Publicité

La bande originale du film Blue eyes

Maxime Lopes Par Le lundi, 12 juillet 2021 à 11:47 0

Dans TV - cinéma

Découvrez la bande originale du film Blue eyes, composée par Andrea Farri et qui était au festival de Tormina le 4 juillet et en salles de cinéma en Italie le 8 juillet 2021.

Blue eyes

Un voleur solitaire, chevauchant un maxi scooter différent à chaque fois, dévalise une banque et une bijouterie après l'autre, grinçant à grande vitesse à travers les replis de Rome, entre ses beautés antiques et ses archéologues urbains, réussissant toujours à semer ses poursuivants et finalement disparaître dans le néant. L'affaire est entre les mains d'un commissaire romain, vrai et cynique qui, à défaut d'en prendre la tête, demande l'aide d'un ami de ses Parisiens, dit les Français, un ancien commissaire célèbre pour sa perspicacité psychologique et pour sa résolution des dizaines de cas impossibles. Tout le monde sauf la mort de leur fille, dont elle revient chaque année en ville. Il découvrira l'identité du braqueur, une personne aussi insoupçonnée que d'une grande intelligence, avec qui il se lance un défi aux conséquences imprévisibles.

Déclaration de Michela Cescon, directrice

Blue Eyes expérimente le genre dans cette interprétation personnelle et hommage au film polaire français. C'est léger en dialogues, lourd en ambiance, avec des personnages mélancoliques et romantiques : deux commissaires, un braqueur, un scooter, un jeune mécanicien… et la ville. Rome et les vagues de la circulation qui parcourent ses rues et les nuits solitaires et vides entre la Pyramide de Rome, blanche comme la lune, et le Colisée à l'aube surveillant les défis et la vengeance. Il n'y a pas de photos de paysages. Chaque image raconte l'histoire à travers les émotions qu'elles suscitent. Les prises de vue en intérieur sont minimalistes. L'architecture meuble les lieux en jouant avec l'espace et la lumière. On comprend beaucoup de choses sur chaque personnage lorsqu'il se déplace dans ces espaces intentionnellement vides. Le film a été tourné en grand angle – typique de ce genre – en CinemaScope, qui donne de la profondeur et oblige à choisir
certains points de vue. Dans « Blue Eyes », nous n'avons pas besoin de tout voir, juste ce qui aide à créer l'histoire. Le cinéma, c'est aussi ce que vous choisissez de ne pas montrer. La photographie est tellement "matérielle" - accentuant les contrastes, les détails et les distances - qu'on peut presque la toucher. Dès le début, la braqueuse et sa ville sont accompagnées par le son d'une trompette. La musique, comme tous les sons du film, est très importante, elle fait avancer l'histoire, raconte, agit comme un pont pour les émotions. Puis ça s'arrête, c'est parti, tout comme le braqueur, et en attendant la fin, on est plongé dans les ambiances enfumées du jazz et des rêves d'été aux sons du swing. Les films de genre ont besoin de talent car ils suivent les règles et les techniques propres au cinéma. Beaucoup de talent est entré dans la réalisation de ce film, des actrices et acteurs Valeria Golino, Jean-Hugues Anglade et Ivano De Matteo, au directeur de la photographie Matteo Cocco, au compositeur Andrea Farri et ses extraordinaires solistes Paolo Fresu et Luigi Piovano, à Esmè Sciaroni, Grazia Materia, Fabrizio Nanni, Luca Servino et Filippo Porcari. Il leur a été demandé à tous de penser ce film comme un jeu, avec l'attitude la plus sérieuse possible, et d'employer avec grâce un style quelque part entre le film policier et le noir pour comprendre le monde et dire quelque chose sur nous-mêmes.

Blue Eyes Occhi Blu by Andrea Farri

Musique Film

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam