Publicité

La Magnifique Society confirme ses ambitions en 2019

La Magnifique Society se termine et confirme une fois encore ses ambitions. Parenthèse enchantée lancée depuis 2017 par la Cartonnerie, le festival se referme sur une très belle édition qui laisse entrevoir son avenir sous les meilleurs hospices.

La Magnifique Society 2019 - Miyachi (crédit Grak Phie)

crédit visuel : Grak Phie

Pour sa 3ème édition, le festival a confirmé sa place de jeune festival ambitieux, accueillant un total de 20 000 personnes sur 3 jours, avec une affluence record lors de sa journée du samedi.

Un nouveau palmarès pour La Magnifique Society, âgée de seulement 3 ans, après avoir doublé son audience lors de son  exceptionnelle deuxième édition. Si l’on pouvait d’ailleurs penser que cette deuxième édition tenait de la chance du débutant, le festival qui vient de s’achever a bien prouvé le contraire.

Avec une programmation plus exigeante, où se mêlaient têtes d’affiches internationales et découvertes des 4 coins du monde, la fréquentation a seulement pâti de la pluie qui s’est invitée elle aussi à la fête pour la première fois cette année. Le travail de défrichage et d’incitation à la découverte que l’équipe artistique mène depuis le début porte ses fruits et la Society s’agrandit et se fidélise. La part des billets 2 ou 3 jours vendus représente 1/3 des ventes et indique que le public adhère désormais à l’événement.

Mais loin de rester sur ses acquis, le festival expérimente et innove encore : un site élargit, une nouvelle journée proposée, de nouvelles propositions pour le public… C’est le credo de l’équipe à l’origine du festival : toujours améliorer l’expérience magnifique pour le public et les artistes !
 
Le Parc de Champagne a fait son entrée dans le cercle des lieux magiques de festivals. Les différents publics de cette society éphémère s’y rencontrent et y échangent, s’aiment et s’y amusent, dans un cadre privilégié au milieu des chênes dorés et des pins centenaires.
Présentée à l’entrée de l’été, La Magnifique Society est devenue en quelques années un événement à part de la saison des festivals.

Subtilement posées en harmonie avec ce site exceptionnel, les 3 scènes jouent avec le relief naturel du parc et incitent les festivaliers à la déambulation.
La Mainifique, La Central Parc et Le Club Trotter sont de formidables terrains de jeu pour des artistes ravis et conquis de jouer dans un si bel écrin. Quand La Petite Society a affiché complet sur ses ateliers DIY pour du chill, des ateliers, de la musique.

Le public retiendra de cette édition, le show incroyable de Chris(tine) and the Queens, les premières de Roméo Elvis ou de Nekfeu sur cette saison, mais également le son chaud de Delgrès, le set bouillant de Muzi, ou la frénésie de Bagarre !

Durant 3 jours, les 3 scènes ont vu se succéder découvertes et têtes d’affiches, de l’Afrique du Sud aux États-Unis en passant par l’Europe, sans oublier les désormais très attendus artistes asiatiques venus du Japon ou pour la première fois cette année de Corée du Sud.

La plateforme d’échanges artistiques mise en place depuis 3 ans avec ces deux pays fait désormais partis de l’ADN du festival.
Les 12 artistes des Seoul et Tokyo Space ODD ont embarqué un public rémois de plus en plus curieux et attentif à ces scènes-là.
On citera la francophile Zombie Chang et sa pop lo-fi inspirée de Sexy Sushi et des Moldy Peaches, les rappeurs coréens Balming Tiger et japonais Miyachi qui ont provoqué un enchainement de pogos dans la foule sous la pluie battante et face aux mastodontes Franz Ferdinand.
 
Durant 3 jours, les 3 scènes ont vu se succéder découvertes et têtes d’affiches, de l’Afrique du Sud aux États-Unis en passant par l’Europe, sans oublier les désormais très attendus artistes asiatiques venus du Japon ou pour la première fois cette année de Corée du Sud.

La plateforme d’échanges artistiques mise en place depuis 3 ans avec ces deux pays fait désormais partis de l’ADN du festival. Les 12 artistes des Seoul et Tokyo Space ODD ont embarqué un public rémois de plus en plus curieux et attentif à ces scènes-là. On citera la francophile Zombie Chang et sa pop lo-fi inspirée de Sexy Sushi et des Moldy Peaches, les rappeurs coréens Balming Tiger et japonais Miyachi qui ont provoqué un enchainement de pogos dans la foule sous la pluie battante et face aux mastodontes Franz Ferdinand.

Le village GreenRoom

Mais au-delà de sa résonance internationale, La Magnifique Society, maintenant bien en place sur ses bases, tient également à développer son écosystème en valorisant les forces vives du territoire et en stimulant les énergies. C’est ainsi qu’un nouveau lieu, très ludique, du festival, a pu voir le jour : le village Greenroom.

Composé de caravanes colorées construites spécialement pour l’occasion par l’éco-designer Vincent Rahir, ancien étudiant de l’ESAD de Reims. Caravanes qui, à leur tour, ont permis d’accueillir les bacs à vinyles du disquaire la Plaque Tournante de Charleville-Mézières, une karaoké box ou encore les DJ sets acidulés des collectifs locaux invités à mixer pour l’occasion.

Sans oublier l’ensemble des projets satellites présentés en amont du festival : La Magnifique Avant-Garde proposée par le centre de création Césaré, le Magnifique Social Club organisé au Shed en collaboration avec Jazz Us et la soirée Magnifique et Libre orchestrée par Quartier Libre.
Des projets qui font briller la ville de Reims et qui la font rayonner bien au-delà de son territoire.

Avec sa 3ème édition, la Magnifique Society a démontré qu’elle n’était pas qu’un simple festival de musiques actuelles ; elle est bien plus que cela, toujours aussi excitante et pleine de promesses.

Festival

Elisa Erka : le single Corps météo Elisa Erka : le single Corps météo
Elisa Erka a sorti son nouveau single et clip Corps Météo. Elle sera en concert sur Pa...
  Alice et Moi le clip J'en ai rien à faire
Découvrez  le nouveau clip J'en ai rien à faire d'Alice et Moi. Dans ce c...
Alice et Moi le clip J'en ai rien à faire

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire