Publicité

Yves Moulin : son projet 180° sur l'accordéon

Avec 180°, Yves Moulin souhaite mêler l'accordéon aux sons électronique pour créer un spectacle de musique actuelle.

Yves Mougin (crédit Philippe Chevalier)

crédit visuel Philippe Chevalier

Quel est votre parcours et d'où vient votre passion pour l'accordéon ?
J’ai commencé l’accordéon à l’âge de 8 ans, à 13 ans je faisais mes premiers bals et à 20 ans je me suis décidé d’en faire mon métier. J’ai donc intégré le CNIMA Jacques Mornet près de Clermont-Ferrand. J’ai eu la chance par ce biais de participer à plusieurs concours nationaux et internationaux avec un titre de Champion de France en 2007 à Paris et une 3ème place au Trophée Mondial de l’accordéon en 2007 à Samara en Russie. Puis de retour en Suisse, je créé mon école d’accordéon qui deviendra très vite une académie internationale. Aujourd’hui, j’ai laissé de côté mon académie pour me consacrer à plusieurs projets de création artistique.

Pouvez-vous nous présenter votre projet 180° ?
Prendre un virage à 180° à l’accordéon.
L'idée est née il y a maintenant 2 ans lors de ma rencontre avec le musicien valaisan Olivier Magarotto qui m'a fait découvrir la musique actuelle et le monde des machines numériques.
Les buts du projet sont les suivants :

  • Intégrer l’accordéon dans la musique et la scène actuelle,
  • Explorer des sonorités méconnues à l’accordéon en intégrant des microphones, des effets analogiques ou numériques (reverb, delay, distorsion, filtres…),
  • Utiliser l’instrument dans son entier, par exemple en y intégrant des effets de percussions qui sont déjà utilisés dans la musique contemporaine (gratter de soufflet, frapper la caisse avec ses doigts, etc.),
  • Utiliser les logiciels MAO (musique assistée par ordinateur) de musique actuelle tels que LogicProX pour la composition, Ableton Live pour l'intégration des effets de looper, reverb, filtres, etc.,
  • Interpréter en live les musiques ainsi créées.

Le projet peut déboucher sur :

  • Un spectacle live sur la scène actuelle
  • L'enregistrement d'un album
  • La réalisation de musique à l'image (publicité, films, documentaire)
  • La collaboration avec d'autres instrumentistes

Les étapes du projet :

  • La réflexion: Découvrir mon instrument sous un autre angle.

Quels sons et effets je ne peux pas produire avec mon instrument de prédilection ?
Comment puis-je les réaliser ?
De quels « artifices » ai-je besoin pour les concevoir ?
Comment créer tout un spectacle orchestré seul sur scène ?
Quels outils numériques aurai-je besoin pour y arriver?

  • La composition : J’envisage de composer ma propre musique dans un style électro alternatif mélangé à des thèmes tantôt doux et tantôt dynamiques inspirés notamment de mes voyages à travers le monde. Les thèmes que j’aurai à coeur d’aborder sont :
    • Le monde actuel et celui de demain
    • L’écologie
    • L’au-delà
    • La composition intégrale se fera dans mes locaux sur ordinateur via le logiciel LogicProX.
  • La réalisation : Être seul sur une scène est déjà un défi, l’être avec plusieurs instruments en est un encore plus ambitieux. Un set de musique comme celui que je projette ne peut se réaliser sans une assistance informatique. J’utiliserai le logiciel Ableton Live pour la réalisation des boucles (looper) l’intégration des effets de reverb, de delay, de distorsion, d’octavers etc… pour que je puisse jouer mes pièces seul.

Ces 3 étapes sont les clés pour mener à bien ce projet. Elles représentent le 80% du temps de travail. Je devrai m’entourer de personnes compétentes dans les domaines de la technique informatique, la technique audio, et un regard extérieur de mes compositions me sera très utile pour réaliser un spectacle de qualité. Je ferai donc appel à un spécialiste de la MAO pour le coté informatique (Ableton et Logic), un ingénieur du son pour la parie mixage, et un compositeur de musique actuelle pour le regard sur mes musiques. (Les personnes ne sont pas encore choisies).

Qu'est ce qui vous a motivé à mélanger accordéon et musique électronique ?
Deux univers qui peuvent nous paraître opposés...
Tout simplement l’envie de faire évoluer l’accordéon en mêlant 2 univers que j’aime. Un projet ambitieux et inédit dans le monde de l’accordéon. Je suis convaincu qu’il faut créer l’accordéon de demain.

Comment composez-vous ?
Je commence par enregistrer des idées sur mon téléphone portable en les chantant. Ensuite je les rentre dans mon logiciel de composition ; LogicProX, puis je passe du temps là-dessus à harmoniser, chercher les sons qui me plaisent etc…

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
L’enregistrement se fera dans mon studio chez moi, car je peux faire beaucoup de choses avec mon matériel. Pour ce qui est du mixage et du mastering, il se fera dans le studio d’un ami en Suisse Romande.

Quelle place occupera le spectacle sur le projet 180° et quelle sera la mise en scène ?
Mon idée est tout d’abord de créer les pièces de l’EP. Puis le défi sera de pouvoir les interpréter en live. J’aimerais créer un set d’instrument que je pourrai transporter facilement. Je dois dire que la mise en scène est encore un peu floue car je suis seulement au début du projet, mais je vois les choses en grand.

Pensez-vous réaliser un clip et quel sera l'univers visuel de 180° ?
J’ai dans l’idée de réaliser plusieurs clips car aujourd’hui et surtout avec les réseaux sociaux, le visuel est primordial. Si le clip sans le son accroche, la personne qui le regarde aura envie de l’écouter.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Pour 2 raisons. La première est bien sûr financière car j’ai besoin de 40000.- pour réaliser le projet dans son intégralité. La seconde est pour créer une communauté 180° sur les réseaux sociaux et pour que les gens se sentent impliqués au projet.

D'où vous est venue l'idée de proposer du vin aux contributeurs ?
De mes origines valaisannes hihi. Je pense que le vin créé la convivialité surtout dans ma région. Les gens seront plus sensibles si on leur propose du vin en contrepartie au lieu des t-shirts ou je ne sais quoi. Et je crois que j’ai vu juste car j’ai vendu plus de vin que de t-shirts héhé. Le fait aussi que le COVID soit passé par là, les vignerons ont aussi souffert de cette crise et du coup, un petit geste en leur faveur était pour une chose essentielle.

Selon vous, qu'est ce qui est le plus important dans ce projet ?
Le plus important, c’est que je sois épanoui dans ce que je fais, et ça c’est une philosophie de vie. Dans tout ce que j’entreprends, même dans ma vie privée, le but est d’être heureux.

Vous avez rappelé que l'année 2020 a été compliquée pour le secteur culturel. Dans ce projet, est-ce une façon de faire un virage à 180° pour vous ?
Ce virage à 180°, je ne l’aurais certainement pas pris s’il n’y avait pas eu ces difficultés en 2020. Du coup je dirais oui et sous une certaine forme, je dirais merci au COVID de m’avoir rappeler que rien est acquis et qu’il faut se remettre en question chaque jour, surtout dans nos métiers.

L'accordéon est souvent associé à l'image des bals populaires sur la place du village. Pensez-vous que les artistes doivent se tourner vers cette solution pour leurs spectacles à cause du Covid-19 ?
L’accordéon est un instrument EXTRAORDINAIRE. Je ne dis pas ça parce que j’en joue, mais à chaque fois que je discute avec d’autres musiciens, ils me disent la même chose. C’est un instrument qui a de l’avenir, j’en suis persuadé. Il faut simplement (facile à dire) qu’il se trouve et pour cela, il faut créer, un répertoire, des projets comme celui-ci, et sous d’autres formes également. Quand je vois des jeunes accordéonistes bourrés de talent et qui ne font que du bal musette, je me dis que c’est dommage car dans 15 ans, ils n’auront plus de travail. C’est maintenant qu’il faut se renouveler. Mais je ne renierai jamais ce qui a été l’heure de gloire de l’accordéon, le musette. Il faut admettre que des gars comme André Verschuren ou la célebre Yvette Horner que tout le monde connait, remplissaient l’Olympia dans les années 50-60…

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
J’espère que ce projet m’ouvrira des portes, dans des festivals de musique actuelle entre autres, mais aussi qu’il donnera envie aux accordéonistes d’aller de l’avant pour créer de nouvelles choses. C’est ce qui fera avancer l’accordéon et son image ternie.

Merci à Yves Moulin d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

🎸🎸🤟🏻🤟🏻 HYSTERIA MUSE ACCORDION COVER 🤟🏻🤟🏻🎸🎸

Musique interview Crowdfounding

Daniel Jea : le clip de Tout est mieux Daniel Jea : le clip de Tout est mieux
Tout est mieux devait sortir l'an dernier mais à cause des confinements, Daniel Jea n'...
  5 héros font leur retour sur le champ de bataille de Shadow Arena
Pearl Abyss annonce aujourd'hui la réintroduction de cinq héros suite à sa ...
5 héros font leur retour sur le champ de bataille de Shadow Arena

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire