Publicité

Véronique Merveille prépare l'album Un joli courant d'air

Véronique Merveille n'a jamais cessé d'écrire et va enregistrer l'album Un joli courant d'air.

Veronique Merveille

D'où vient votre passion pour la musique et qu'aimez-vous interpréter ?
Quand j'étais enfant j'ai fait de la danse, pendant 9 ans. J'ai des souvenirs aussi de communions, de mariages, où dans le nord il y avait de grandes fêtes et où il y avait un accordéoniste. Mon père adorait danser. Je me souviens aussi qu'il aimait Gershwin. Plus tard je me suis mise à la guitare, et j'ai découvert la polyphonie... dans les églises ! Si Si ! Et puis, j'ai fait une école de la chanson, j'ai commencé à écrire et à composer. Mais je ne suis jamais allée dans une école de musique. Je continue à aimer la polyphonie, et j'ai pas mal travaillé chant lyrique.

Pouvez-vous nous présenter votre futur album Un joli courant d'air : vos compositions, son univers... ?
Je fais cet album 25 ans après le premier Des matins comme ça ! Pendant 25 ans j'ai continué à travailler sur des tas de projets artistiques, comme chanteuse, comédienne, j'ai fait quelques tournages, j'ai aussi écrit pour des spectacles musicaux jeune public, mais je n'écrivais plus de chansons personnelles. C'est un univers assez intimiste. Mais je n'y parle pas que de moi ! J'y parle aussi des migrants, de la place Tian'anmen... et aussi du fait qu'il faut tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler : Je crois que ça concerne tout le monde ! J'ai écrit et composé presque tous les morceaux de l'album. Il y a 2 exceptions : L'homme qui pleure une chanson de Bernard Haillant (avec l'aimable autorisation de Monique, Fanny et Marie-Reine Haillant), qui est une des plus belles chansons que je connaisse. J'ai eu la chance de rencontrer Bernard Haillant qui était un artisan, au sens noble du terme, de la chanson. Le deuxième morceau, c'est Popka, dont la musique est de Richard Dossman : guitariste et compositeur jazz que j'adore et avec qui j'ai travaillé il y a une vingtaine d'années. J'avais écrit des textes sur onze de ses compositions.

Cet album est-il en quelques sortes un hommage à Jean Hugues Heim qui vous a incité à reprendre la guitare (jouer de la guitare) ? Quelle place occupera cet instrument dans l'album ?
Il est forcément présent dans mes pensées parce que c'était avec lui qui j'ai recommencé à travailler sur mes compositions personnelles. La guitare et la contrebasse sont les 2 instruments qui donnent la couleur de l'album.

Des (nombreux) musiciens vous accompagneront sur Un joli courant d'air, souhaitez-vous nous en parler ?
Jean Philippe Cazenove à la contrebasse, et à la basse : je connais Jean Philippe depuis très longtemps. On a même travaillé ensemble sur un répertoire de chants orthodoxes, 3 voix et une contrebasse ! J'ai beaucoup de plaisir à jouer avec lui en duo pour les concerts. C'est un musicien qui joue souvent sur des répertoires jazz. J'ai enregistré la plupart des parties guitare, mais Richard Dosseman et Eric Boursy sont venus enregistrer les guitares de Popka et du coup j'ai profité d'eux pour quelques solos ! Pauline Roux-Merveille a joué des parties de xylophone et vibraphone et différentes percussions (cajon, triangle, djembé...). Ne me demandez pas s'il y a un lien de parenté : oui ! C'est une de mes filles ! Enfin, Marc Hévéa (qui réalise la prise de son), pianiste et qui a une carrière personnelle en tant qu'auteur-compositeur, a enregistré des parties d'accordéon.

Pour vous, que doit transmettre votre musique ?
J'espère qu'elle transmet de l'émotion.

En quoi le financement participatif que vous réalisez va vous être utile ?
Vu que nous avons dépassé les 100%, ça représente à peu près la moitié du budget de production de l'album, donc c'est vraiment bien ! Et puis je suis touchée de voir le soutien des personnes qui ont participé. Ca fait une sacrée équipe de production !

Vous pouvez soutenir l'album Un joli courant d'air de Véronique Merveille sur KissKissBankBank.

 

Aurez-vous l'occasion de donner quelques concerts prochainement et en quoi sont-ils importants pour vous ?
Oui, on est en train d'en organiser quelques uns pour la sortie de l'album, au printemps. Pour moi, c'est très important de jouer en public, le contact direct, essayer de toucher les gens, qu'ils aient de l'émotion et du plaisir. Le spectacle vivant c'est vraiment le coeur de mon métier, ça me remplit complètement.

Vous faites également du spectacle de rue. Souhaitez-vous nous parler de cette expérience particulière et est-ce facile d'accrocher le public en pleine rue ?
Oui, j'ai notamment fait partie d'une fanfare vocale qui s'appelait "La fanfare à mains nues", c'est là que j'ai découvert le fait de chanter dans la rue. Mais ma plus grande aventure dans ce domaine, c'est "Diva Commando", un personnage de crieuse publique lyrique légèrement (!) déjantée que je joue avec grand bonheur depuis 12 ans. J'adore ce personnage extravagant, impertinent, drôle et qui a un vrai capital sympathie avec le public. Je peux tout faire dans la peau de la Diva, et chanter dans un registre lyrique que j'aime sans me prendre au sérieux !

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Que je suis vraiment très heureuse d'enregistrer ce nouvel album, 25 ans après le premier, de concrétiser ce projet avec une équipe vraiment chouette et d'être aussi soutenue ; C'est "cadeau la vie ".

Merci à Véronique Merveille d'avoir répondu à notre interview !

"Un joli courant d'air" : un nouvel album !

Musique interview

Nazca dévoile l'EP Away Nazca dévoile l'EP Away
Nazca est un groupe de musique lyonnais de Indie, Pop & Folk qui vient de dévoiler son no...
  Emma Péters prépare son 1er EP : Dimanches soir
Emma Péters écrit des chansons depuis 1 an, mais elle baigne dans l'univers de la ...
Emma Péters prépare son 1er EP : Dimanches soir

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire