Publicité

Frères : un court métrage réalisé par Victor Mureau

Frères est un court-métrage social réalisé par Victor Mureau et tourné à Amiens. Découvrez l'histoire d'un jeune rappeur.

Film Frères - Victor Mureau

D'où vient votre passion pour le cinéma et les films ?
C’est venu petit à petit par l’écriture, de base je suis musicien et j’écris quelques musiques, puis je me suis dis pourquoi pas un film car j’ai toujours été curieux de cet univers et ça s’est développé avec les études de ciné à la fac et mon réseau.

Pouvez-vous nous présenter votre court-métrage Frères ?
Mon projet est un court-métrage de genre social, urbain qui me tient à cœur car je me suis inspiré de ma vie et je veux donc évoquer à travers ce film une réalité concrète. Le film raconte l'histoire de Tom, un jeune rappeur au contexte de vie difficile qui va se voir offrir une opportunité dans le milieu de la musique, pour cela il va devoir se battre.

Pourquoi avoir voulu faire un film de genre social ?
J'ai toujours été passionné par les films sociaux, qui évoquent un contexte familial, j’aime le cinéma surtout urbain et je veux à travers ce film permettre à certaines personnes de se retrouver dans cet univers artistique et transmettre aussi l’idée que l’on peut partir de pas grand chose mais qu’en essayant, en s’accrochant, en étant volontaire, avec de la motivation on peut réussir ce que l’on pensait irréalisable.

En quoi votre vie personnelle a-elle inspiré le court métrage Frères ?
Il y a des moments que j’ai connu et que j’ai voulu retransmettre dans le film, vivre dans un quartier défavorisé c’est pas simple quand on veut s’élever, pas simple de part l’environnement et en avoir conscience de ces difficultés c’est pas facile et on pense à ce que vont penser les autres, à leur acceptation. Ce qui est dur aussi c’est être ami avec des personnes qui ont un niveau de vie sociale supérieur au tien, on a peur de se faire juger.

Peut-on en savoir plus sur votre personnage principal : Tom ?
Tom connaît les soucis des adultes alors qu’il est assez jeune, il prend sur lui, c’est un personnage qui a besoin de ses potes pour s’en sortir heureusement que Max est là, c’est quelqu’un de renfermé car il a du mal à dire les choses, il est aussi protecteur envers sa mère.

Où en êtes-vous dans les castings ?
Les castings sont bouclés depuis un moment haha

Avez-vous déjà repéré les lieux de tournage ?
Oui ça va être dans Amiens.

Souhaitez-vous nous parler de la bande originale du film Frères ?
Je préfère garder la surprise, c’est en cours.

Peut-on en savoir plus sur les tournages du film ?
Ca va se faire principalement à Mélodie en sous sol à Amiens, un studio que je connais, j’en dis pas plus.

Que souhaitez-vous apporter au public avec votre court métrage Frères ?
Juste faire pendre conscience d’un autre monde dans le sens que chacun ne vit pas pareil, je souhaite qu’ils se se mettent à la place et essaie de comprendre, de réfléchir sur la situation sociale et de se dire si j’étais à sa place qu’est ce que je ferai car c’est un combat ce film.

Qu'est ce qui vous a motivé à faire un financement participatif ?
D’abord avoir du matériel, travailler dans de bonnes conditions, un film se fait en équipe, on veut une équipe technique opérationnelle donc bien les nourrir est aussi important etc.
C’est aussi un film au final fait avec le public en plus de l’équipe technique donc c’est intéressant le fait que ce soit collectif, moi j’ai juste pris une feuille blanche et un stylo.

Est-il possible de nous parler de l'affiche du court métrage Frères ?
L’affiche est faites par Amandine Libraire, cette affiche elle ne dévoile pas et on se pose la question de ce qu’il va se passer. Pour la photo j’ai donné des pistes à Amandine et après elle a eu carte blanche, elle a ajouté sa patte. Je lui ai fais confiance.

Quand et comment sera disponible le film ?
Il n’y a pas vraiment de dates avec ce qu’il se passe, on a déjà dû décaler les dates de tournage. Il sera disponible par un lien sur Facebook.

Vous espérez défendre Frères dans les festivals. En quoi est-ce important et pas trop inquiet avec les annulations du contexte actuel ?
C‘est important car c’est un premier pas, un tout petit pas dans la cour des grands, c’est une façon de rentrer dans le cercle, de se donner un objectif, de pouvoir montrer un film comme ça dans un festival, ça permet d’avoir du mélange de catégories sociales surtout quand ça parle d’aujourd’hui et de demain peut être. Cela peut permettre aux jeunes aussi de se retrouver et de les éduquer. On est forcément un peu inquiet à cause du confinement mais on va tenter de l’inscrire dans un festival pourquoi pas l’année prochaine, cela dépendra.

Vous dîtes n'avoir jamais eu de relation avec votre frère. Espérez-vous que cela vous rapproche ?
Difficile d’espérer car c’est imprévisible mais j’avais besoin de l’écrire vraiment. On est vraiment différent il est tout mon opposé j’ai aucun contact avec lui, pas de numéros, pas de réseaux sociaux. J’espère juste qu’il comprendra et qu’il prendra conscience.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Je pense parler de quelques unes de mes inspirations pour vous donner l’ambiance du film, niveau cinéma les films comme La cité rose, Comment c’est loin, Banlieuzards, m’ont énormément inspirés et j’écoute beaucoup de rap conscient aussi comme Vin’s, Demi portion, Orelsan, An’Om, Brav, Nekfeu, Damso, Mino, Smalar, Swift guad, Hugo tsr... Et un dernier mot, je dirai qu’il faut rien lâcher, tout est possible !

Merci à Victor Mureau d'avoir répondu à notre interview !
Suivez l'actualité du film sur Facebook.

Inscrivez-vous à la newsletter de Divertir !

Recevez gratuitement chaque mois l'actualité culturelle sur votre boite e-mail.

Désinscription possible à tout moment en 1 clic. Vos données ne sont pas cédées ou revendues.

Cliquez ici pour vous inscrire maintenant !

Film interview

Morgan of Glencoe prépare l'album Fleur du Porhoët Morgan of Glencoe prépare l'album Fleur du Porhoët
Morgan of Glencoe est de ces artistes qui ne s'arrêtent jamais : quand elle lâche se...
  Les jeux vidéos contre l'isolement social pendant le confinement
Durant le confinement, le secteur des jeux vidéos ne connait pas la crise. 10 milliards de do...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire