Publicité

Le film Léon et Lola de Francois Berthier

Maxime Lopes Par Le vendredi, 12 novembre 2021 à 10:17 0

Dans TV - cinéma

François Berthier est un photographe célébrité qui prépare le film Léon et Lola.
Lola est une jeune serveuse naïve à la vie compliquée. Quand Léon entre dans ce bar, elle voit en lui un moyen de s'échapper de la misère.

Film Léon et Lola

D'où vient votre passion pour l'image et les films ?
Aussi loin que je me souvienne, j'ai voulu faire du cinéma, que ce soit comme acteur ou comme réalisateur. j'ai plus de 3000 dvd chez moi, je suis obsédé par l'idée de raconter des histoires et ça vient surement du fait que j'ai un cerveau qui fonctionne à toute allure. Par exemple, mes rêves sont structurés en films. c'est limite si y'a les bandes noires dans ma tête.

Pouvez-vous nous présenter le film Léon & Lola ?
Léon et Lola qui va probablement d'ailleurs devenir Kim, Louise et Lola raconte l'histoire de deux amies serveuse à qui la vie ne fait pas de cadeaux. elles se prostituent toutes les deux pour subvenir aux besoins de leurs familles respectives, dans un bordel clandestin, dans un lieu et un temps indéterminé. Elles vont faire la rencontre d'une Cliente, Louise, qui va les aider dans leur quête de liberté et de vengeance.

Que peut-on savoir des personnages principaux Lola et Léon ?
Louise est une femme androgyne non binaire. Elle est mystérieuse et froide. elle cache une blessure.
Lola est une jeune fille de 19 ans traumatisé qui n'a pas connu son père et qui s'occupe de la mère, incapable notoire et de sa petite soeur. elle a baigné très jeune dans les violences sexuelles et a développé une forme d'insensibilité à ces sujets. Elle semble naïve, voire "absente", mais elle cache en réalité une femme forte en devenir.
Kim est plus âgé, une trentaine d'année. elle eut une fille avec un client toxico, mais les services sociaux lui ont enlevé la garde. elle se bat pour la récupérer. elle semble plus forte que Lola, mais se cache également une femme blessé.

En racontant l'histoire d'une serveuse à la vie compliquée, chacun peut-il se retrouver dans le rôle de Lola ?
J'espère que non ahah. Elle vit l'enfer. mais c'est une parabole sur la société. J'ai mis tous les problèmes dans plusieurs personnage. J'ai récemment rencontré une fille a qui il est arrivé un destin semblable et ça m'a confirmé que malheureusement le mal est partout. Mais je ne voulais pas d'un énième film victimaire. C'est un film sur le patriarcat, certes, ce sont des femmes qui ont baigné la-dedans, mais qui ne sont pas des victimes. Elles veulent s'en sortir. Les personnages masculins ne sont pas forcément présentés à leur avantage...

Avez-vous déjà repéré les lieux de tournage ?
Pas encore, je suis en train. Je cherche des paysages un peu désolé/désolant. Un genre de motel à l'américaine avec un restaurant avec une grande baie vitrée.
Si vous avez des idées je suis preneur. Notre budget étant ultra limité, nous cherchons un endroit où nous pouvons tourner en autarcie pendant 7 jours.

Où en êtes-vous des castings ?
J'ai quelques acteurs/actrices en tête, mais je ne sais pas s'ils vont accepter. Ce sont des rôles difficiles et des conditions de tournage pas forcément identiques à ce dont les acteurs connus sont habitués sur les longs métrages, Donc je partirais avec des gens motivés, plutôt que des grands noms à tout prix.

Souhaitez-vous nous parler de la bande originale du film ?
Ca sera une BO typée 80's avec du son à la Vangelis et Giorgio Moroder. Il y a de grande chance que je la compose moi même.

Que souhaitez-vous procurer au public avec ce film ?
J'aime provoquer, j'aime mettre mal à l'aise. Je suis fasciné par le mal. d'où vient-il. Est-ce inné ou acquis ? Donc mes antagonistes sont souvent des ordures finies. A la limite du caricatural, je l'avoue. Je suis très inspiré par Winding Refn et Tarantino sur cet aspect là. mais par contre je ne veux pas faire un slasher tout bête. Il faut du fond. J'aime que les gens voient mes films comme des œuvres à 2 lectures, une régressive assez formelle, et une plus profonde, avec un thème sociétal.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Je suis quelqu'un de pressé. Pas question d'attendre 1 voir 2 ans pour la réponse d'un conseil régional. D'autant que plus d'argent ne veut pas dire meilleur film. J'ai des équipes passionnées et on essaye de tous progresser ensemble. Le crowdfunding permet de réunir un budget en 40 jours et d'enchainer sur le tournage.

Qu'est ce qui vous a intéressé de proposer des tirages photos aux contributeurs et que peut-on savoir à ce sujet ?
Déjà ça permet de diffuser mon travail. Ensuite, ça permet à des gens d'acquérir de l'art à moindre coût. Comme j'ai une côte, je suis censé vendre plus cher, mais je me suis dit que dans le cas d'une création, c'était une bonne idée de baisser les prix et de permettre à presque tout le monde de posséder des éditions limitées de mon travail.

Vous êtes photographe de célébrités. Les stars acceptent-elles facilement de se faire prendre en photo et avez-vous un souvenir marquant à nous raconter ?
Les Stars détestent les photos. Pour photographier une star c'est beaucoup de chance et pas mal de réseau. Ensuite sur place il faut gagner sa confiance en peu de temps. C'est là je dirais que mon talent réside. J'ai un côté un peu foutraque, qui donne l'impression aux gens que je suis un "artiste" ça les rassure. Ensuite que je shoote une femme de ménage ou le président de la république, pour moi c'est pareil. Je ne suis pas impressionné par le statut social. donc les gens se sentent en confiance avec moi. Je me considère aussi toujours comme l'égal de mon monde. Ni en dessous, ni au-dessus.

Espérez-vous être diffusé en festival et que représentent-ils pour vous ?
Bien sûr, ça peut nous apporter une reconnaissance à l'international. Être diffusé en France pour des films de genre est très compliqué. surtout avec des sujets si touchy que les violences faites aux femmes. D'ailleurs, c'est le plus gros défi de ces films, il ne faut pas se planter, c'est pour ça que Justine, ma coproductrice qui m'accompagne depuis mon deuxième court "nous sommes la fin du monde" me donne fréquemment son avis. J'essaye aussi d'avoir des équipes paritaire, afin d'être sûr de ne pas me tromper dans mes choix. sur mes tournages, le mot est clair : donnez moi votre avis. C'est pour ça aussi que j'ai souhaité changer mon personnage principal. Il fallait que ce soit une femme qui aide ces femmes. Et pas rester dans le schéma classique du héro hétéro qui sauve les pauvres filles en détresse. Ici il n'y a pas de victimes.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Et bien n'hésitez pas à participer,  partager, soutenir notre projet. on espère vous retrouver bientôt en salles.
Merci.

Merci à Francois Berthier d'avoir présenté le film Leon et Lola !

interview Film

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam