Publicité

Résonance Bois : une fabrique artisanale de cors des alpes

Résonance bois est une boutique artisanale basée à Lyon qui fabrique notamment des cors des Alpes. L'occasion d'en découvrir davantage sur cette activité orchestrée depuis 10 ans par un ancien musicien d'orchestre.

Résonance bois - Cor des Alpes

Est-il possible de nous présenter votre atelier d'ébénisterie Résonance bois ?
Mon atelier situé au coeur de la croix rousse existe depuis plus de 60 ans dans l'activité d'ébénisterie et j'en suis le 5ème artisan. C'est un atelier de 90m2 en rez-de-chaussée d'un immeuble canut donc très ancien, et à deux pas de la mairie du 4ème [à Lyon, ndlr].

Pourquoi avoir quitté votre travail de musicien professionnel d'orchestre classique ?
J'ai quitté mon métier de musicien d'orchestre progressivement entre 2009 et 2017, un peu fatigué par beaucoup de voyages et avec la très forte envie de réaliser de mes mains un autre "art" moins évanescent. A dessein une fois formé de pouvoir mélanger mes deux approches et passions en fabricant des instruments de musique que je puisse jouer et "façonner à mon image".

Peut-on en savoir plus sur les instruments de musique que vous réalisez chez Résonance bois ?
Depuis 5 ans nous fabriquons des cors des alpes, instrument très ancien, moyen de communication pour les bergers en alpage depuis le XVIème siècle (premiers écrits).
En épicéa, sapin qui pousse en altitude pour son veinage régulier et serré.
Il fait tout de même partie de la famille des "cuivres" car il se joue avec une embouchure et est l'un des ancêtres du cor d'harmonie. (Plus de 110 cors des alpes vendus en 4 ans et demi).
Depuis peu nous fabriquons à la demande et en collaboration avec un musicien des Didgeridoo. (musicien : Gauthier Aubé)
Cet instrument aborigène nous vient d'Australie, très ancien également, il était à l'origine façonné par les thermites qui mangeaient la partie tendre du bois (à l'intérieur) et laissaient les parties extérieures plus dures, évidant ainsi les grosses " branches". En mettant de la cire d'abeille pour poser les lèvres du plus petit côté on peut également faire vibrer les lèvres puis le bois au contact et produire les sons.
Enfin et c'est le sens de notre campagne de financement, nous commençons le prototypage de deux nouveaux instruments pour nous :
Le cornet à bouquin est l'ancêtre de la trompette, légèrement courbe ou droit selon les modèles. Percé de plusieurs trous un peu à l'instar d'une flûte à bec mais toujours avec une embouchure comme ses descendants les cuivres.
Et les serpents, instruments qui ont précédé les orgues dans les églises en accompagnant le "plein chant" jusqu'au XVIII-XIXème siècles.

En quoi le bois est-il un privilège en terme de matériaux pour concevoir des instruments de musique ?
Le bois est un matériau qui peut selon ses essences avoir des densités très différentes.
L'épicéa très tendre et léger appelé souvent "bois de résonance" est essentiel dans beaucoup d'instruments. Ainsi beaucoup de tables supérieures et éclisses de violons, altos, violoncelles... sont en épicéa, qui conduit très bien la vibration. (comme pour le cor des Alpes).
D'autres bois plus durs et lourds sont utilisés pour "renvoyer" la vibration et donc le son, comme le sycomore, le frêne, certains fruitiers et le noyer. Utilisés comme table inférieure des instruments à cordes ils sont également idéaux pour les serpents, didgeridoo et cornets à bouquin.

Comment se passe la réalisation d'un instruments de musique et quelles sont les grandes étapes de fabrication ?
Les étapes de fabrications : communes aux quatre instruments sont :

  1. ébauche, dans un plateau de bois sélectionné pour son veinage on "évide" l'intérieur puis l'extérieur pour former une demie coque de 6 à 8 mm d'épaisseur.
  2. on colle deux demies coques pour former un "tube conique".
  3. on ponce à la main intérieur et extérieur, étape très importante et longue.
  4. on vernis plusieurs fois le bois pour en saturer les pores et améliorer la propagation du son.
  5. on assemble les instruments, on les essaye, on les accorde en en recoupant si nécessaire une partie. Puis on réalise les petites finitions.

 

Quels sont les prix des instruments et assurez-vous des services complémentaires pour vos clients ?
Un cor des Alpes coûte environ 3000 euros, un didgeridoo ou un cornet à bouquin plutôt autour de 1000 euros.
Je propose toujours à mes clients d'essayer et de choisir parmi plusieurs instruments le leur, car deux instruments n'auront jamais le même son et les mêmes caractéristiques techniques. Nous suivons tous nos instruments dans le temps pour les entretenir ou les réparer et intervenons parfois sur d'autres instruments pour nos clients.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Nous réalisons un financement participatif pour pouvoir nous spécialiser pleinement dans cette voie, nous équiper d'une nouvelle machine numérique, de nouveaux bois plus coûteux, et surtout sensibiliser le plus de gens possible à l'aide et au soutien d'une activité rare et néanmoins témoin d'un patrimoine musical et artisanal ancestral.

Vous pouvez soutenir l'entreprise artisanale Résonance bois sur KissKissBankBank.

 

Comment voyez-vous l'avenir de votre profession et arrive-elle à se moderniser ?
On constate depuis de nombreuses années un net regain d'intérêt des musiciens et mélomanes pour les instruments anciens et justement l'histoire qu'ils véhiculent. Certains les utilisent même dans des musiques plus contemporaines ou le jazz, contribuant à ce nouvel essor. Les écoles et conservatoires de musique intègrent de plus en plus souvent ces instruments à leurs classes de "cuivres" pour diversifier les enseignements et auditions. A contrario très peu de facteurs spécialisés dans ces instruments existent encore aujourd'hui.
Comme précisé plus haut nous avons décidé d'intégrer dans les phases d'ébauches des machines numériques très modernes. Elles nous permettent une très grande précision dans nos épaisseurs de bois restantes et améliorent donc grandement la qualité finale de nos instruments. Elles sont également d'une grande aide pour ma volonté constante de faire évoluer ces instruments et répondre aux demandes des musiciens.

Quel est votre instrument de musique préféré et avez-vous encore l'occasion de donner des concerts ?
J'ai deux instruments classiques préférés, le violoncelle et le cor, ils ont d'ailleurs la même tessiture (hauteur des sons), et on y retrouve souvent le même timbre et chaleur de son.
Bien sûr je donne encore des concerts, au cor des alpes tout d'abord et puis c'est essentiel de pouvoir jouer mes instruments en situation. Puis encore de temps en temps du cor d'harmonie en orchestre. La musique est à mon sens un langage à part entière et primordial pour faire passer ou recevoir des émotions et sensations uniques. J'aurais comme beaucoup d'entre nous du mal à m'en passer.

Merci à l'équipe de Résonance Bois d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez la également sur Facebook.

Sandro Alexandre Brahms

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire