Publicité

Audran Cattin présente la pièce Effleurer l'Abysse

Maxime Lopes Par Le samedi, 26 février 2022 à 11:54 0

Dans Spectacles

Effleurer l'Abysse est une pièce de Solenn Denis mise en scène par l'acteur Audran Cattin. Elle est interprétée par Mathilde Weil, Maxime Gleizes et Simon Cohen.
Découvrez en plus dans cette interview.

Effleurer abysse affiche (crédit Felix Renaudin)

crédit visuel Felix Renaudin

Pouvez-vous nous présenter la pièce de théâtre Effleurer l'Abysse ?
Cette pièce a été écrit par Solenn Denis dans le cadre d'une commande en écriture pour la collection Binôme de la compagnie Les sens des mots de Thibault Rossigneux.
Le concept est simple : un savant et un auteur se rencontrent pendant 1h autour d’un café. Le savant expose son métier, l’auteur écoute.
À la fin de l’entretien, ce dernier a 2 mois pour écrire une pièce abordant les thèmes sur lesquels le savant travaille.
Thibault Rossigneux l’explique lui-même très clairement : « Binôme est avant tout l’envie de faire se rencontrer deux individus évoluant dans des milieux très différents mais passionnés par leurs activités respectives. L’un consacre sa vie à la recherche, l’autre à l’écriture.
Binôme permet de découvrir de façon non-didactique la science qui devient une source féconde d’inspiration pour le théâtre contemporain. »

Solenn Denis, autrice, a rencontré Pierre-Olivier Lagage, astrophysicien.
Monsieur Lagage travaille depuis 25 ans sur le télescope James Webb. Un télescope infrarouge qui permet de voir les étoiles mortes, les étoiles entourées de débris de poussière. Il permet de voir l’invisible, ce que la matière émet, la lumière émise.

A partir de son entretien avec cet astrophysicien, Solenn Denis imagine un drame à huit-clos dans un appartement aseptisé de banlieue parisienne, entre deux personnages, Ben et Jo, qui s'aiment mais qui ont des visions différentes de la vie.

Que peut-on savoir des personnages du couple de Ben et Jo ?
Ben est astrophysicien, très cartésien, il ne croit pas à la vie après la mort.
Il travaille sur le James Webb Télescope (qui a d'ailleurs été mis sur orbite le 25 décembre 2021). Ce télescope est révolutionnaire car il utilise l'infrarouge, il permet de voir la lumière émise par les étoiles, les étoiles invisibles, mortes, ou entourées de débris de poussières. Il peut voir beaucoup plus loin, et donc tôt (dans la passé) que son prédécesseur le Hubble. Il va permettre à l'humanité de découvrir immensément plus de choses sur le cosmos.
Jo est musicienne, assez spirituelle. C'est une artiste accomplie, assez connu, elle travaille à domicile sur son piano, elle chante et compose.
Leur couple va mal. Ils ont vécu un évènement terrible et essayent de survivre, de cohabiter malgré la plaie.

Comment travaillez-vous avec les comédiens Mathilde Weil, Maxime Gleizes et Simon Cohen ?
Le travail s'est d'abord fait à la table, avec une analyse précise du texte, car c'est un langage assez particulier. Il paraît quotidien au premier abord, mais se révèle poétique et extrêmement rythmé (temps/contre-temps).
Le jeu qui en découle est, selon moi, du naturalisme : une performance qui oscille en permanence entre fiction et réalité. Tout se fait au présent, sans artifice.
Par exemple, dans cet appartement, les personnages vivent, s'ennuient, se lavent les mains, lisent, chantent, parlent, ils ne cherchent pas à être efficaces pour produire une histoire. Ce qui embarque le spectateur dans un réalisme de situation, et le place presque comme un voyeur, qui observe ce couple par le trou de la serrure.
Pour essayer d'atteindre ce naturalisme, le travail avec les comédiens et les comédiennes passent par des exercices de Meisner - très au présent, ici et maintenant -, par de l'abandon du texte pour seulement vivre la situation en étirant au maximum les temps et la parole pour trouver la bonne nuance, aller dans l'extrême pour ensuite doser, essayer de ne rien produire en tant que comédien c'est-à-dire de ne pas faire, mais tenter d'être.
Ce que j'appelle le naturalisme (et je ne suis pas du tout spécialiste des courants théâtraux) est le style de performance qui me touche le plus dans le spectacle vivant. Il convoque une vérité du moment et du propos incomparable.
Le problème c'est que c'est un style très fragile, puisque l'on travaille avec de l'humain, et que chaque soir cela peut ou ne peut pas fonctionner.
Ce qui amène un défi et un tract permanent.
Les trois comédiens-nnes sont formidables, précis et pleins-nes de propositions. Nos échanges sont bienveillants, nous cherchons ensemble, je leur laisse beaucoup de places pour la recherche tout en les cadrant à certains endroits. Le travail est acharné et vibrant ! On a hâte de vous montrer le résultat !

Souhaitez-vous nous parler des décors ?
Oui bien-sûr. Ce qui m'intéresse en montant cette pièce, c'est surtout la direction d'acteur. Cela me touche particulièrement, étant moi-même comédien.
Pour la mise en scène, ou la scénographie, c'est plus compliqué : je ne m'y connais pas. J'ai donc cherché des idées, discuté avec des professionnels, des metteurs en scènes, des scénographes, et j'ai finalement fait au plus simple par rapport au théâtre qui allait nous accueillir.
Il fallait représenter l'appartement aseptisé, et pour aller dans le sens du jeu naturaliste, le décor devait lui aussi être simple et crédible.
Il y aura donc simplement un grand drap blanc tendu en fond de scène - qui représentera un des murs -, le bureau en verre de Ben, le piano de Jo, et peut-être une plante en plastique.
Ce décor sera réchauffé et coloré par la projection de vidéos thermiques, puisque -rappelons-le- Ben travaille sur un télescope infrarouge.

Vous montez cette pièce avec votre compagnie artistique Ascèse, dont vous êtes artiste associé. C'est une petite structure, et vous avez crée une cagnotte HelloAsso sur laquelle nous pouvons contribuer pour aider à la production de ce projet c'est cela ?
Effectivement, Nicolas Belmonte et moi avons crée Ascèse en 2015. Mais nous avons été pris par d'autres choses. De ce fait, nous n'avons monter aucun projet. J'ai décidé de reprendre du service à la fin de la série Les Bracelets Rouges, et avec le temps que laissait le covid.
Et oui aussi, j'ai lancé une cagnotte pour pouvoir rembourser les frais de la production du spectacle. Si vous voulez nous aider c'est avec grand plaisir, et vous pouvez en parler autour de vous.

Audran Cattin - metteur en scène

Vous êtes habitué des passages à la télé mais ici c'est du théâtre, les réactions du public sont beaucoup plus directes. Comment appréhendez-vous cet aspect ?
Je faisais du théâtre bien avant la télé, et cet aspect éphémère et direct du spectacle vivant me fascine, et est essentiel je pense.

On avait déjà pu vous découvrir en tant que musicien ; mais en tant que curieux êtes vous passionné par l'astrophysique ? Ou est-ce un sujet que vous approfondissez avec la pièce ?
Je crois en Dieu, mais aussi aux esprits, aux ondes, aux énergies, à l'infiniment grand contenu dans l'infiniment petit, mais également à la Science. Je pense que les deux sont liés, ce n'est pas tout noir ou tout blanc.
Et c'est de cela dont parle la pièce, avec la facteur "amour" qui nuance les échanges de Ben et Jo.
Et c'est pour cela que j'ai eu envie de monter cette pièce.

Vous êtes parrain de l'association  "Super Max I Mom" ; souhaitez-vous nous en dire quelques mots ?
Oui, c'est une association créée par Mary Roger, mère de Maxence, un petit bonhomme qui nous a quitté en novembre 2021, emporté par la maladie. Il était atteint d'un ostéosarcome -le cancer des os.
Je les ai rencontré en 2018 lors de la saison 2 des Bracelets Rouges, dans laquelle j'interprétais un enfant atteint du même cancer.
Leur histoire m'a forcément touchée, et l'envie de défendre et de représenter cette cause fut évidente.
Même si Maxence est parti, le combat continue, il faut faire avancer la recherche et donner ! Voici le lien vers la page HelloAsso de l'association, où vous pouvez aider en donnant. Chaque don est bénéfique !

Des projets pour la suite ?
Oui, beaucoup de choses se préparent, et ça fait du bien !
Tout d'abord Effleurer l'Abysse, qui se jouera dans d'autres théâtres après l'exploitation à la Flèche.
Aussi, en tant que comédien, au théâtre, début 2023, je jouerais dans un magnifique projet dont je ne peux pas encore parler.
Un projet de film pour cet été 2022 en tant que comédien, et la sortie du premier épisode de ma série documentaire sur les Métiers Insolites qui présentera Gérald, un forgeron.
Et pour finir : la musique. Je vous avez parlé il y a quelques années d'un album sur les couleurs, les nuances. Il est en arrêt, pour plusieurs raisons, mais simplement en arrêt, il reprendra un jour. Là pour l'instant, j'ai décidé de m'appeler Audran au lieu du pseudonyme Ocelot, et de sortir un EP (8 titres) qui est en cours de création et qui devrait sortir cette année.
Enfin, pensez-y, en ce moment c'est le Nikon Film Festival, et nous avons fait un film avec une belle équipe

Merci à Audran Cattin d'avoir répondu à notre interview !

interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam