Publicité

Gianluca Minoprio veut devenir un pilote de F4

Maxime Lopes Par Le samedi, 01 mai 2021 à 19:00 0

Dans Sports

Gianluca Minoprio s'est lancé le défi de devenir pilote de F4 en seulement un an. Découvrez ses premiers pas dans le monde de la course automobile...

Gianluca Minoprio

D’où vient votre passion pour le sport automobile?
Après avoir émigré de l’Argentine pour la France ma famille et moi avons vécu lors de mon enfance à 15 min du circuit de Magny-Cours où se déroulait à l’époque le grand prix de France de F1. J’ai passé beaucoup de week-end à admirer ces véhicules en tous types rouler sur piste et comme tout enfant j’ai rêvé devenir pilote.

Vous faites beaucoup de pilotage via un simulateur de jeux vidéo. Peut-on en savoir plus sur le jeu utilisé et votre progression à travers celui-ci ?
Il y a de nombreux jeux-vidéo qui se catégorisent comme « simulateur ». Mais chacun à son degré de réalisme. Aujourd’hui le simulateur que j’utilise s’appelle « Iracing ». C’est le simulateur le plus réaliste/immersif trouvable sur le marché qui est utilisé/conseillé par de nombreux pilotes professionnels. Ayant commencé à rouler en parallèle de mes études supérieures j’ai réussi à me faire une place dans des championnats amateurs avec un niveau plus que respectable. Je dirais que mon niveau de progression est à la hauteur du temps que je lui dédie. Je suis persuadé qu’avec plus de temps libre je pourrais largement être meilleur et c’est vers quoi je tends.

Avez-vous un rythme d'entraînement sportif particulier ?
Comme le nom l’identique « Sport auto », rouler une voiture est quelque chose de très sportif car il met à l’épreuve le corps sur chaque virage. Comparé à la simulation où l’on peut simuler la conduite de manière fidèle grâce au volant et aux pédales il manque toujours ce ressenti sur le corps qui est très éprouvant et nécessite une préparation en amont. Pour me préparer à mes journées de roulage sur piste, je suis une routine quotidienne sous les conseils d’un coach sportif dans lequel je fais des exercices sportifs et respecte une alimentation saine.

Est-ce simple de conjuguer l'entraînement sportif et vos études ?
Simple... Non, car sinon tout le monde le ferait. Au début le plus dur à fût ne pas se trouver du temps pour étudier et faire son sport. Avec de l’organisation et une routine de créer on s’adapte vite. Après ce n’est pas du tout facile d’avoir ce mode de vie tous les jours et des fois ça l’est encore moins car mon mode de vie peut-être en décalage au mode de vie d’un étudiant. Ce que je veux dire par là, c’est que généralement un étudiant ça sort au bar, fait la fête, ne fait pas spécialement attention à son alimentation. Et tout ça sont comme des tentations quotidiennes qui rendent la tâche un peu plus dure. Après je ne me prive pas de tout car sinon ce serait invivable. J’apprends à profiter de la vie étudiante tout en étant conscient de mes responsabilités à côté.

En quoi votre récent financement participatif vous sera utile et avez-vous un message à faire passer aux contributeurs ?
Tout d’abord j’aimerais remercier à tous mes contributeurs pour croire au projet et me faire confiance en ayant financé dans cette récolte de dons. L’argent récolté sera utilisé dans un premier temps pour réaliser mon premier essai sur piste avec une Formule 4. L’objectif de ce premier essai est d’abord pour moi de réaliser si la « vraie » course auto est quelque chose qui me correspond ou si je suis juste bon sur simulateur. Ensuite, l’objectif est de filmer mon évolution sur internet et beaucoup de gens sur internet se posent la question aujourd’hui de savoir si un pilote de la simulation peut faire sa place sur piste. J’ai envie de leur donner une réponse en partageant mon expérience.

Comment votre famille accueille-elle votre souhait de progresser dans le sport automobile ?
J’ai de la chance d’avoir une famille très unis, ouvert d’esprit et qui me soutienne à 100% dans ce que je fais. Au vu de l’ambition qu’a le projet je suis vraiment honoré d’avoir des parents qui me supportent et croient dans ce que je fais. Sans eux je ne serais sûrement pas là où je suis. De plus ayant une grande partie de la famille fan de sport auto, ils sont tous très heureux de voir quelqu’un tenter sa chance.

Plus globalement, est ce simple de trouver sa place dans le monde de la compétition automobile ?
Non, c’est très dur de faire sa place dans le monde du sport auto. Et non pas parce que le niveau est très élevé mais plutôt parce que les pilotes qui évoluent dans ce sport en grande majorité sont ceux qui ont les moyens. Aujourd’hui dans la catégorie reine qui est la Formule 1, il y a plein de pilotes qui mériteraient leur place mais malheureusement sur seulement 20 sièges c’est celui qui a le plus d’argent qui fait sa place.

Peut-on en savoir plus sur vos stages de pilotage ?
Grâce au financement participatif, je vais très prochainement réaliser mon premier stage de pilotage en F4. Ça va consister en une demi-journée de roulage avec un moniteur qui va juger mon niveau sur piste et donner des conseils pour apprendre à mieux rouler.

Quelles sensations vous procurent la conduite d'une voiture et quelles émotions avez-vous eu quand vous êtes monté dans une monoplace pour la première fois ?
Pour le moment je peux pas vous le dire... Mais autour de fin Mai, début Juin sortira une vidéo Youtube sur le sujet.

Est-ce qu'il y a un circuit automobile particulier qui vous plaît ?
Il y a plein de circuits mythiques que j’aimerais bien rouler un jour dans ma vie. Mais si un jour j’ai la chance de pouvoir rouler à Monaco une fois dans ma vie je serais très heureux.
Ce circuit est mythique pour son histoire, son emplacement et les souvenirs que j’ai de petit avec mon père. Pouvoir faire la course à Monaco serait quelque chose de très émouvant.

Comment vous voyez-vous évoluer en F4 prochainement et espérez-vous pouvoir intégrer le championnat ?
Prochainement je serais en total apprentissage en F4 car je serais en pleine découverte. Sinon en regardant un peu plus loin je me vois m’entrainer sur circuit pendant la période d’été et rejoindre le championnat de France de F4 pour la fin de l’année. Encore une fois tout ça dépendra de ma première expérience en piste qui me décidera si oui ou non c’est un sport qui me correspond et aussi du budget que j’arriverais à récolter au fil de l’année.

Se fixer un objectif d'un an pour atteindre vos objectifs n'est-il pas ambitieux ?
Lorsque je me suis lancer dans le projet j’avais l’impression qu’un an c’était beaucoup et que j’aurais le temps pour me préparer. Aujourd’hui après 4 mois donc en soi 1/3 de l’année je me rend compte de l’ambition qu’a le projet. Mais ce n’est pas parce que le projet est ambitieux et jamais vu avant que je vais pour autant baisser les bras. Je me sens totalement capable de me mettre à niveau sportivement et d’apprendre tous ce qui me manque pour être compétitif. L’unique chose qui pourrait arriver à me manquer sur 1 an c’est le Budget. Après il faut se mettre dans ma peau et comprendre que j’ai 19 ans, ce qui est déjà « vieux » ou « en retard » par rapport aux pilotes qui participe en Championnat de F4 donc je veux tenter ma chance avant qu’il soit plus possible à cause de mon âge.

Est-ce qu’il y a une catégories qui vous fait particulièrement rêver dans le sport automobile?
La catégorie qui me ferait le plus rêver c’est bien sûr la F1. Car c’est la catégorie qui représente l’excellence en tout point, que ce soit au niveau du pilotage, de l’ingénierie, la mécanique, les arrêts aux stands. Après je suis réaliste et je sais qu’il est quasiment impossible pouvoir arriver en F1. Ce qui moi me fait vibrer c’est faire la course donc après que ce soit des catégories GT, Monoplace ou autre si je peux vivre du sport auto ce serait un rêve fait réalité.

Allez-vous partager votre aventure sur les réseaux sociaux ou en vidéo au public ?
C’est le but numéro 1 de mon projet ! J’ai la chance de pouvoir montrer tout mon parcours depuis le début donc j’en profite pour le partager au plus grand nombre de personnes sur mes différents réseaux sociaux pour montrer tout ce qui se passe derrière le monde du sport auto et montré le travail qu’il faut pour devenir pilote.

Avez-vous déjà pu assister à une compétition automobile en tant que spectateur, voire même jeter un oeil aux paddocks en pleine effervescence ?
Oui depuis tout petit j’ai vraiment eu cette chance de pouvoir assister à de nombreux événements sur le circuit de Magny-Cours. Très récemment (avant la crise du Covid) j’avais eu la chance d’aller à Barcelone assister aux essais hivernaux de la F1. Être immerger dans les paddocks, voir les pilotes, les mécaniciens et les ingénieurs travaillé devant moi, ça m’a encore plus donné envie de faire ce projet.

Devenir pilote de F1 est-il votre plus grand rêve ? D'ailleurs, est-ce qu'il y a un pilote que vous aimeriez titiller au volant d'une monoplace ?
C’est le plus grand rêve de tout pilote je pense. Je suis dans la philosophie de ce qui se donne des objectifs qui peuvent être inatteignable car au moins le chemin que l’on fait pour chercher à tendre vers cela nous permet de vivre des expériences incroyables. Je ne pense pas qu’il y ait de pilote que j’aimerai « titiller » si j’ai la possibilité un jour de pouvoir faire de la compétition la seul chose que j’aimerai ce serait de les battre. Selon moi la personne avec qui je roule contre, m’importe peu, que ce soit Hamilton où n’importe qui dans une voiture égale la seul chose qui m’importerai ce serait de mettre tous les moyens de mon côté pour le battre.

Merci à Gianluca Minoprio d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Instagram.

Devenir pilote de F4 (Crowdfunding)

interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam