Publicité

Louis de Funès à la cinémathèque : c'est nous en pire !

C'est un mythe, une légende. Près de 40 ans après sa disparition, Louis de Funès est consacré par la cinémathèque française. Une expo et une rétrospective sont visibles depuis le 15 juillet. Lui, l'artiste populaire par excellence dont les mimiques ont souvent hérissé les critiques élitistes parisiens ; on y découvre un artiste encré dans son temps : un Louis de Funès symbole des 30 glorieuses.

Rendre un nouvel hommage à Louis de Funès lors d'une exposition à la cinémathèque française de Paris c'est mesurer combien l'oeuvre du comédien français se confond avec l'histoire de son pays et de ses peurs.
Ce qui était important pour le commissaire de l'exposition Alain Kruger au micro d'Arte, c'était que sa carrière épousait totalement la courbe de croissance des 30 glorieuses. Plus le succès augmentait, plus ses angoisses augmentaient. Il était terriblement angoissé de se dire que ce qu'il avait réussi à faire grandir pouvait disparaitre du jour au lendemain.

L'exposition rappelle aussi l'immense popularité du comique dans l'Europe des années 1960 et 1970 et son rôle d'exutoire.
De Funès est la plus grosse star européenne dans les pays du bloc de l'est, dans les pays à régime un peu autoritaire. Il incarne ce petit chef, ce petit tyran domestique. Les films passent la censure sans aucun problème, mais qui permettent de ricaner des petits chefs et du pouvoir sans trop de risque. Ce qui est frappant c'est l'élégance de De Funès : ses mots sont toujours choisis. C'est un jeu de mots suptile qui n'a rien de mécanique et qui est extrêmement gracieux.
Louis de Funès a incarné toutes les tares françaises pour la journaliste Guillemettes Odicino ; excepté le machisme. Il est un peu dépassé, au pire des cas un peu obsecur avec les dames car il a peur.

Snobé à l'origine par une partie de la presse, Louis de Funès est aujourd'hui l'objet d'un regard critique approfondi. Il y a dans la panthonyme du comédien un affrontement permanent entre l'ancien et le nouveau qui le rend contemporain et même intemporel.
Il était jazzman avec cette culture du jazz et le sens du rythme. L'acteur faisait des variations sur le thème musical.

Exposition

Jojol : un nouveau local pour le tournage de ses vidéos Jojol : un nouveau local pour le tournage de ses vidéos
Une nouvelle aventure commence pour Jojol avec un nouveau local... L'occasion de découvri...
  Full Moon Music : l'album Numero uno
David, aka  Full Moon Music, est lyonnais et sort l'album Numero uno après de longs ...
Full Moon Music : l'album Numero uno

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire