Publicité

Martinx veut promouvoir le Pays Basque intérieur en VTT de descente

Rédaction Divertir Par Le jeudi, 24 décembre 2015 à 15:03 0

Dans Sports

Martinx veut promouvoir le Pays Basque intérieur à l'aide d'un clip vidéo en VTT de descente. Une idée originale pour un sport moins connu et une zone géographique (le début des Pyrénées) parfois mise à l'écart.
Decouvrons l'ensemble avec son concepteur dans cette interview.

Martinx en VTT de descente veut promouvoir en vidéo le Pays Basque intérieur

- Pouvez-vous rapidement vous présenter pour commencer ?
Martin, 21 ans, de Saint Martin d’Arrossa, petit village de 500 habitants dans le Pays Basque intérieur. Je suis actuellement en première année de master en management international à Bordeaux. Mes passions dans la vie sont le foot, le vélo, le métal, le vélo, et le vélo.

- Vous êtes fan de descente de VTT. Est-il possible de nous parler de cette discipline et de ses particularités ?
Pour faire simple il faut descendre un chemin le plus vite possible ! C’est une discipline née en Amérique du Nord aux alentours des 80s-90s. C’est donc un sport très jeune mais qui est constamment en mouvement au niveau des compétitions et des innovations techniques sur les machines. Les cadres, suspensions et autres composants sont spécialement conçus pour la discipline. Les vélos s’apparentent à des motos, et il parait que les sensations sont proches du motocross. C’est un sport dangereux car on fonce à toute allure entre les arbres, ravins, racines, rochers etc., de bonnes protections sont nécessaires pour pratiquer (casque intégral, dorsale, gants, genouillères…) ! Le sport se pratique le plus souvent en station l’été, les remontées mécaniques dédiées au ski l’hiver servent pour les vététistes, et on trouve les mêmes balisages pour rider sur les chemins (vert, bleu, rouge, noir).

Démo vidéo du VTT descente

In the Know - Connor Fearon

- Comment est-elle perçue d'une manière générale et par les riverains ?
Je pense qu’elle est perçue de façon positive. C’est une activité verte, qui ne fait pas de bruit et tant que nous fermons les portails, respectons les troupeaux et la nature y’a pas d’raisons ! 

- Vous avez pour projet de promouvoir l'intérieur du pays Basque et ses montagnes à travers une vidéo en descente VTT. Pouvez-vous nous présenter le projet ?
Cette vidéo montrera nos belles montagnes et notre beau patrimoine mais également servira à montrer que OUI il y a des riders ici aussi, et que l’on peut faire du VTT en plus de tout le reste. Les spots les plus connus se sont fait connaître par des vidéos. Un exemple : « pista prest dago » vidéo réalisée à La Rhune est devenu un mythe, tout le monde aimerait y rouler, mais ils ont eu des problèmes avec les propriétaires terriens et collectivités locales... Alors essayons de faire la même chose à l’intérieur mais plus encadré !

- Le pays Basque est une région magnifique, mais on entend souvent parler que des côtes et du littoral du point de vue touristique. Ca ne vous rend pas chagrin ?
Oh que oui. Mais je fais avec. Ça m’énerve un peu d’ailleurs parce que lorsque je parle de Pays Basque avec des gens de « l’extérieur » ils ne me parlent que du littoral et des fêtes de Bayonne. Le Pays Basque ne se résume pas qu’à la côte. Je suis très content pour le littoral et l’industrie nautique fait rêver, pourquoi n’en ferait-on pas de même avec la montagne ? Nous avons un potentiel énorme dans nos montagnes qui est vraiment inexploité. On peut faire du vélo, de la randonnée pédestre et équestre, forêts, pêche, chasse, et j’en passe ! Certains font déjà vivre la montagne mais pas suffisamment à mon goût. Durant l’été 2014 j’ai travaillé au sein de l’office de tourisme de Saint Jean Pied de Port et j’ai constaté que les activités de montagne étaient plus une option qu’une réelle envie. Puis lorsque j’échangeais avec les professionnels du secteur j’ai souvent entendu « il n’y a personne » ou « les gens viennent mais ne consomment pas » et ça me fend le cœur. Je n’aime pas voir les petits producteurs, artisans et commerçants mettre la clé sous la porte les uns après les autres.
A nous donc de changer la donne en dynamisant et rendant plus attractif notre territoire, et changer l’option en but ! 
Ca pourrait profiter à TOUS.

- Pour réaliser cette vidéo promotionnelle, vous recherchez des fonds sur My Major Company. En quoi cela va vous être utile ?
C’est exact. Professionnels et particuliers font don d’une somme en fonction de leurs moyens, et en échange je leur donne une contrepartie. Pour les particuliers ça va de l’ordre du symbolique (leur nom dans le générique de fin, venir rouler avec notre bande de riders, réception « VIP » etc.) et pour les professionnels de l’ordre du sponsoring, communication (affichage de leur logo par exemple). Dans cette vidéo je serai donc le « rider ». Elle sera réalisée et tournée en janvier-février 2016 avec l’aide de la société Kanaldude pour faire quelque chose de qualité et donner envie aux gens de venir !
En plus, cette idée de financement participatif fait que les gens se sentent concernés et montre que l’on fait quelque chose de grand tous ensemble. J’ai lancé ce projet seul, et aujourd’hui nous sommes 32 contributeurs et le nombre ne va pas s’arrêter là ! C’est génial ! MERCI A TOUS POUR VOTRE SOUTIEN !

- Quelques fois on ne sait pas ce que font les gens du surplus des collectes de microfounding. Dans votre cas, si ça se produit (et on vous le souhaite), vous avez décidé d'en faire don à un autre projet culturel : la rénovation d'un cinéma de quartier...
Oui, j’envisage de faire don du surplus au cinéma de Saint Martin d’Arrossa car je ne veux pas gagner d’argent dans cette opération et en plus, ils en ont vraiment besoin. Les travaux ont commencé en 2012 et sont maintenant quasiment à l’arrêt. L’accès à la culture est important et on doit le défendre ! Cette salle est importante car, outre les séances de cinéma traditionnelles, elle permet d’accueillir les fêtes scolaires, d’organiser des goûters / séances de noël pour les enfants, d’accueillir des pièces de théâtre ainsi que des reportages / ciné-débats.

 

La collecte a déjà atteint le budget nécessaire ! Les contreparties et « forfaits » sont toujours d’actualité, et l’argent donné dès à présent servira toujours à montrer l’intérêt pour le projet et le territoire, mais le complément sera versé à un 2nd projet défendu : le cinéma.
Fin de collecte le 8 janvier 2016.

 

- Fêtes nous rêver : quel est votre endroit ou lieu préféré du pays Basque ?
Vous me posez une colle ! Mais je dirai le Jara (une montagne) car on a une vue à 360°. Vous pouvez voir la mer vers Anglet, les montagnes d’Irrati, La vallée de Garazi-Baigorri, la frontière avec l’Espagne et les inombrables chaines de montagnes.

- Quels sont vos futurs projets ?
Avec les membres du groupe de riders informel « Arrosa Crew » nous devons nous voir prochainement pour établir les grandes lignes de l’association que nous souhaitons créer. Affaire à suivre !

- Vous êtes étudiant et je crois que vous aimeriez bien vivre de votre passion...
OUI ! Après mes études j’envisage de partir à Whistler au Canada, considéré comme La Mecque de la DH pour trouver un travail en relation avec le tourisme ou le VTT pour ensuite revenir au Pays Basque et développer le sport à leur manière plus d’autres projets plus personnels toujours en lien avec le VTT.

- Un dernier mot pour conclure ?
Ongi Etorri Euskal Herrira ! (Bienvenue au Pays Basque).

Merci à Martin d'avoir présenté son projet !
Vous pouvez également le retrouver sur Facebook.

Arrosa Crew-IrriSarri Land

Tourisme interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam