Publicité

Le court-métrage Trac

  • Par
  • Le jeudi, 08 octobre 2020 à 17:58
  • Commentaires (0)
  • Dans TV - cinéma

Le court métrage Trac raconte la descente aux enfers d'une jeune comédienne qui monte pour la première fois sur scène. L'occasion d'en savoir plus avec le scénariste Alexandre Leroy.

Psychotic films

Pouvez-vous nous présenter votre court-métrage Trac ?
TRAC est un court-métrage de 20 minutes que j'ai écrit pendant le confinement ! Il faut dire que nous avions le temps pendant ces 2 mois, donc comme tout bon scénariste, j'en ai profité pour écrire plusieurs scénarios dont celui-ci qui sortait du lot par rapport aux autres. TRAC raconte l'histoire des dernières heures de Lily, une jeune comédienne montant pour la première fois sur les planches. Malheureusement, elle arrive en retard à la représentation... mais face au trac, à l'oubli de son texte et aux gens qui l'entourent, son cauchemar ne fait que commencer.
J'ai construit ce film comme une descente aux enfers et comme un compte-à-rebours. Le format du court-métrage est particulièrement bien adapté au concept de stress avant de monter sur scène et au temps qu'il nous reste avant de sortir des loges pour s'y rendre.
Je n'ai pas choisi de me concentrer sur les coulisses de la création d'une représentation théâtrale, mais plutôt sur ce qu'il se passe au plus profond des loges, la préparation psychologique et physiologique des comédiens, notamment Lily, par rapport au trac que l'on ressent avant de monter sur scène.
J'ai choisi de montrer tout cela par la matérialisation du cauchemar du comédien en y incorporant mes propres expériences mais aussi celles de comédiens professionnels suite à des discussions avec eux, notamment avec l'actrice principale.
TRAC a pour inspiration de nombreux films tels que Black Swan de Darren Aronofsky, Perfect Blue de Satoshi Kon, Birdman d'Alejandro Gonzalez Inarritu, Whiplash de Damien Chazelles ou encore Possession d'Andrzej Zulwaski !

Sait-on où sera tourné le film ?
Oui, le film sera tourné en début d'année prochaine au magnifique théâtre Jean Vilar de la ville de Saint-Quentin (02100) qui a généreusement décidé de nous accueillir l'espace de notre semaine de tournage !

Où en êtes-vous dans les castings et le premier rôle est-il déjà pourvu ?
Le casting principal s'est terminé très récemment avec la venue de Gilles Graveleau, qui incarnera le personnage du metteur en scène de TRAC. Le premier rôle est effectivement déjà pourvu avec pour interprète Délia Espinat-Dief, une jeune comédienne de 27 ans que vous avez sûrement déjà vu dans la série horrifique de Netflix, Marianne ! Je l'ai choisi pour la sensibilité et l'innocence qu'elle dégage, mais aussi pour la folie qu'elle peut soudainement apporter aux personnages qu'elle incarne, ce qui est nécessaire pour l'interprétation du personnage de Lily. Au casting on peut noter également, les jeunes talents Marie Benati et Antoine Vinck, qui ont tout pour faire vivre un enfer au personnage principal par leur interprétation de leurs personnages.

Trac met en avant le rôle d'une jeune comédienne. Pensez-vous que dans le cinéma actuel on met suffisamment en avant les jeunes talents ? Et sait-on les encourager ?
Je pense qu'à l'heure actuelle, nous faisons face à une nouvelle génération de talents, que tout le monde commence à connaître par leur persévérance à vouloir faire des films et leur performances. Cependant, il est très difficile aujourd'hui de se démarquer mais généralement, les jeunes talents qui ont fait leurs preuves dans un film sont repérés et jouent dans absolument tout. Je pense actuellement par exemple à l'acteur Franco-Américain Timothée Chalamet, qui suite à son succès dans le film Call Me By Your Name de Lucas Guadagnino, est à l'affiche de tous les films ! Dune de Denis Villeneuve par exemple !
Dans tous les cas, si j'ai un conseil à donner à toutes les personnes voulant évoluer dans le monde du cinéma, conseil de base de Pascal Laugier pour les jeunes cinéastes dont je fais partie, mais valable également pour tous les autres, c'est : "Si vous faites un film et qu'il ne change pas votre vie, alors faites-en un autre et si le prochain ne change toujours pas votre vie, alors faites-en encore un autre... !"

Souhaitez-vous nous parler de la bande originale du film ?
Oui, je peux vous en parler un peu, même si pour le moment, étant donné que le film n'est pas tourné, je ne peux pas vous en dire énormément. Le compositeur de la bande originale est Clément Ferrigno ! Il est notamment connu pour ses compositions pour les fans-films Harry Potter ! Comme par exemple celle du Maître De La Mort du Pottershow ou encore plus récemment pour Les Fondateurs : Le Fantôme de Serdaigle de L.A Dubos. C'est un style très orchestrale que j'apprécie tout particulièrement et je l'ai découvert grâce à une musique qu'il a composé pour un court-métrage ayant un rythme de décompte et de compte-à-rebours que je recherchais pour la bande originale de TRAC. C'est d'ailleurs ce qui m'a donné envie de travailler avec lui ! Avec ses dernières compositions, il saura se pencher sur l'aspect psychotique de TRAC que je recherche, puisque rappelons le, les musiques de Susumu Hirasawa du film d'animation Paprika de Satoshi Kon m'inspirent beaucoup mais aussi celles de David Julyan, Ben Frost ou encore Clint Mansell !

Quels moyens techniques disposez-vous pour les tournages ?
Étant donné que c'est un court-métrage, nos moyens ne sont pas énormes mais disons que nous ne pouvons pas nous plaindre puisque nous tournons tout de même en format 2,39:1 cinémascope anamorphique ! Nous envisageons de louer pas mal de matériel mais nous Nous avons le luxe de pouvoir tourner avec une caméra Arri Alexa Mini, montée sur un steadicam, que le chef-opérateur maîtrise parfaitement puisque je recherche la fluidité de mouvement que l'on peut constater dans certains films de Darren Aronofsky comme par exemple Mother ! ou encore Black Swan ! L'idée avec l'anamorphose est de créer des distorsions propre à cette technique dans l'image qui rendront les moments de cauchemars étrangement réalistes dans l'immensité de la salle de spectacle. Mais pour tous les jeunes cinéastes qui liront cet article, sachez que vous n'êtes pas forcément obligés, à notre échelle, d'avoir une énorme caméra extrêmement chère pour réaliser des films aux images qualitatives. La composition de l'image est très importante ! Un bon chef-opérateur, une bonne lumière et du talent vous permettront de faire des merveilles !

Comment vont se passer les tournages avec le covid-19 ?
Je pense que la situation sanitaire actuelle impacte énormément les tournages en général. Notamment par rapport au nombre de personnes travaillant dans les équipes de la réalisation d'un film, mais aussi par rapport à la figuration. Sachez que pour le tournage de TRAC, nous aurons besoin d'une cinquantaine de figurants. Si la situation sanitaire ne s'améliore pas d'ici le premier trimestre de l'année 2021, nous serons malheureusement obligés de décaler le tournage à plus tard dans l'année puisque la présence de figurants est indispensable pour la réussite du film. Quoi de mieux que de confronter le personnage principal à une foule de regards jugeant sa performance sur scène ?
Rappelons tout de même à tous qu'il est nécessaire de se laver souvent les mains et de respecter les distanciations afin de ne mettre en danger personne et de préserver la vie de tout le monde.

Qu'est ce qui vous a motivé à faire un financement participatif ?
Ce qui m'a motivé à en faire un, c'est que j'en ai déjà fait par le passé pour un moyen-métrage (Un Beau Film) dont je suis peu fier mais qui m'a permis d'évoluer rapidement artistiquement. Il faut dire que le tournage n'était vraiment pas facile car les conditions étaient assez particulières mais des amitiés se sont nouées et les personnes qui me soutenait sont apparues à ce moment là. J'ai compris que même si l'on n'a pas forcément l'ambition de travailler dans le monde du cinéma, on peut être passionné et vouloir que les gens autour de nous réussisse. Je trouve ça beau qu'en 2020, dans une société où l'individualisme est légion, on puisse encore s'entraider de cette manière, surtout que Dieu sait qu'évoluer dans le monde du cinéma n'est pas chose facile.
Je suis d'ailleurs particulièrement étonné par certaines personnes ayant décidé de soutenir le projet. Simplement parce que pour certains d'entres-eux, ce sont des gens avec qui je n'ai jamais réellement eu l'occasion d'échanger sur mes ambitions. Le fait de les voir soutenir le film me va droit au coeur puisqu'ils me soutiennent également par conséquent par leur geste. J'en profite au passage pour les remercier à nouveau pour leur immense générosité !

Pas trop "le trac" en préparant un tel projet ?
Pour le moment tout se passe correctement malgré quelques imprévus mais il y en a toujours. Je pense que ce sera surtout sur le tournage où le stress se fera ressentir !

Vous avez fait du théâtre par le passé. Est-ce différent d'un rôle de comédien au cinéma ?
À mon sens les deux expériences sont très différentes. D'un côté, nous sommes face à des centaines de spectateurs nous regardant dans l'obscurité directement dans la réalité, même si nous sommes un cocon avec les autres comédiens et le metteur en scène. Nous sommes directement exposés au regard des autres de la salle de spectacle. Donc le jugement de la performance est direct et frontal. Si le texte disparait soudainement de notre esprit, nous sommes face à nous-même et confrontés au jugement. Je pense que c'est pour cela que le trac avant de monter sur scène existe, comme il existe avant une performance directe et réelle devant quelqu'un comme un entretien d'embauche ou un oral d'examen. Même si une fois que le spectacle a commencé et que le personnage prend possession de nous, le trac disparaît et nous nous amusons à livrer une expérience incroyable aux spectateurs de la salle.
De l'autre, nous sommes aux côtés de personnes avec qui nous allons partager un plateau pendant plusieurs semaines où le regard extérieur est présent au départ mais s'efface au fur et à mesure puisque nous apprenons à connaître les membres de l'équipe. C'est comme si nous évoluions dans une bulle onirique pendant quelques semaines, où nous sommes entre nous et que nous revenions à la réalité à la fin du tournage.
S'il y a une gène au départ, elle s'efface très vite, un peu à la manière du trac. Cependant, le jugement des spectateurs de la salle de cinéma n'est pas direct et ce n'est qu'après coup que nous découvrons si les gens ont aimé le film, l'image, les acteurs etc... Mais si nous échouons sur une prise, nous pouvons recommencer cette prise, en l'améliorant ou en proposant quelque chose de différent. Si nous oublions notre texte, nous pouvons recommencer, ce que l'on ne peut pas faire au théâtre par exemple.
Si je devais comparer cela à une technique cinématographique, je dirai très grossièrement que la performance théâtrale est un plan séquence, là où la performance sur un plateau de tournage est montée et sur-coupée.
Je pense que cette question est intéressante pour dire aux gens ne jamais se soucier du regard des autres quand ils veulent réaliser leurs rêves. Même s'il y a l'éventualité de l'échec, persévérez, c'est le maître-mot pour réussir !

Une indiscrétion à nous donner sur le court métrage Trac ?
Ce n'est pas vraiment une indiscrétion mais j'ai failli me faire "voler" l'idée de TRAC il y a de cela quelques mois suite à la parution d'annonces de casting pour les rôles du film dans lesquelles j'expliquais mes intentions de réalisations ainsi que le synopsis du film !

Vous ambitionnez d'aller présenter le court métrage Trac en festival. En quoi est ce important ?
La diffusion en festival est très importante pour la visibilité du film mais aussi pour montrer l'étendue de nos capacités à faire du cinéma. Je parle au nom de l'équipe cette fois-ci mais en ce qui me concerne, le film sera une sorte de "carte de visite" pouvant potentiellement m'aider à produire mon premier long-métrage intitulé Magnificence. Le fait que TRAC soit vu à l'international, notamment dans des festivals proposant tous genres de films (puisque TRAC est un drame psychologique frôlant l'horreur, donc présente une hybridation de différents genres), lui donne d'avance une grande possibilité de sélections. Il est important que le film soit vu, déjà pour le message qu'il dégage mais aussi pour faire entrer les premiers spectateurs dans mon univers psychotique.
Enfin, les sélections en festivals seront d'ors-et-déjà une belle récompense pour tout le travail que l'on fournit depuis la création de la première ligne du scénario ! 

Comment voyez-vous votre poursuite dans les longs métrages après la sortie de Trac ?
Après la sortie de TRAC, j'espère terminer l'écriture de mon premier long-métrage, Magnificence, traitant de la descente aux enfers d'un jeune artiste perfectionniste n'arrivant pas à se démarquer des autres et sombrant dans la folie par la création de son oeuvre... Par la suite, le faire produire, si possible en France et pouvoir proposer aux spectateurs un film différent de ce que l'on peut voir dans le paysage cinématographique Français traditionnel, un peu à la manière de ce que je veux faire avec le court-métrage TRAC, mais cette fois avec beaucoup plus de temps pour développer la psychologie du personnage, en allant beaucoup plus loin dans l'allégorie des choses que je veux montrer tout en restant réaliste.
Mon but par les futurs longs-métrages que je réaliserai, c'est de secouer le spectateur pendant la projection de mes films afin qu'il sorte de la salle de cinéma complètement abasourdie, pensant et réfléchissant au film pendant plusieurs semaines par la suite.
J'ai d'autres idées de longs-métrages et celles-ci explorent tout autant la métaphysique ! Mais j'aimerai beaucoup aussi réaliser un film de science-fiction, étant un grand fan des univers cyberpunk et steampunk !
La persévérance me fera aller loin je l'espère mais pour le moment, je réalise TRAC et nous verrons de quoi l'avenir sera fait !

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Pour terminer ? Merci beaucoup de m'avoir accordé cette interview, j'espère que vous serez nombreux à me soutenir dans ce projet et on se revoit très prochainement pour votre descente aux enfers.

Merci au scénariste-réalisateur Alexandre Leroy d'avoir répondu à notre interview !
Suivez l'actualité de Trac sur Facebook.

Film interview

Milano Design City : Time to be my AMI Milano Design City : Time to be my AMI
Dans le cadre de la Milano Design City, Citroën a créé la surprise avec son showr...
  Major Mouvement : le livre 10 clés pour un corps en bonne santé
Le youtubeur Major Mouvement a sorti son livre 10 clés pour un corps en bonne santé po...
Major Mouvement : le livre 10 clés pour un corps en bonne santé

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire