Publicité

Programme ARCA : le film des frères Aguesse

Les frères Aguesse sont scénaristes et réalisateurs depuis 2017. Leur premier film Le dernier Vermouth a été réalisé en 2018 et a été projeté dans plus d’une dizaine de salles de cinéma et dans plusieurs festivals.
Leur deuxième court-métrage, Programme ARCA, est actuellement en production, l'occasion de le découvrir en avant-première.

Programme ARCA - frères Aguesse (crédit Gaëtan Lamarque)

crédit visuel Gaëtan Lamarque

D'où vous est venue votre passion pour la réalisation et quel est votre parcours ?
Nous avons été baignés dans le cinéma dès notre plus jeune âge. Notre grand-mère nous emmenait très souvent au cinéma et notre passion est née comme ça.
Pour ma part (Germain), j’ai fait une école de cinéma, l’Institut International de l’Image et du Son en région parisienne. J’en suis sorti diplômé en décembre 2017 et j’ai tout de suite enchainé avec notre premier film Le dernier Vermouth». Robin a suivi un parcours un petit peu plus étonnant : il a d’abord été 4 ans conducteur de travaux en Savoie entre 2015 et 2019. C’est après avoir réalisé notre premier film ensemble qu’il a pris la décision de changer de voie et de se consacrer à 100% au cinéma.

Pouvez-vous nous présenter votre futur film : Programme ARCA ?
Il s’agit d’un film dramatique à la frontière entre réel et science-fiction où l’on suit les aventures d’un scientifique dans un monde post-apocalyptique.
Pour résumer rapidement :
En 1998, à l'aube d'un cataclysme écologique imminent, une unité scientifique met au point un bunker souterrain autosuffisant appelé capsule temporelle.
Son objectif : stocker et protéger des espèces végétales indispensables à la survie de l’humanité. Pour assurer cette mission, David Aron, un expert en botanique, sera enfermé dans la capsule temporelle jusqu’à ce que la situation climatique en surface soit stabilisée.
30 ans plus tard, David sort du bunker et fait face à une terrible réalité : le monde est dévasté, il n’y a plus rien.
Contrairement à ce que pense David, sa mission n’est pas terminée...

L'écologie est un thème dans l'ère du temps, pourquoi avoir voulu l'aborder et vous êtes-vous rapprochés de scientifiques pour certaines scènes du film afin d'être réaliste ?
C’est un thème qui nous parle beaucoup. Nous sommes à une période très importante dans notre histoire.
Malgré quelques mesures prises par les gouvernements, l’écologie reste toujours en second plan alors qu’elle devrait être une priorité.
A travers ce film, nous avons envie de raconter le destin d’un homme qui vivrait un effondrement de la civilisation Humaine.
Notre volonté est d’offrir un regard et une réflexion sur les dérives de notre civilisation ainsi que ses excès qui, dans le scénario, sont très lourds de conséquences.
Nous avons fait beaucoup de recherches pour vérifier que notre idée était « réaliste », notamment pour la culture de plantes dans un bunker privé de soleil. Toutes ces recherches nous ont conforté dans notre idée.

En quoi des films comme Interstellar ou La planète des singes vous ont inspiré ?
D’abord parce que ce sont de très bons films !
Plus sérieusement, il s’agit de deux films de science-fiction aux nombreuses qualités narratives, les personnages possèdent de nombreuses valeurs qui nous ont beaucoup inspiré : la vaillance, le courage, la résilience aussi. Ce sont également des films très riches en termes de messages et de sens.
Dans La planète des singes, Georges Taylor hurle sa colère envers les humains qui ont fait « sauter leurs bombes » et donc détruit la Terre.
Dans Interstellar, c’est notamment la persévérance du personnage de Cooper qui nous a intéressé.
Comment un homme peut-il se convaincre de laisser sa famille sur Terre pour aller tenter de sauver l’humanité dans l’espace… C’est une question que nous nous sommes posés pour le personnage de David dans le Programme ARCA.

Ce sera votre 2ème court métrage, est-ce facile de travailler sur un tel projet quand on est frères ?
C’est très facile parce qu’on s’entend très bien et que l’on se complète bien. Chacun apporte son expérience et ses qualités lorsque nous travaillons sur un projet.
Par exemple, Robin sait comment manager une équipe grâce à son métier où il était parfois amené à gérer une trentaine d’ouvriers.
Pour ma part, ayant suivi un cursus dans une école de cinéma, j’apporte forcément des compétences acquises durant ma formation.
Ayant grandi ensemble avec un faible écart d’âge, nous avons à peu près les mêmes références et les mêmes goûts cinématographiques. Nous fonctionnons vraiment comme un binôme et n’hésitons pas à être 100% honnêtes l’un envers l’autre. Si une idée est mauvaise, autant le dire tout de suite !

Peut-on en savoir plus sur les castings ?
Le film contient très peu de personnages, il s’agit vraiment d’une histoire centrée sur une fin du monde vécue à travers les yeux d’un homme, seul.
Gilles Graveleau occupera donc le premier rôle, celui de David Aron, livré à lui-même. Gilles Arbona (H, Le retour de Casanova, Vidocq…) devrait tenir le rôle d’un autre scientifique.
Un rôle féminin est également présent dans le scénario mais nous n’avons pas encore distribué le rôle.

Qu'est-ce que ça fait d'avoir Gilles Graveleau (connu pour son rôle dans Kaamelott) comme acteur et comment travaillez-vous ensemble sur ce film ?
Nous le connaissons depuis deux ans maintenant. Il avait accepté de nous faire confiance sur notre premier film et une vraie amitié est née suite à ce film.
C’est un comédien avec qui nous aimons beaucoup travailler. Il est force de proposition et ne manque jamais d’améliorer les idées de départ. Il est très bienveillant, accessible et vraiment sympa, son expérience est un réel atout pour notre film.
Nous sommes très contents que ce nouveau projet lui ait plu dès le départ et qu’il soit motivé pour tourner à nouveau avec nous.
Comme il n’y aura quasiment pas de dialogues dans le film, il devra beaucoup intérioriser pour faire passer ses émotions. Nous sommes sûr que le résultat dépassera nos attentes.

Quels sont les traits de caractère de votre personnage principal, le scientifique David Aron ?
David est un personnage dévoué et talentueux dans son métier.
Après plusieurs décennies enfermé dans son bunker, son caractère a beaucoup changé et il a basculé dans une forme de mutisme sans jamais perdre de vue son objectif pour autant.
C’est un personnage persévérant, prêt à tout pour assurer la réussite de cette mission qui peut être vue comme une arche de Noé moderne.

Peut-on en savoir plus sur les lieux de tournage et pourquoi faire appel à un bunker ?
Le décor principal est un bunker de la Ligne Maginot situé à Hestroff, près de Metz : le Fort aux Fresques.
Cet ouvrage, situé à 25 mètres sous terre est un lieu extraordinaire et nous invitons tous les passionnés à aller le visiter, vous ne serez pas déçus ! Un grand merci à l’asso du Fort aux Fresques d’ailleurs, ils sont géniaux.
Il y a un grand travail pour rendre le bunker crédible pour notre histoire et pour ça, nous sommes très bien entourés ! Marc Pacon assurera la création des décors, il a plus de 25 ans de carrière dans ce domaine !
Pour les extérieurs, nous irons dans une carrière de pierres non loin de Metz également.
Le bunker peut être vu comme un rempart contre la fin du monde. Au fin fond de son abri, David n’a aucune idée de ce qu’il se passe en surface. Il fallait que l’on trouve un lieu qui soit éloigné de la civilisation, à l’abri des dangers et impénétrable, quoi de mieux qu’un bunker ?
De plus, à 25 mètres sous terre, on est complètement coupés du monde, l’immersion devrait être encore plus renforcée pour les comédiens et tout l’équipe technique.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif et quel serait l'argument pour convaincre de vous aider ?
Financer un film n’est pas une chose facile, surtout quand on débute ! Et le financement participatif permet à beaucoup de projets de se financer et de voir le jour.
Pour notre premier film, nous avions déjà procédé ainsi et avions réussi une très belle campagne grâce à la générosité de plus de 280 contributeurs.
Nous avons eu énormément de commentaires et de retours positifs, ça fait chaud au cœur de voir que notre travail est apprécié, surtout par les gens qui ont permis l’aboutissement de ce projet.
Nous avons donc voulu réitérer l’expérience et pour le moment, le public est au rendez-vous !
Et bien… Si vous voulez voir un film de science-fiction Français ambitieux avec un Gilles Graveleau dans un registre dramatique et interprétant le rôle d’un scientifique au destin exceptionnel, prenez part à cette campagne de financement et aidez-nous ! Si vous soutenez le projet, vous recevrez des contreparties exclusives : des T-shirts, des affiches, des photos dédicacées, des invitations aux projections…
Et bien entendu la possibilité de voir le film avant tout le monde !

Vous pouvez soutenir le film Programme ARCA des frères Aguesse sur Ulule.

 

Quelles sont les principales difficultés dans la conception d'un tel projet ?
Avec notre scénario, l’ambition est vraiment de créer un univers. La grosse difficulté était donc d’élaborer un monde crédible et « réaliste ».
Il faut être certain que le spectateur s’identifie au personnage et croit ce qu’il voit, qu’il juge l’histoire « envisageable ».
Pour le tournage, l’une des principales difficultés est la lumière ! A 25 mètres sous terre, il n’est pas facile d’éclairer le décor afin de tourner dans des conditions optimales. Mais nous avons une super équipe technique, nous sommes très confiants !
D’autres éléments peuvent apporter de la difficulté mais nous avons de bons partenaires, nous sommes vraiment sûrs que le tournage sera une réussite.
Enfin, une difficulté non négligeable est le budget… Si la campagne de financement participatif est une réussite, tout se passera bien et le film sera fidèle à nos ambitions. Si ce n’est pas le cas, nous serons obligés de mettre le holà sur certaines dépenses…
Mais tout le monde aura à manger sur le tournage, c’est promis !

Une indiscrétion à nous raconter sur Programme ARCA ?
A la base la première version du scénario tenait sur deux pages et devait être réalisé dans le cadre du Nikon Festival en 2016 ! Puis on s’est dit que cette histoire avait du potentiel… Et nous voilà en 2019 pour faire un film de 15 minutes.
Le Fort aux Fresques a servi de décor pour une vidéo du vidéaste et YouTubeur mamytwink ! C’est d’ailleurs grâce à lui que nous avons trouvé ce lieu…
Ce sera le 5ème film tourné dans l’ouvrage !

Quand et comment sera disponible votre film Programme ARCA ? D'ailleurs prévoyez-vous de faire des débats pour son lancement ?
Si vous participez à la campagne Ulule, vous recevrez un lien privé en avant-première afin de le découvrir. Sinon, il faudra attendre qu’il passe dans certaines salles de cinéma qui acceptent de diffuser des courts-métrages.
Nous avons déjà plusieurs salles partenaires du côté de Lille, de Lyon, de Paris et en Savoie. Ces projections seront suivies d’un making-of et d’un débat avec le public. Nous serons là pour répondre à toutes les questions !
Nous prévoyons également de l’envoyer dans de nombreux festivals en France et à l’étranger.

Plus globalement, comment voyez-vous les différents mouvements et manifestations écologistes actuellement ?
Il est clair que nous sommes à un tournant important de notre histoire.
Il est grand temps que les choses bougent et que les mentalités évoluent, notre système de consommation n’est pas compatible avec notre planète.
Des mesures commencent à être prises et nous prenons lentement conscience de notre impact néfaste sur l’environnement : on peut avoir un petit peu d’espoir pour la suite notamment grâce à la l’interdiction progressive du plastique à usage unique.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Un grand merci à vous pour cet entretien, merci de nous mettre en avant et de parler de notre projet ! Merci à toutes les personnes qui nous aident à réaliser ce film.
Et si vous ne savez pas quoi offrir à vos proches pour noël, n’hésitez pas à aller faire un tour sur notre page de crowdfounding !

Merci aux frères Aguesse d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Teaser : Programme ARCA

Film interview

Adam Wood : l'EP Hello Again Adam Wood : l'EP Hello Again
En 5 ans on peut faire de nombreuses choses. En 5 ans Adam Wood a : Eté amoureux, Joué...
  Lemon Straw prépare l'album Puzzle
Lemon Straw prend un nouveau départ et prépare un nouvel album, Puzzle, prévu p...
Lemon Straw prépare l'album Puzzle

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire