Publicité

Vigils : le single Divide à découvrir !

Le groupe Français de metalcore Vigils sort son nouveau single, Divide !

Vigils

En 2017, alors qu’ils composent des riffs metalcore dans un home studio à Biarritz (France), Enzo & Shura décident de prendre contact avec un Américain qu’ils repèrent sur Youtube afin de lui proposer de chanter sur leurs productions. Gil, New-Yorkais, accepte avec enthousiasme et fait la proposition aux deux Français de venir travailler avec lui sur les chansons aux Etats-Unis.

Dès lors tout s’enchaine très vite, Enzo & Shura forment un groupe composé d’amis de longue date pour les accompagner outre-atlantique avec Yann, réalisateur studio de métier, et Romain, musicien professionnel. VIGILS est né.

Quelques mois après leurs premiers échanges virtuels, les quatre membres se rencontrent et enregistrent un premier EP Spinning chez le très renommé Erik Ron (Motionless in white, Attila). Cet opus est porté par les singles Spinning & Grinning dont les clips sont réalisés par Robin August, ayant entre autre mis en scène Fall out boy ou encore Escape the Fate.

Ce premier EP rencontre un très joli succès d’estime avec un nombre total d’écoute avoisinant aujourd’hui le million de stream sur Spotify, une belle statistique pour un groupe indépendant.

Fort de cette incroyable expérience Américaine et de la richesse de ces collaborations, les membre de VIGILS construisent la suite de leur projet musical entre Los Angeles & New York, portés par la volonté de retranscrire à travers leur musique un subtil mélange alliant l’ordinaire à l’extraordinaire, comme un parallèle entre leur réalité Française et leur rêve Américain.

C’est aujourd’hui avec le très efficace single Divide que VIGILS marque son retour sur le devant de la scène.

Au sujet de ce nouveau titre, Gil, auteur du texte, s’exprime :
« Cette chanson fait référence au stress, à l’anxiété, au fait que parfois, noyé dans toutes ces émotions, il est difficile de voir les aspects positifs de la vie.
Il arrive que certaines personnes oublient pourquoi elles sont en vie et pourquoi nous sommes ici.
Nos démons intérieurs hurlent de temps en temps tellement fort en nous qu’ils nous empêchent de pouvoir penser et de rationnaliser.
Divide évoque tous ces sentiments et l’ensemble de ces pensées négatives et s’impose comme un constat de la société actuelle dans laquelle beaucoup de monde souffre de « burn-out », un mal moderne trop répandu… »

Le nouveau single du groupe intitulé Divide est dès à présent disponible sur toutes les plateformes de streaming & téléchargement légal. Le clip quant à lui, tourné à New-York par Eric DiCarlio (Attila, Shadow Of Intent…), est disponible en ligne sur la chaine YouTube de VIGILS.

Interview

Enzo et Shura, qu'est-ce qui vous a poussé à contacter Gil qui vit à New York pour travailler ensemble sur votre musique ?
A l’origine du projet, Nous avions commencé à faire des prises voix avec Shura, ancien chanteur du groupe Bliss, sur plusieurs de nos compos. « Ça le faisait » mais nous n’étions pas convaincus tous les deux pour la suite à venir. Après plus d’un an et plusieurs titres aux compteurs, la culture de nos inspirations outre atlantique venait toujours nous titiller, il manquait quelque chose... Le projet devenait de plus en plus gros avec l’arrivée de Yann et Romain et continuer comme ça ne nous semblait pas approprié quant à l’avancement du projet. C’est alors que nous avons décidé de caster plusieurs anglophones dont Gil.

Comment se sont passés vos premiers échanges et comment avez-vous vécu vos premiers débuts à New York ?
Tout c’est très bien passé pour être honnête, il est vrai que nous avions quelques appréhensions comme tout démarrage, mais nous nous sommes mis très vite dans le bain. Les gars ont vraiment su  nous mettre à l’aise et vu que de notre côté nous n’étions pas non plus novices, ce fût très pro, le tout dans la bonne humeur. « Promis ! on va le refaire » (rires)

Pas trop compliqué de travailler entre Biarritz, New York et Los Angeles ?
Pas du tout ! Bien que la distance soit grande, nous n’avons pas toujours besoin d’être tous ensemble. C’est ce qui fait la force de Vigils. Beaucoup de groupes n’arrivent pas à travailler à distance créant parfois leur perte. Nous c’est tout l’inverse. Nous, nous stabilisons nos bases par le simple fait de pouvoir créer indépendamment chacun de notre propre côté. Nous sommes un groupe uni depuis plusieurs années, avec des membres qui viennent de plusieurs univers, qui se sentent libres. Chacun de nous à un projet annexe qui lui permet de s’évader, du coup Vigils devient notre noyau dur qui rassemble tout le monde. Nous sommes bien évidemment tout le temps en contact pour tout un tas de raisons, nous n’avons pas le temps de nous manquer.

Avec Divide, vous évoquez le sujet du stress, de l'anxiété, du burn-out... Pourquoi avoir voulu aborder ce thème qui devient (malheureusement) répandu ?
Tout est dans la question, c’est répandu… de plus en plus commun, ne pas en parler serait du déni et puis honnêtement on ne se sentait pas prêt à faire une chanson métal sur la pêche à la moule. (Rires)

Comment se passent les enregistrements en studio pour Vigils, pas trop anxiogène j'espère ?
Nous sommes toujours bien tombés pour le moment, tout comme à New York, les américains nous mettent à l’aise. Il y a toujours la phase de démarrage où la pression monte, mais vu qu’à chaque fois nous prenons vraiment le temps en studio sur plusieurs jours, nous avons largement le temps de nous acclimater et de détresser.

Pourquoi vouloir allier ordinaire et extraordinaire dans votre musique ?
Avant même que le nom « VIGILS » soit trouvé, et même au tout, tout début, cette envie était présente. Pourquoi ? Simplement parce que pour nous, il y a plus qu’un monde tangible qui nous entoure. Sans rentrer dans le psychédélique pour certains, nous sommes tous « connectés ». Dit comme ça, j’avoue ça paraît « chelou », on le comprend, mais tout ce qui nous entoure est énergie. Dans Vigils nous aimons nous entourer justement de ces bonnes énergies entre nous et dans nos déplacements. Tout partant de cette pensée, entre l’ordinaire et l’extraordinaire il n’y a qu’un pas. Comme nous aimons aller toujours plus loin dans le coté purement artistique, et comme nous très épicurien, l’ordinaire n’aurait jamais pu nous suffire.

Qu'est-ce qui vous a plu dans le fait de tourner votre clip dans un hangar et quelle ambiance avez-voulu y consacrer ?
Franchement, ce n’est pas le hangar qui nous attirait. On nous a plutôt attiré dans le hangar ! Eric DiCarlio, le réalisateur du clip de Divide, avait tout prévu pour répondre à notre cahier des charges. Nos envies étaient concentrées sur une ambiance alliant énergie musicale, proximité, jeux entre le noir et les couleurs, etc… afin de relever notre texte.

Parlez-nous de l'artwork de Divide et ses fleurs...
Aaaaah les fleurs ! Non ! Ce n’est pas pour attirer les filles avec du gros son !! Le but de cet artwork est de créer une liaison consentie entre le travail d’Eric, quant à la réalisation du clip, et la pochette. Tout au long du clip, Gil peint une rose sur une toile. Partant d’une ébauche, le tableau fini complet à la fin du clip. Cela créé une connexion directe avec le texte. La rose est donc une sémantique à elle-même, on laisse les plus passionnés comprendre laquelle !

Une indiscrétion à nous donner ?
De par sa nature, VIGILS s’agrémente constamment d’histoires anecdotiques, hors du commun et surtout funs avec du recul. Comme vous avez pu le comprendre, nous travaillons un maximum de contenus sur des courtes périodes, je vais donc vous conter l’une d’entre elles.
Nous étions réunis sur Los Angeles pour 7 jours afin de tourner le clip de Spinning, mais aussi faire notre premier shooting photo et tourner une live sessions dans le studio de légende, SoundCity. Vous en conviendrez, c’est un planning plutôt chargé pour une semaine à LA. C’est alors qu’une idée a traversé l’esprit de Gil : « Les gars ! Ça serait le feu de réaliser une cover metal d’un titre pop avant de sortir tout le contenu que nous avons déjà produit ! », ce qui nous a coûté des nuits entières de travail supplémentaire (Rires).
La production de Pity Party a été faite dans le salon du logement qu’on avait pour la semaine, les voix ont été enregistrées dans le dressing de la chambre principale, et le clip a été tourné avec les moyens du bord dans un studio photo à Downtown et réalisé par des amis très talentueux, j’ai nommé Lola et Yo, qui étaient initialement là pour réaliser le shooting photo.

Peut-on en savoir plus sur votre premier EP Spinning ?
Pour rester dans le registre des anecdotes, lorsque nous avons décidé de travailler avec Gil, les pré-prod des titres étaient déjà prêtes et la session d’enregistrement de notre premier Ep Spinning était déjà prévue, pour dans 2 mois (rires). C’est d’ailleurs pourquoi notre première rencontre IRL avec Gil s’est faite en studio. A ce moment-là nous ne savions pas grand-chose de lui et surtout nous ne savions pas non plus ce qu’il allait poser sur les titres. Je vous invite donc à écouter notre Ep, afin de comprendre la raison qui nous a fait décider de continuer de travailler avec lui. (Rires)

Vous attendiez-vous à dépasser le million de streams sur cet opus ?
Absolument pas ! (Rires) En effet, entant qu’indépendants qui démarrent un nouveau projet, c’est impossible de savoir ce qu’il va devenir sur la toile. Après tout, malgré la meilleure volonté du monde, le facteur hasard reste très présent, et ceux à toutes les étapes du développement d’un projet. Nous avons donc eu de la chance, mais il ne faut pas oublier que malgré ce facteur chance, nous avons énormément travaillé dessus et mis en place des stratégies qui tendaient justement à parvenir à ce genre de résultat.

Des concerts sont-ils prévus prochainement et en quoi la scène est-elle importante pour Vigils ?
Pour le moment aucun concert n’est prévu, nous espérons ceci dit avoir l’occasion d’en faire d’ici 2021. Malgré ça, le live est une partie très importante pour nous car il nous permettra de mettre un visage sur les 40 000 personnes qui nous écoutent mensuellement sur Spotify, et évidemment de partager des moments forts avec eux. De plus le live est l’accomplissement d’un projet musical, au même titre que la sortie d’un Ep ou d’un album.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Un grand merci à tous les lecteurs, ainsi qu’à toutes les personnes qui nous écoutent et qui nous soutiennent, nous ne lâcherons rien et nous continuerons dans cette direction avec cette même énergie quoi qu’il arrive !

Merci à Vigils d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le groupe également sur Facebook.

Vigils - Divide (Official Music Video)

Musique

Voulez-vous danser avec Djo Drogba ? Voulez-vous danser avec Djo Drogba ?
Jo Drogba vient de présenter le clip de son 1er morceau Voulez-vous danser ? Un titre qu...
  Yadam : un single avant l'EP Safeplace
YADAM se dévoile avec un premier single, extrait du EP SAFEPLACE dont la sortie est annonc&ea...
Yadam : un single avant l'EP Safeplace

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire