Publicité

Wery : après Il t'offrira des fleurs, l'artiste sortira l'album En rose

Le single Il t'offrira des fleurs du chanteur Wery annonce la sortie de l'album En rose pour 2020. Avec ce titre l'artiste s'est fortement engagé contre les violences faites aux femmes.

Wery - Il t offrira des fleurs

Le single clip Il t’offrira des fleurs de Wery est centré sur les violences faites aux femmes. Un sujet qui le touche personnellement puisque l’artiste a perdu sa mère des suites de ces violences : "Le souffle de ma mère s’est éteint des conséquences de ces violences. J’avais cinq ans."
Wery est de ces hommes qui ne conçoivent pas la violence. Quelle qu’elle soit : "Surtout quand il s’agit de blesser, bafouer, d’éteindre la douceur, la beauté, la force, d’une mère, d’une sœur, d’une amie, d’une passante…"

Alors qu’il avait composé le titre Il t’offrira des fleurs il y a 2 ans, révolté par la condamnation de Jacqueline Sauvage, Wery a décidé d’en faire le premier extrait de son nouveau projet à paraître courant 2020.

Interview de Wery

En quoi était-ce important que vous témoignez contre les violences faites aux femmes avec Il t’offrira des fleurs ?
En fait je ne cherche jamais à témoigner quand j’écris, cela n’est jamais ma démarche première.
Je suis auteur compositeur et quand un sujet me touche j’essaie juste d’exprimer ce que je ressens.
Bien sûr ce sujet a touché ma famille et donc m’a touché aussi. Mais j’ai écrit cette chanson le soir où, comme des millions de français j’ai vu aux informations que Jacqueline Sauvage serait emprisonnée pour avoir sauvé sa peau et celle de ses enfants. Cette colère m’a inspiré mais je n’ai pas voulu en faire une chanson personnelle. Si cette chanson peut aider alors vraiment j’en suis heureux parce que l’on ne devrait pas vivre avec ce fléau, cela ne devrait pas exister.

Comment avez-vous vécu personnellement ces violences pendant et après la disparition de votre maman ?
Je ne les ai pas vécues personnellement car l’incident à proprement parlé s’est passé avant ma naissance, et s’il y a eu des violences régulières alors je ne m’en souviens pas.
J’ai perdu ma mère quand j’avais cinq ans. Cela a été un sujet tabou dans ma famille et je peux vous dire que ça l’est toujours. À mes 20 ans mon père m’a avoué que sur un coup de colère, il s’est emporté. La santé de ma mère en a pris un gros coup, si l’on peut dire ça comme ça... Ensuite elle a eu mon grand frère puis mon frère jumeau et moi. Et sa santé s’est empirée, toujours à cause de ce coup de colère que mon père définit comme de l’amour passionnel. Personnellement je ne conçois ni l’amour ni la passion de cette façon.
C’était peut-être sa façon de nier l’état dans lequel il avait mis ma mère. Et un jour elle a préféré tout arrêter, c’était trop dur pour elle. Je ressens depuis comme une sorte d’impuissance. J’apprends encore à me convaincre qu’à cinq ans on ne peut pas faire grand chose pour aider sa maman. Ecrire est peut-être, et cela serait inconscient, une manière d’aider aujourd’hui alors que je n’ai pas pu aider ma mère étant jeune.

Si je peux me permettre, quelles sont les relations avec votre père aujourd'hui ?
Je viens de perdre mon père il y a moins d’un an. J’aurai aimé qu’il entende cette chanson. Je ne lui parlais plus depuis plus d’un an. J’avais l’espoir que mes silences pourraient le faire réagir sur plein de choses. Je ne connaitrais pas la suite. J’en assume les conséquences. J’avais encore tant de questions à lui poser.

Il t'offrira des fleurs a été composé suite à l’affaire Jacqueline Sauvage, avez-vous pu échanger avec son entourage ou avez-vous un retour de leur part concernant ce titre ?
Non car je ne parlais pas en particulier de Jacqueline Sauvage dans cette chanson. Du coup, cela m’aurait semblé maladroit de faire la démarche de les contacter. Jacqueline Sauvage a été le déclencheur de ce titre. Ce qui m’a permis d’écrire sur ce sujet alors que je ne me le permettais pas jusqu’à ce jour.

Une fleur en particulier est-il le symbole de ce que vous vivez ou de votre parcours ? Plus globalement que représentent les fleurs pour vous ?
Buddah disait « La fleur de lotus pousse dans la boue » et c’est un parrallèle que l’on fait souvent avec les personnes qui ont eu une enfance plutôt difficile. Donc comme beaucoup, étant jeune, cette expression m’a aidé à tenir dans les périodes les plus difficiles. Phrase que j’avais lue au début du film retraçant la vie de Tina Turner.
Les fleurs, en général sont un symbole de vie, elles sont pleines de couleurs, de parfum.
J’adore en avoir chez moi ! Ça me rend serein. Mais dans cette chanson, je ne leur ai pas donné le beau rôle. Je les ai placé comme un geste facile, une demande de pardon qui ne sent pas bon. Le pardon ne devrait pas se demander avec des fleurs ou avec quelque cadeau que ce soit.

Si vous pouviez faire passer un message, à la fois aux victimes mais aussi à ceux qui s'en prennent à leur conjoint, quel serait-il ?
Aux victimes je leur dirai comme dans ma chanson: de partir ! Vite et loin ! C’est tellement facile à dire ! Pourtant cela me semble être la seule solution en attendant que la justice permettent aux victimes de ne plus s’enfuir mais de punir les personnes violentes.
Je n’ai rien à dire aux personnes qui frappent leur conjoint. Que pourrais-je leur dire ? : « arrêtez » ?! Je ne pense pas que cela fonctionne comme ça. Ça se saurait.

Selon vous quelle place occupe l'image actuellement dans la musique ? Et les clips sont-ils nécessaires pour renforcer l'impact du message à véhiculer auprès du public ?
On a eu une belle période de clips dans les années 90 qui mettaient l’image au service du message de la chanson, au point que, même les clips étaient parfois aussi appréciés que les chansons seules. Les clips de Farmer, Goldman par exemple. Comme si l’image et la musique ne faisaient qu’un. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde où l’on est submergé d’informations alors depuis plusieurs années les gens ont recherché, il me semble, à se détendre, à ce que la musique soit un échappatoire plus léger que la réalité. L’image a suivi ce mouvement et je trouve que les clips, en général (pas tous heureusement) sont plus légers et ne cherchent pas à donner de message précis. Ou alors si le message est que les femmes sont redevenues des femmes-objet, si cela serait un message réel que des personnes souhaiteraient passer alors là on toucherait le fond. Cela n’empêche que la place de la femme dans les clips n’est pas très avantageuse. Heureusement Angèle ou Clara Luciani changent un peu la tendance en ce moment, et ça, ça me fait du bien à voir et à entendre. Cela me répare, me rassure. Pour moi le message visuel est aussi important que le message parlé.

Les violences conjugales occupent-elles suffisamment de place dans les médias actuellement ?
Oui ce sujet occupe beaucoup de place mais il est temps non ? En 2020, il est impensable de voir que les femmes soient encore placées comme inférieures aux hommes dans notre société. Je suis choqué. Ce soir, après après notre interview, on le sait, une autre femme mourra sous les coups de son conjoint. Alors oui parlons-en encore et encore. Il est temps que le gouvernement et les services de justice mettent en place des moyens pour remédier à ce fléau social qui dure depuis combien de siècles ? Le moindre texto de menace devrait déjà permettre à une future victime d’être mise hors de danger.

Menez-vous ou avez-vous l'intention de mener des actions artistiques ou personnelles avec des associations sur ce sujet ?
Me connaissant, si on me le demande oui je le ferai ! Mais si ma participation est artistique.
Je ne me sens pas de devenir un porte-parole, je n’en ai pas les épaules et je veux rester à ma place d’artiste.

Le single Il t’offrira des fleurs annonce un nouveau projet pour 2020. Peut-on en savoir plus sur l'album En rose et quel(s) thème(s) aborderez-vous ?
Oui l’album En rose sort en ce début d’année. Il y a onze titres. J’ai tellement hâte qu’il sorte ! Cet album est une grande aventure !
Je parle essentiellement d’amour mais sous différents angles, comme dans mon duo avec Aurélie Cabrel ou là l’amour a un rôle de béquille pour surmonter la vie et le monde dans lequel on vit. Ou alors comme dans ma chanson Touche encore où une fille décide de faire semblant de rompre avec son copain pour mettre du piment dans leur vie sexuelle.
Puis je parle aussi de la violence conjugale avec Il t’offrira des fleurs ou de l’homosexualité féminine ou plutôt du regard d’un père face au coming-out de sa fille dans ma chanson Ce n’est pas un homme que j’ai écrite à Astaffort et co-composée aux avec les artistes Nicolas Seguy et Parnell. Je parle aussi de la mort comme la chanson pour ma mère qui parle du jour où elle a décidé de « toucher le ciel » Je me souviens de cette journée comme si c’était hier et de toutes les journées qui ont suivi.
Mon nom d’artiste d’ailleurs (WERY) est en hommage à ma mère. C’était son nom de jeune fille. Elle était d’origine flamande et sans le vouloir les 3/4 de l’équipe de cet album sont belges alors soit elle est près de moi et m’influence dans mes choix ;) soit cet opus lui consacre un grand hommage ! Et c’est important pour moi.

Comment composez-vous et est-ce important, en tant qu'artiste, d'être engagé et de porter des valeurs ou vous souhaitez également transmettre d'autres choses en musique ?
La plupart du temps, je me mets au piano, je pose mes doigts dessus et je compose une mélodie et une mélodie chantée presque en même temps et je chante en yaourt comme on dit. C’est un mélange de plusieurs langues mais inconnues ! ;)
Ensuite je me mets sur mon bureau ou mon lit et j’écris. J’ai déjà écrit en quelques minutes une chanson mais souvent cela me prend plusieurs jours. Je suis exigeant. Mais j’ai encore beaucoup à apprendre.
Quand j’écris, je fais attention à ce que je dis. C’est ma manière à moi de m’engager, une manière de lutter de façon un peu romanesque, en essayant de mettre de la douceur autour de sujets qui n’en reflètent pas au premier abord.

Quel souvenir gardez-vous de votre participation aux « Voix du Sud » en 2016 ?
Des souvenirs inoubliables ! 15 potes de fous pendant 10 jours.
Une ambiance studieuse pendant que l’on écrivait et que l’on composait. Mais en dehors ! : Des moments de fous rires que je n’oublierai jamais dont un en particulier ! Pendant un repas du midi mon pote Julien Granel m’a fait tellement rire que j’étais allongé au sol mais vraiment allongé en train de ramper ! Je lève la tête pour tenter de trouver de l’air et pouvoir continuer à rire tout en restant vivant et là qui je vois ? Francis Cabrel qui me regarde. J’avais honte ! Et Rania Serrano, secrétaire de Voix du Sud de lui dire « Normalement il n’est pas comme ça, il est plutôt calme ! » J’en ris encore !
Je me souviens aussi du soir du concert devant le public astaffortais où j’ai chanté pour la première fois cette chanson qui sera sur mon album Ce n’est pas un homme Elle avait été choisie pour qu’on la fasse sur scène mais je l’avais terminée la veille et il y avait plusieurs pages de textes : j’étais en panique ! Je me suis bien sûr trompé dans les paroles quelques fois et quand je suis descendu de scène, Francis Cabrel me dit avec un petit sourire : « J’ai souffert pour toi, mais c’était bien. » La seule phrase que l’on s’est échangée du séjour. Alors je peux vous dire que j’étais aux anges : Francis Cabrel m’avait parlé !

Peut-on en savoir plus sur vos échanges avec Esthen et Aurélie Cabrel, que vous avez rencontré lors de cet évènement, et que l'on retrouvera sur l'album à paraître prochainement ?
La rencontre avec Esthen a été un déclic pour moi. Je l’ai entendu le premier soir se présenter puis chacun des intervenants chantait ses chansons. Je suis tombé amoureux de son univers, de son discours, de sa façon de parler. Un air de déjà vu puisque je suis né à Lille et que je suis sorti en Belgique chaque week-end pendant dix ans. Alors comme ça faisait déjà 5 ans que je vivais dans le sud, quand j’ai entendu son accent, je me suis dit « ah un collègue, y vient d’min coin ! »
On s’est très bien entendu de suite ! On se parlait souvent pendant le séjour et il m’épaulait beaucoup pendant les ateliers d’écriture, jusqu’à un soir où il m’a dit : « Si un jour tu fais un album, j’aimerais bosser dessus ! » Mais c’est pas qu’il a bossé dessus, c’est qu’il a tout fait !! Et quel bonheur !
Aurélie Cabrel, je l’ai rencontrée quelques mois après mon premier passage à Voix du Sud.
Aurélie et Esthen sont en couple et un jour je reçois un appel d’Esthen. Je décroche et entends « Oui bonjour Wery c’est Aurélie Cabrel, Esthen me parle souvent de toi alors j’ai écouté et j’aime beaucoup ce que tu fais, est-ce que ça te dit que l’on se fasse un petit restaurant ensemble ? » Je me suis dit : « c’est une blague ! » Je n’ai pas dormi de la nuit et le lendemain j’ai pris la voiture, j’ai roulé 5 heures pour arriver à Astaffort et rencontrer pour la première fois Aurélie. Tous deux m’ont invité dans un petit restaurant super charmant à Agen et la soirée a été pareil ! J’étais sous le charme de leur gentillesse et leur passion quand ils parlent musique !

Comment se sont passés les enregistrements en studio ?
Parfaitement bien ! Je ne pouvais pas rêver mieux ! On aurait dit un projet en famille. Le lieu en avait pour beaucoup sûrement. Pas de bling bling, on a enregistré au milieu des vignes dans le studio de Francis Cabrel. J’étais tout intimidé au départ puis ça s’est révélé serein et magique.
Avec Esthen, je me suis senti guidé du début jusqu’à la fin de l’enregistrement. Il sait ce qu’il veut mais il était à l’écoute de ce que je voulais. Pas une seule prise de tête ! Rien ! Tout était si évident ! Les musiciens étaient géniaux, l’ambiance complice !
Aurélie nous a rejoint vers la fin des enregistrements. Elle a fait presque tous les choeurs de l’album. C’était une surprise. Elle ne m’en avait pas parlé avant jusqu’au jour où elle est venue ! Et le résultat incroyable ! J’étais comme un enfant pendant toute cette expérience !
Puis on a enregistré notre duo ! J’ai tellement hâte de vous le faire découvrir. Nous tournons le clip en février et on le dévoilera juste avant la sortie de l’album.

Il se murmure qu'un duo avec Lynda Lemay est prévu sur l'album En rose, peut-on en savoir plus sur cet échange ?
Oui, c’est vrai ! C’est un beau cadeau que Lynda m’a offert en acceptant ! J’ai rencontré Lynda sur une émission de Michel Drucker il y a dix ans. J’étais dans le public et de loin elle me dit « oh t’es vraiment beau toi ! » alors je l’ai attendu à la fin de l’émission dehors. Je lui ai donné une maquette de ce que je faisais et elle m’a dit « je sais d’avance que ça va être beau, je le vois dans tes yeux » je lui ai dit que rien n’était si sûr.
Et elle m’a écrit par mail pour me féliciter de ma maquette et de ne jamais lacher. On s’est écrit une fois par an pendant dix ans et puis l’année dernière je lui ai envoyé une chanson et je lui ai demandé si elle voulait bien la chanter avec moi. Deux semaines plus tard elle m’a écrit « mes filles la chante en boucle à la maison alors merci pour cet honneur, c’est oui ! » Je n’en revenais pas. C’est Rick Allison, auteur compositeur des plus grands titres de Lara Fabian qui a arrangé ce titre. Puis on a enregistré. Pareil, comme une évidence, et c’est d’ailleurs le titre de notre duo. C’est une artiste tellement généreuse et c’est elle qui ose me dire que c’est un honneur de chanter avec moi ! Il y a vraiment des personnes qui me permette de radoucir l’image que j’ai parfois de ce monde...

Est-ce que l'album sera l'occasion d'expulser en quelque sorte "tout le mal" que vous avez pu intérioriser depuis des années ?
La musique en général a ce rôle là. Elle permet d’extérioriser et calmer les peurs et les blessures les plus profondes.
Le problème chez moi c’est que je vis tout avec beaucoup d’intensité. Je fais tout pour essayer d’analyser mieux plutôt que de sur-réagir et j’y arrive pas mal en apparence mais à l’intérieur les émotions m’étouffent parfois alors oui quoiqu’il arrive la musique m’aide à aller mieux. Je n’ai pas encore trouvé d’autres alternatives pour m’apaiser.

Aurez-vous l'occasion de partir à la rencontre du public prochainement et quelles émotions aimez-vous véhiculer sur scène ?
Je l’espère. On en parle. On est même en train de construire un concert avec tout ce que cela implique, le son, les lumières, la mise en scène, les chansons que l’on va choisir de jouer. Tout ça avec mon label Baboo Music, c’est à dire Aurélie Cabrel et Esthen. C’est encore un nouveau projet. Il faut être patient car on reprend tout à zéro. Un album et la scène sont vraiment deux choses différentes. Alors on prend le temps de monter tout ça et, bien sûr, je croise les doigts pour aller à la rencontre du public parce que si je fais ce métier c’est pour la scène sinon ça n’aurait pas de sens pour moi. Comme je vous disais, la musique aide à extérioriser mais c’est sur scène que je peux faire vivre mes émotions et du coup m’en détacher un peu, comme si le fait de les vivre face public me soignait en même temps. Sur scène, je suis vivant. Je suis quelqu’un d’autre que dans la vie de tous les jours. Je suis moins timide. Je me sens à ma place.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Que je vous remercie de m’avoir écouté, que j’espère que vous aimerez l’album et que l’on se verra sur scène ? Ah oui et qu’avec Aurélie et Esthen on parle déjà du second album !
C’est donc que ça va continuer encore et encore ;) C’est que le début...

Merci à Wery d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.


Publicité


WERY - Il t'offrira des fleurs ( Clip officiel )

Musique interview

Paris Image Digital Summit - INTEREFX, 1er ultrakhathon interactif cinéma Paris Image Digital Summit - INTEREFX, 1er ultrakhathon interactif cinéma
Dans le cadre du salon Paris Images Digital Summit 2020, Light in Chaos organise du 26 au 29 janvier...
  Youtube Kids est disponible sur Freebox
Pour la 1èrefois en France, YouTube Kids est intégré directement dans une box. ...
Youtube Kids est disponible sur Freebox

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire