Publicité

Vanessa Philippe présente l'album Soudain Les Oiseaux

Maxime Lopes Par Le mardi, 18 janvier 2022 à 17:07 0

Dans Culturel

Toujours à mi-chemin entre rêve et réalité, la musicienne Vanessa Philippe évolue dans une drôle de galaxie, s’interrogeant sur ce qu’est devenue sa grande soeur disparue soudainement. Découvrez l'album Soudain Les Oiseaux qui lui est dédié.

Vanessa Philippe

  D'où vient votre passion pour la musique ?
J’ai commencé la musique en tant qu’auteure. Ça c’est fait assez naturellement. J’ai rencontré un compositeur qui cherchait des textes et je lui ai proposé les miens. Il les a trouvé très personnels et m’a donc conseillé de les chanter moi-même. J’ai écris ainsi mes deux premiers albums qu’il a composé et en parallèle j’ai continué mon métier de danseuse contemporaine et chorégraphe. Et puis au fur et à mesure la musique a pris le dessus, elle a rejoint la danse avec la vidéo et les clips que j’ai réalisé. Je me suis mise ensuite à la composition, j’ai fait d’autres rencontres, d’autres albums.

Pouvez-vous nous présenter votre album Soudain Les Oiseaux ?
Soudain les oiseaux est mon cinquième album, je l’ai écrit après la disparition soudaine de ma grande soeur en août 2019. C’est la première fois que je compose toutes les musiques en plus de l’écriture des textes. Ça me tenait à coeur de le faire pour ma soeur parce que c’était sincère. Dans la continuité de l’album précédent il est enregistré et réalisé par Pascal Parisot, mixé par Angy Laperdrix qui lui a donné sa couleur un peu plus pop. Il décrit le sentiment de deuil, et aussi les souvenirs d’enfance. Le « Je » employé ici est une sorte de dialogue avec ma soeur, parfois c’est elle qui parle et parfois c’est moi, on ne sait jamais vraiment.
Le titre m’est venu durant l’été 2020 quand j’ai réalisé une vidéo danse intitulée « Suddenly the Birds » dédiée à ma soeur. Une création que j’ai faite dans le cadre de la formation intensive d’été de l’école Martha Graham à New-York, sur l’instrumental du titre « Un cheveu » extrait de l’album « A l’abri du vent ». J’ai multiplié et superposé l’instru, que j’ai ensuite doublé avec mon enregistrement de chants d’oiseaux.

Cet album rend hommage à votre soeur disparue. Quelle relation entreteniez-vous et en quoi est-ce important pour vous de lui dédier cet album ?
On avait une relation de sœurs. Nous avons eu une enfance particulière en Afrique. Elle me protégeait beaucoup et elle croyait tellement en moi. Lui dédier cet album est une façon de lui dire merci d’avoir été là, d’être une soeur si géniale et puis combien elle me manque. C’est aussi pour la faire revivre un peu...

Pourquoi évoquez-vous les oiseaux dans le titre et quel est votre oiseau préféré ?
C’est impuissante face à son départ que j’ai imaginé qu’elle se transformait en oiseau. Je crois que ça m’a aidé à supporter cette douleur atroce de croire que elle serait enfin libre et heureuse, gazouillant dans les arbres.
Mon oiseau préféré est la mésange bleue, que mon chat adore croquer malheureusement. A un moment donné le transfert avec ma soeur était si fort que j’en ai même pleuré !

Avez-vous composé cet album en écoutant les oiseaux ou au milieu d'une forêt ?
Je l’ai composé chez moi, sur mon canapé rouge. Il y avait des oiseaux parce que c’était en 2020, en période de premier confinement Où il y n’y avait plus de voitures. J’étais en état de choc donc complètement anesthésiée, mais je me souviens avoir entendu tellement d’oiseaux dans les arbres devant la fenêtre. J’avais du coup l’impression qu’elle était là, à côté de moi.

Quels ont été vos choix concernant les instruments utilisés sur cet album ?
Je voulais que cet album soit joyeux. Parce que j’aime les contrastes et qu’il parle du sentiment de deuil, de la perte, mais aussi de l’enfance et de la joie de vivre. Je voulais des couleurs pour contraster la mélancolie de mes textes et de mes mélodies. J’ai essayé de les trouver dans des rythmes différents en enregistrant mes démos, et puis j’ai demandé à Pascal Parisot d’utiliser plus d’instruments virtuels, plus dynamiques, un peu électro-pop. Ma soeur n’aimait pas trop les chansons mélancoliques, elle disait que ça la rendait triste. Et puis il y a mes parents aussi qui vont l’écouter, je veux les soutenir, surtout pas les rendre triste.

Comment se sont passés les enregistrements en studio ?
Je chantais parfois mes chansons sur le dictaphone de mon téléphone a capella, pour les envoyer à Pascal qui avait déjà mes démos guitares-voix. Il construisait avec les instrus autour, puis je venais enregistrer les voix définitives en studio et il finalisait une version qu’on peaufinait ensuite. Il y a eu beaucoup d’échanges par mails et téléphone en cette période vraiment pas évidente.

Parlez nous du single Les maux et de son clip avec un poisson rouge, loin d'être un oiseau d'ailleurs...
Le single « Les maux » parle du sentiment de deuil. Les images racontent notre enfance au Cameroun, souvent passée à la piscine. Mon père nous apportait d’énormes chambres à air de camion qu’il mettait dans l’eau.
Je suis allée à la piscine Édouard Pailleron à Paris et j’étais seule dans le bassin. Elisa Paci était là aussi pour les photos. C’est une certainement innocence et joie de l’enfance sur j’ai eu envie de transmettre en images, en contraste avec les mots, tout est devenu évident au montage.

Que souhaitez-vous transmettre au public avec l'album Soudain Les Oiseaux ?
Je souhaite surtout que l’on puisse l’écouter sans être triste et qu’il apporte quelque chose comme une joie de vivre. Et puis je mets toujours une note d’humour dans mes images, pour se détacher un peu du sujet, avoir une autre lecture. Parce qu’il s’agit surtout de la vie quand on parle de la mort. Il est à mi-chemin entre rêve et réalité, dans un monde parallèle où je décris mes sentiments, mais où chacun peut se retrouver et interpréter à sa manière.

Souhaitez-vous nous parler de la pochette de l'album ?
Je me suis mise en scène avec un poisson rouge pour développer mon univers un peu surréaliste. On le retrouve ainsi dans une trilogie que j'ai réalisé pour les trois premiers singles déjà sortis, "Suivre le Soleil", "Les Maux" et  "Soudain les Oiseaux". Pour faire les photos de la pochette j’étais avec la photographe Elisa Paci au Pavillon des Canaux à Paris, et j’avais mon poisson rouge. J’ai vu alors ce bocal devant moi sur des plantes, et je l’ai mis sur mon visage. Il représentait ce que je ressentais à ce moment là, un état entre deux mondes, dans un espace intersidéral un peu agité, perdu, isolé. Et puis il est un peu volant ce poisson dans ce bocal, on ne sait pas très bien s’il s’agit d’un aquarium si je m’accroche à une bulle intergalactique . Le bleu rappelle le bleu d'un ciel irréel, comme le bleu de la piscine dans "Les maux".

Vous avez déjà voyagé dans de nombreux pays. Quelles destinations vous fascinent et quel impact cela a-t-il sur votre musique ?
Oui j’ai beaucoup voyagé grâce à mes parents depuis l’âge de deux ans, en Mauritanie, au Cameroun, en Centre Afrique, mais aussi seule au Mexique, au Canada… Je ne saurai pas dire si cela a un impact sur ma musique mais sur ma personnalité oui. Je suis devenue danseuse et chorégraphe. Le déplacement du corps en mouvement est un voyage dans l’espace quel qu’il soit, intérieur ou extérieur. Pour les textes et la musique c’est un peu la même chose, une façon de s’évader. De toute façon, je me sens toujours en transition et en mouvement où que j’aille.

Des concerts sont-ils prévus et qu'appréciez-vous dans la scène ?
Oui je joue le jeudi 20 janvier à 19h au Walrus à Paris. Je présenterai mon album en showcase pour la première fois la veille de la sortie. Je jouerai en duo avec Nicolas Desse (Erevan tusk) sui sera à la guitare électrique, je serai avec ma guitare acoustique et un clavier.
J’adore la scène où je partage enfin mes chansons en vrai ! J’ai hâte de revivre ce moment. J’attends d’autres réponses de dates encore, notamment pour la Release Party de l’album mais j’avoue que ça ne va pas aussi vite que ce que je voudrai, surtout avec la période actuelle. Il faut être patient.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Merci :)

Merci à Vanessa Philippe d'avoir répondu à notre interview !

Vanessa Philippe - Les maux (Clip Officiel)

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam