La Cie Pistë avance à grands pas dans son tout-premier projet : Ici nos yeux sont inutiles passe enfin au plateau, cet été !

Après une session d’enregistrement de voix à la Muse en Circuit – CNCM en janvier, une lecture au Théâtre de la Reine blanche en avril, une sélection à la Journée de repérage artistique de la Pop & Théâtre de Vanves en mai, nous investirons le plateau de la Fabrique du 26 juillet au 11 août 2021 !

Basés en Bourgogne, c’est tout naturellement que nous aurons le plaisir de faire notre 1e étape de travail au plateau de la Fabrique (Saône-et-Loire), notre parrain d’Affluences, réseau de théâtres bourguignons.

Pour l’heure, nous avons lancé une collecte de fonds sur la plateforme HelloAsso visant à nous soutenir dans cette étape importante. La collecte arrive déjà à 20% de l’objectif souhaité ! Nous sommes honorés et touchés de la générosité des premiers donateurs que nous remercions vivement. Pour ceux qui n’auraient pas encore vu les détails de cette levée de fonds.

Un secret doit être caché dans les entrailles de la terre. Une course contre la montre oppose une multinationale finlandaise pressée d’enfouir ses déchets nucléaires et une archéologue à la recherche du moment où tout a basculé…

Pour sa première création, la Compagnie Pistë fait le choix de faire découvrir en France une autrice finlandaise majeure : l’œuvre de Laura Ruohonen scrute avec poésie et humour l’interaction entre l’homme et son environnement.

Pour donner vie à cette création, la metteuse en scène Parelle Gervasoni (qui signe également la traduction) s'entoure de comédiens de renom issus, pour la plupart, de la Comédie de Saint-Etienne (René Turquois, Manon Raffaelli, ou encore Bénédicte Mbemba) où elle a elle-même collaboré pendant six ans aux côtés d’Arnaud Meunier en tant que dramaturge et assistante à la mise en scène.

Ici nos yeux sont inutiles, par ce titre, Parelle Gervasoni a souhaité interroger les regards, questionner les illusions de notre caverne et souligner la force des invisibles.

Un mythe de la caverne revisité

Une grotte, en apparence déserte, reçoit la visite d’un trio loufoque, un trio d’ingénieurs aussi exalté que dépassé par la mission qui lui a été confiée : trouver un lieu suffisamment résistant pour y enfouir des déchets nucléaires pendant 100 000 ans. Et si cette grotte était la bonne ? Certes, des peintures rupestres d’il y a peut-être 100 000 ans viennent d’y être découvertes, mais la survie de l’humanité pèse toujours plus lourd que ses origines, non ? Alertée, une archéologue intrépide part sur les traces des hommes des cavernes et brise la solitude du gardien chargé de contrôler l’accès des scientifiques à la grotte, un homme barricadé dans sa caverne à lui, à l’abri de l’agitation extérieure, à l’abri de l’amour.

Mais, face à ces intrusions à répétition, la grotte usera de subterfuges surnaturels pour désorienter ses visiteurs qui croiront alors entendre des voix d’un autre temps. Car, pour se défendre, la grotte fait résonner des vérités oubliées. Encore faut-il prêter l’oreille. Car ici nos yeux sont inutiles.