Publicité

Kévin Hamiltone tourne dans le film Les Confinés

Kévin Hamiltone tourne dans le court métrage Les Confinés (réalisé par Guillaume Falaix) et revient sur son parcours en cinéma en interview.

Kévin Hamiltone

Vous venez de tourner pour le cinéma après une carrière dans la musique. Est ce que cela vous change de vos habitudes et pensez-vous revenir un jour dans la musique ?
La musique et le cinéma sont deux mondes différents. La musique généralement est un projet personnel. Alors qu'au cinéma, nous travaillons pour des personnes réalisateurs et des sociétés de productions et producteurs. Ce qui peut être un peu stressant. Nous, en tant que comédien, nous devons jouer le personnage que le réalisateur a en tête. Nous devons satisfaire sa demande. Et cela n'est pas toujours facile, selon certains rôles. Il y a des rôles plus exigeant que d'autres. Mais c'est ce qu'il me plaît dans ce métier.
Et oui, je prévois prochainement de revenir dans la musique quand le temps l'aura décidé.

Avez-vous fait des études de comédie et en quoi vous ont-elles été utiles ?
Oui, j'ai étudié la comédie à la Method Acting Center à Paris sous la direction de David Barrouk, Rafael Linares et Hermann Deckous. C'était une très belle expérience et j'ai fait de très belles rencontres. La formation m'a permis d'avoir plus confiance en moi et de gagner en assurance et de connaître les bases du métier sur l'acting, la comédie. Savoir identifier les personnages, connaître les enjeux, bien lire les scénarios, les critères des personnages et les actions. Il y a tellement de choses à connaître en tant qu'acteur. Même si j'ai quitté l'école, cela a permis de m'ouvrir des portes. Et j'en apprend encore d'avantages lorsque je suis en tournage. C'est tellement un milieu fascinant et j'apprécie faire de nouvelles rencontres.

Appréciez-vous d'être comédien et comment sélectionnez-vous les rôles dans lesquels vous jouez ?
(rire) Oui, j'apprécie d'être comédien, sinon je n'en ferais pas mon métier. 
Effectivement, je sélectionne les rôles dans lesquels je joue. Mais pour le moment, je suis en début de carrière. Le cinéma est un milieu assez compliqué, alors je ne fais pas mon difficile. J'arrive toujours à trouver des rôles qui me correspondent. Tout rôle est bon à prendre. Cela donne énormément d'expériences et permet d'avoir de l'image pour notre bande Démo, lorsqu'on passe des castings. Je pense que si je devais toujours jouer les mêmes rôles, cela peut très vite devenir lassant. Aussi bien pour moi que pour le public. Moi, j'apprécie les acteurs qui s'essaient à tous les genres. Je trouve que c'est ça d'être acteur. C'est de jouer différents rôles. 

Vous êtes en plein tournage du film Les Confinés . Souhaitez-vous nous parler de son histoire et du rôle que vous allez y jouer ?
Les Confinés est un court-métrage mélangeant horreur et Slasher. Ça raconte l'histoire de deux soeurs, ayant perdu leur parents et décident de passer le confinement dans le gîte familial. Cependant, elles rencontrent un homme étrange doté d'une grande cicatrice sur le visage. Cet homme est un Tueur psychopathe et au passe-temps étrange, qui vit seul. C'est le propriétaire du golf et du château. Mais très vite, les sœurs vont découvrir ce qu'il est réellement.
Mon rôle est celui du Tueur Psychopathe. (rire) 

Comment se passent les tournages du film ?
Le tournage s'est très bien passé. Il y avait des scènes un peu gore, j'avoue. (rire) La scène qui a été pour moi la plus compliquée à tourner, a été celle où je devais manger de la viande crue, mélangée avec du miel. (je devais simplement la mâcher, je ne l'ai pas avalé). Le miel permettait d'ajouter un côté un peu plus gore à la couleur de la viande. J'ai eu des moments où j'avais des hauts de cœurs. J'ai cru que j'allais vomir en plein tournage (rire). J'adore la viande rouge. Ça aurai vraiment pu le faire, même crue, si il n'y avait pas de miel. Mais je crois que c'est le miel qui m'a le plus écœuré. J'aime bien le miel, mais sur du pain. Le sucré salé, c'est pas pour moi. Même quand mes proches se font des plats sucrés-salés, juste l'odeur me donne des hauts de cœur. (rire) Après, chacun ses goûts.
Sinon j'en garde de très beau souvenir. Les meilleurs moments ce sont les scènes où j'étais rempli de sang sur le visage. Et la réalisation de la cicatrice, s'était impressionnant. 

Quels sont vos échanges avec le réalisateur Guillaume Falaix et le reste de l'équipe sur le film Les confinés ?
J'ai fais de très belles rencontres. Une équipe fort sympathique, des comédiennes au top. Nous sommes restés en contact. Il y a eu des moments de fous-rires. Même ambiance avec le réalisateur qui est une personne très sympathique ainsi que la productrice.

Est-il facile d'interpréter le rôle d'un tueur psychopathe ?
Pour moi, s'était la première fois que j'interprétais ce type de rôle. J'ai du me plonger dans la peau du personnage et m'imaginer ce qu'un Tueur Psychopathe a dans la tête. Interpréter ce rôle joue beaucoup sur la psychologie et il faut se préparer mentalement. J'ai du me dire : aller Kevin, donne tous ce que tu as…
Aujourd'hui, tu es un psychopathe. Et seulement aujourd'hui, profite en pour te défouler et sortir la rage que tu as. Finalement ça a fonctionné. (rire) 

Aimez-vous interpréter plus certains types de personnages que d'autres ?
J'adore jouer différents rôles. Ce qui m'impressionne le plus ce sont des rôles qui sont loin de ma personnalité. Me dire... Whoa... C'est pas moi ça... C'est ce qu'il me plaît et par moment je m'impressionne moi-même. (rire)

N'est ce pas trop stressant de jouer pour la première fois un rôle dans un film d'horreur qui sera nominé dans un festival (We Film Good) ?
Si un peu. Car comme l'équipe, j'aimerai évidemment que le film soit nominé. Nous avons donné tous ce qu'on avais pour réaliser un super film donc même si on obtient d'un prix (prix du jury ou prix du public) ça sera déjà bien. Car si nous avons le prix du jury ou du public, le film sera amené à être diffusé au festival de Cannes. Après même si nous ne sommes pas sélectionnés, avoir fait ce film était un vrai plaisir. Et c'est le plus important pou moi. 

En parlant d'être confiné, comment avez-vous vécu la période de confinement que nous venons de vivre il y a quelques semaines ?
Assez mal. Me dire que je ne devais pas bouger de chez moi a été assez compliqué par moment. Et ça a été encore plus compliqué lorsque les tournages étaient arrêtés. J'avais hâte de reprendre. 

Peut-on en savoir plus sur votre rôle dans la série GROOM dans laquelle on vous retrouvera dans la 2ème saison ?
Je n'ai uniquement eu d'un petit rôle. Mais l'expérience était au rendez-vous. J'avais joué un Scouts. La météo n'était pas au rendez-vous, mais ça a été. Nous avons tourné jusqu'à 1 heures du matin. C'était assez sympa. Je n'avais pas de gros dialogues, on m'entendait simplement chanter et j'ai interagis avec les acteurs. 
Encore une fois, s'était une très bonne ambiance. 

Etait-ce facile d'échanger avec les autres comédiens et d'intégrer une série dont les saisons étaient déjà commencées ?
Oui, car j'ai bien été accueilli. Nous avons tout de suite sympathisé avec l'équipe. J'ai toujours été bien accueilli lors des tournages et je vais toujours vers les gens pour faire connaissance et discuter.

On vous retrouve également dans le film Sauter le pas où vous avez interprété le rôle de Vincent, un étudiant ayant raté le bac. Qu'est ce qui vous a plu dans ce film et qu'avez-vous apprécié dans votre rôle ?
Ce qui m'a plu s'était la première scène, où je suis au téléphone avec mon père et que je n'osais pas lui dire que j'avais raté mon Bac. Mon père croyait tellement que j'avais obtenu mon bac qu'il avait déjà organisé une soirée à mon honneur. Moi dernière le téléphone j'étais en larme et j'avais tellement envie de lui dire. Mais au fond de moi, j'avais tellement peur de le décevoir. J'ai apprécié devoir pleurer pour la scène (rire) Surtout avec un plan aussi serré sur mon visage.

Alors que les résultats du bac 2020 sont tombés avec un niveau d'obtention record du au contrôle continu suite au Covid-19 ; pensez-vous que, ne pas avoir le fameux diplôme est un échec que l'on peut regretter ?
Un échec, pas vraiment. Un diplôme est simplement un bout de papier. Après cela boost la recherche d'emploi, c'est vrai, mais le plus important ce n'est pas un diplôme, mais l'expérience. Même si vous avez le diplôme et pas d'expérience, les gens ont du mal à vous prendre. Nous vivons dans un monde de fous quand même. Comment avoir l'expérience, si on nous donne pas la chance d'en avoir ? Je trouve ça tellement débile.
À vrai dire, personnellement, je trouve qu'un diplôme ne sert plus à rien de nos jours. Car les patrons demandent généralement l'expérience. Après c'est bien d'en avoir un, pour sa fierté, mais pas trop. Car si vous n'avez pas de diplôme, vous ne trouverez pas de travail ou alors vous allez être sous payé, et si vous en avez trop, les patrons ne voudrons pas de vous, car vous aller leur coûter trop cher. Le mieux sera uniquement d'avoir un CAP ou BEP minimum et maximum un Bac ou BAC PRO. 

Quand et où devraient sortir les films et séries dans lesquels vous avez interprété un rôle ?
GROOM a été diffusé sur YouTube Premium ainsi que sun Canal + il y a quelques semaines. Sauter le pas, je n'ai aucune date de sortie et Les Confinés, les gens pourrons le découvrir sur le site WeFilmGood d'ici quelques semaines. Entre juillet et août. Actuellement, le film est en Post–Production.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Un grand merci à Divertir.eu pour cette interview. Merci à toutes les personnes avec qui j'ai eu la chance de travailler sur les tournages, ainsi qu'à mes proches qui m'encouragent et me soutiennent et aux lecteurs qui me liront et internautes qui me suivent sur les réseaux.
Je suis un grand accrocs des réseaux sociaux, ils peuvent donc me découvrir sur instagram, et Facebook au nom de Kévin Hamiltone.

Merci à Kevin Hamiltone d'avoir répondu à notre interview !

Film interview

The Clock Goes Red : son 1er album Common Ground
Le premier album Common Ground du groupe The Clock Goes Red, projet de l'ingéni...
  Stonebirds : le single de l'album Collapse and Fail
Le trio sludge metal breton STONEBIRDS dévoile le morceau-titre à la fois majestueux e...
Stonebirds : le single de l'album Collapse and Fail

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire