Publicité

Le festival du court métrage d'Oberhausen se déroule sur internet

Malgré le déconfinement en cours dans de nombreuses régions d'Europe, les manifestations culturelles et festivals restent interdits. Certains ont trouvé la parade et tout se passe en ligne. C'est le cas du festival international du court métrage d'Oberhausen en Allemagne qui début mercredi 13 mai. 350 films seront visibles sur le site du festival.

Le cinéma Lichtburg est bien délaissé en ce moment. Le festival international du court métrage d'Oberhausen ne se tient pas en ville, mais sur le net. Une décision révolutionnaire pour ce festival qui a souvent été précurseur par le passé.
Pour le directeur du festival international du court métrage d'Oberhausen, Lars Henrik Gass auprès d'Arte, un festival nécessite de la diversité et de la pluralité de signe. Beaucoup de gens pensent qu'un festival de cinéma ne peut et ne doit surtout pas être virtuel. Selon le directeur, c'est un moyen d'atteindre des catégories de public dans le monde qui ne pourraient jamais être touchés sur place à Oberhausen.

Plus de 350 films seront visibles sur le site du festival à la mi-mai. Du climat au terrorisme d'extrême droite, en passant par les questions d'identité le festival en ligne prouve que le court métrage est essentiel pour refléter l'état d'une société.
Lars Henrik Gass rappelle que personne n'attend que le festival d'Oberhausen soit un succès commercial. On pourrait le qualifier d'expérimental par sa forme, ses prises de position, ses attitudes. Selon il s'agit d'un festival libre.

Le blog du festival aborde les questions actuelles, comme celle de savoir si l'on peut encore faire de la culture aujourd'hui.
Pour Lars Henrik Gass c'est possible aujourd'hui, tout dépend sous quelle forme et de savoir à qui on s'adresse. La ville est très marquée par la récession économique, la dépression sociale. C'est dans cet environnement que le festival du court métrage d'Oberhausen travaille et qu'il fait de la culture. Pendant la période de crise du Covid c'est encore plus visible.

Cet Oberhausen numérique peut contribuer à poser le regard sur la société, mais il ne remplacera jamais l'aventure d'un festival de chaire et de sang.

Festival Cinéma

C'est toujours pas sorcier de retour sur France 4
Le youtubeur et humoriste Max Bird est l'un des 3 présentateurs de C'est toujours pas...
  Bravery in Battle : le projet the house we live in, penser le monde de demain
Découvrez le 1er album du groupe Bravery in Battle (Paris / Nantes), intitulé the...
Bravery in Battle : le projet the house we live in, penser le monde de demain

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire