Publicité

Stéphane Peterhansel : « Un plaisir de conduite incomparable »

Rédaction Divertir Par Le mardi, 19 octobre 2021 à 14:15 0

Dans Sports

Avec 14 victoires à son actif, Stéphane Peterhansel, qui a fait ses débuts au Rallye Dakar en 1988, est l'unique détenteur du record du célèbre rallye du désert. Avant son 34Audi Stephane Peterhansel départ de l'épreuve tout-terrain emblématique et son premier avec la marque Audi, le Français nous donne un aperçu de sa préparation.

Audi est une marque forte d’une grande tradition de sport automobile. Depuis l'époque des rallyes avec la quattro dans les années 80 jusqu'à aujourd'hui, les quatre anneaux sont synonymes de performances pionnières dans le sport automobile. Qu'est-ce que cela signifie pour vous de concourir au Rallye Dakar avec Audi pour la première fois ?
Je suis un grand fan non seulement du rallye d'endurance tout terrain, mais aussi de nombreuses autres disciplines du sport automobile. Déjà, à l'époque du Groupe B, j'admirais Audi en rallye. Je suis vraiment fier de faire partie de la marque maintenant. Il y a une chose qui a toujours distingué Audi : quel que soit l'endroit où les voitures de rallye et de course concouraient, elles étaient toujours en lice pour la victoire et c'est encore le cas aujourd'hui.

Vous abordez maintenant la quatrième décennie de votre carrière et vous avez participé à un grand nombre de développements. Qu'auriez-vous pensé si on vous avait prédit à l'époque que vous participeriez un jour au Dakar avec un groupe motopropulseur électrique utilisant un convertisseur d'énergie ?
J'aurais difficilement pu le croire. Et la meilleure chose qui ressort de nos essais jusqu'à présent, c'est que ce groupe motopropulseur procure un énorme plaisir de conduite que je n'aurais jamais cru possible. Cette idée ouvre donc la voie à une popularité croissante des groupes motopropulseurs électriques dans la conduite quotidienne. Sur l’Audi RS Q e-tron, une quantité phénoménale de puissance et de couple est disponible à tout moment. Aucune voiture utilisant une chaîne de traction classique avec un moteur à combustion interne ne peut offrir de telles performances. Comme il n'y a pas de transmission et que je n'ai pas besoin de changer de vitesse, je peux me concentrer pleinement sur la conduite tout terrain. L'acoustique est encore inhabituelle pour moi. Contrairement à un moteur à combustion interne, le convertisseur d'énergie, avec ses vitesses de rotation et son développement sonore, ne suit pas directement les ordres de la pédale d'accélérateur.

En tant que conducteur, vous devez vous sentir à l'aise et en confiance dans la voiture. Quels conseils avez-vous donnés à l'équipe d'ingénieurs d'Audi pendant le développement ?
Audi connaît très bien les groupes motopropulseurs électriques grâce à ses projets précédents, qu'il s'agisse de la propulsion hybride au Mans ou de la propulsion électrique à batterie en Formule E. Nous, les pilotes, savons exactement quelles exigences le Rallye Dakar impose au châssis, aux suspensions des roues et aux autres composants. Outre les nombreuses idées détaillées qui ont été intégrées dans le développement, notre conseil général était que la fiabilité compte plus que les derniers dixièmes de seconde.

Presque tout dans le projet est nouveau : le domaine d'application pour Audi, le groupe motopropulseur innovant et le châssis ont été conçus en conséquence. En revanche, vous et votre camarade Carlos Sainz, ainsi que l'équipe de Q Motorsport, connaissez parfaitement le Rallye Dakar. Comment évaluez-vous ces facteurs individuels ?
Ce qui est bien, c'est que tout le monde sait ce qu'il faut faire. Personne n'est en mesure de montrer à Audi une chose ou deux lorsqu'il s'agit de développer des voitures de course compétitives. Nous, les pilotes, apportons des dizaines d'années d'expérience en sport automobile et l'équipe de Sven Quandt est extrêmement performante en rallye tout-terrain depuis environ un quart de siècle. J'ai gagné trois fois le rallye Dakar avec lui. Avec Carlos Sainz, j'ai construit une belle relation de confiance mutuelle ces dernières années. Nous partageons beaucoup de points de vue et travaillons donc bien ensemble. Mattias Ekström est nouveau dans le rallye tout-terrain, mais il a eu une carrière exceptionnelle en course sur circuit et a été champion du monde de rallycross. De plus, il connaît parfaitement Audi Sport. C'est un bon mélange dont tout le monde profite.

Vous avez célébré la plupart de vos succès avec Jean-Paul Cottret comme navigateur. Maintenant, Edouard Boulanger est votre nouveau copilote. Qu'est-ce que vous appréciez le plus chez lui ?
Nous partageons la même passion pour notre sport. Il vient du secteur de la moto, où j'ai également débuté, et est à l'aise dans le domaine du tout-terrain depuis de nombreuses années. Il est compétent, calme, désireux d'apprendre et travaille à un niveau résolument professionnel. Sinon, nous n'aurions jamais pu gagner ensemble le Rallye Dakar 2021. Je suis heureux de l'avoir à mes côtés car nous nous complétons parfaitement.

Pour Audi, le Rallye Dakar 2022 est une première, de plus c'est une première avec un nouveau concept de véhicule. Au vu de votre expérience passée : qu'est-ce qui vous semble réaliste ?
En fait, nous n'allons pas disputer d’autres rallyes en amont, mais nous nous concentrons sur notre programme d'essais. De plus, le caractère du Rallye Dakar 2022 changera considérablement en raison du parcours. Il s'agit d'un défi à maîtriser en premier lieu, ce qui signifie terminer l'événement après plusieurs milliers de kilomètres dans le désert sans aucun revers majeur. Si nous y parvenons, alors je serais heureux d'un résultat dans le top 5.

Dans quelle mesure le caractère du rallye va-t-il changer en raison du parcours en Arabie Saoudite ?
En 2021, nous courions encore sur un terrain très rocailleux. En janvier prochain, les dunes du Empty Quarter nous attendent. J'ai déjà très hâte d'être dans le désert. Cela me rappelle l'époque du rallye Dakar en Afrique. Pour nous, coureurs, il ne s'agit pas seulement de vitesse. Pour moi, les paysages qui posent des défis uniques en leur genre sont au moins aussi importants. Au cours de ma vie, j'ai conduit dans les déserts d'Afrique, d'Amérique du Sud, d'Asie et de la péninsule arabique. Je pense que nous allons avoir un beau rallye classique dans le désert.

On peut dire que personne d'autre dans le sport automobile n'a participé au Rallye Dakar aussi souvent que vous, et que vous êtes le candidat le plus titré. Qu'est-ce qui vous motive encore et encore ?
Ce n'est pas très difficile : c'est tout simplement ma passion et je suis animé par l'envie de redécouvrir sans cesse notre sport, ses parcours et ses paysages variés. Je n'ai pas besoin d'une motivation supplémentaire pour revenir au Rallye Dakar chaque année.

Rallye interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam