Publicité

Galeries et passages en Europe : les jumelages se multiplient

C’est dans la Grande Salle de l’Institut de France, où se rassemblent chaque semaine, les cinq Académies, que « l’Association des Passages et Galeries historiques en Europe » a été lancée ce vendredi 13 septembre, sous le regard bienveillant de Corneille. Ce lancement était accompagné d’un séminaire sur ces espaces urbains patrimoniaux, les jumelages entre la Galerie Vivienne (Paris 2ème) à Paris et les Galeries Royales Saint-Hubert de Bruxelles et celui de la Galerie de la Madeleine à Paris et le Passage du Nord à Bruxelles.

Galeries royales Saint Hubert

Nés à Paris à la fin du XVIIIème siècle, les passages ont connu un véritable engouement au début du XIXème siècle. Après la Révolution française, ces rues couvertes donnaient à la bourgeoisie une revanche sur l’aristocratie. C’étaient des lieux raffinés, accessibles à tous, où cheminer sans se salir et faire du shopping. « La taille de ces passages a évolué au cours des décennies, en marquant une véritable rupture d’échelle à partir de 1845 avec le Passage d’Hambourg (Allemagne) et les Galeries Royales Saint-Hubert, constate l’architecte Jean-Claude Delorme.  Les passages ont été élargis, les verrières offrant une lumière zénithale ont été surélevées. Ce ne sont plus des rues, mais des Galeries monumentales. Le phénomène touche son paroxysme en Italie avec la Galerie Vittorio Emanuele II (Milan) en et la Galerie à Naples. On commence à associer des capitaux publics et des capitaux privés. Le pouvoir financier devient plus important. Le principe pour attirer du monde était d’imbriquer toutes les fonctions à la fois privées et publics.

Un patrimoine fragile

Entre 1786 et 1930, près de 320 passages couverts furent édifiés en Europe dont il n’en reste aujourd’hui que 178 répartis dans 18 pays et 119 villes. Ces lieux présentent toujours aujourd’hui un attrait certain par leurs qualités patrimoniales et esthétiques. Ils restent des centres de développement économique, commercial, touristique et culturel. Pour nombre d’entre eux, ils sont encore des lieux de logement.

« Aujourd’hui les passages sont menacés, parce qu’ils sont petits, anciens, usés et peu adaptés au monde contemporain, explique Aimée Dubos, responsable de Paris Passage, l’association regroupant les Passages Parisiens. A la fin Du XIXème siècle, il y avait plus de 100 passages à Paris, il en reste 17. Et la majorité est rassemblée dans le 2ème arrondissement. Ces passages sont protégés, mais la protection ne suffit pas. Ils sont principalement occupés par des petits commerces. Si le commerce disparaît, le passage disparaît. Et bien souvent en France – c’est moins le cas en Belgique – il y a un problème d’unité de gestion de ces passages, gérés, dans bien des cas, par des indivisions ou des co-propriétés. »

L’importance d’une reconnaissance

Les différents interlocuteurs ont insisté sur la fragilité de ces espaces, l’importance de les protéger et de les reconnaître à différents niveaux. D’où l’intérêt de la création de l’Association des Passages Historiques Européens, dont Alexandre Grosjean, Président des Galeries Royales Saint-Hubert, a rappelé les projets.
L'association, qui est dénuée de tout esprit de lucre, a pour objet de faire connaître, de promouvoir et d’animer sous différents aspects les passages et galeries historiques en Europe. Elle a son siège dans les Galeries Royales Saint-Hubert à Bruxelles.

Elle veut attirer l’attention du grand public mais aussi des pouvoirs publics sur les qualités patrimoniales et esthétiques de ces lieux de vie, de logement, de commerce et d’activités économiques et sur la nécessité d’en assurer la promotion, la valorisation et la conservation.

Elle se veut intervenir auprès des pouvoirs publics pour que ces espaces soient protégés, répertoriés et qu’ils puissent bénéficier de soutiens financiers pour leur réhabilitation, leur restauration et leur mise en valeur.

Elle se veut aussi être le lieu de rencontre de l’ensemble des gestionnaires de passages et galeries en Europe quelles que soient leurs responsabilités mais aussi de toute personne concernée ou intéressée par cette thématique (propriétaires, syndics, gestionnaires, commerçants, habitants, amateurs de ces lieux etc…). Il s’agira par là même de dégager entre eux des échanges, collaborations et synergies pour rencontrer les objectifs poursuivis par l’association.

Elle entend inscrire son action non seulement sur le plan d’une démarche économique, commerciale et promotionnelle mais aussi sur le plan d’une démarche patrimoniale et culturelle.

Promouvoir ces hauts-lieux patrimoniaux, partager leur savoir-faire et leur gestion, les faire connaître au grand public et aux pouvoirs publics nationaux et européens, telles sont les missions de l’association qui sera basée en Belgique.

Avec comme ambition à termes, faire partie des itinéraires culturels du Conseil de l’Europe et qui sait à terme une reconnaissance au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

4 pays et 12 passages pour commencer…

Parmi les pays ayant participé au lancement de cette associations mentionnons : la Belgique avec les Galeries Royales Saint-Hubert, le Passage du Nord et le Passage Bortier (Bruxelles), le Passage Lemonnier (Liège) et le Passage de la Bourse (Charleroi), la France avec la Galerie Vivienne, le Passage de la Madeleine, le Passage Choiseul, le Passage du Caire (Paris) et le Passage Pommeraye (Nantes), les Pays-Bas avec le Passage (La Haye) et l’Espagne avec le Passage Gutierrez (Valladolid).

Et d’autres passages et pays se joindront à l’association dans les mois et les années à venir. Nous pensons notamment aux Italiens et aux Anglais.

Membres fondateurs de l’association

- Monsieur Jean-Claude Delorme, architecte, Paris, France
- Madame Laure d'Oultremont, Galeries Royales Saint-Hubert, Bruxelles, Belgique.
- Madame Aimée Dubos, Présidente de l'Association Passages et Galeries, Paris, France.
- Monsieur Geoffrey Grandjean, professeur à l'Université de Liège
- Monsieur Victor Gros, Président de l'Association des commerçants de la Galerie Vivienne, Paris, France.
- Monsieur Alexandre Grosjean, Président de la Société des Galeries Royales Saint-Hubert, Bruxelles, Belgique.
- Monsieur Olivier Hamal, ancien Directeur Gérant du Passage Lemonnier, Liège, Belgique.
- Madame  Mandy Mouthaan van Dijcken, De Passage, La Haye, Pays-Bas.
- Monsieur Henri Simons, urbaniste, ancien Premier échevin de la Ville de Bruxelles en charge de la Culture et de l’Urbanisme, Bruxelles, Belgique.
- Monsieur Frédéric Souliman, Président du Conseil syndical, Passage Pommeraye, Nantes, France.
- Monsieur Xavier Verhaeghe de Naeyer, Directeur du Passage du Nord, Bruxelles, Belgique.
- Monsieur Eric de Villers, Galeries Royales Saint-Hubert, Bruxelles, Belgique.
- Monsieur Pierre Chassage, syndic, Paris, France
- Monsieur Yves Bozelec, architecte voyer de la Ville de Paris, Paris, France

Le premier conseil d’administration est composé de :

- Président : Monsieur Alexandre Grosjean
- Vice-Président : Madame Aimée Dubos
- Secrétaire général : Monsieur Olivier Hamal
- Secrétaire général adjoint : Madame Laure d'Oultremont
- Trésorier : Monsieur Victor Gros
- Administrateur : Madame Mandy Mouthaan van Dijcken

Syn Cha prépare un album Syn Cha prépare un album
Syn Cha prépare son premier album avec l'aide des internautes. Cet album parlera de th&eg...
  Underworld : le clip STAR
Underworld est de retour le 01 novembre avec Drift Series 1, un vaste projet qui regroupe une ann&ea...
Underworld : le clip STAR

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire