’imposent à eux n’évoluent pas, et si aucun calendrier à moyen terme n’est proposé (le schéma de reprise présenté par le gouvernement en février ne concernant pas les spectacles à jauge debout), ce seront des centaines de milliers de festivaliers, dont une majorité de jeunes, qui seront privés de leurs festivals un été de plus. Les délais incompressibles d’organisation seront en effet bientôt trop courts pour permettre aux organisateurs de confirmer et maintenir les festivals cet été.

Soutenez vos festivals qui se mobilisent :
American Tours festival, Bagnos Reggae festival, Beauregard, Cabourg mon amour, Délices sonores St Tropez, Dream nation, Eurockéennes de Belfort, Festival du rocher, festival du roi Arthur, fête du bruit dans Landerneau, Festival de Nîmes, fête du bruit dans Saint Nolff, Foire aux vins de Colmar, Freemusic festival, Hellfest, Main Square, Marseille jazz des cinq continents, Marvellous island, Mas des Escarvatiers, Interceltiques de Lorient, Montélimar Agglo festival, Motocultor festival, Musilac, No logo Bzh, Osophère, Panorama festival, Peacock society open air festival, Petites folies, Pharaonic, les plages électroniques, Printemps de Pérouges, Rock en seine, Roscella Bay, Summer festivalhale, soirées de la Citadelle, Touquet music beach festival, We love green...