Publicité

Undervoid : l'album Le noir se fait

Après avoir dévoilé son single Un Regard A Suffi accompagné de son clip mettant en scène la course effrénée d'un homme en quête de reconciliation avec lui-même, le quartuor rock alsacien Undervoid sort l'album Le noir se fait.

Undervoid - Le noir se fait

Le groupe, originaire de Strasbourg, s'est formé au début de l'année 2016 autour d'Arnaud au chant, Marc à la guitare, Alex à la batterie et Bill à la basse (remplacé par Mathias en 2020). Pour Undervoid, tout est allé très vite. De la rencontre des 4 musiciens (par le biais de projets communs) à la sortie de leur premier EP, il ne se sera passé que quelques mois, comme un écho au climat d'urgence d'une société qui part à la dérive. Le quatuor puise ses inspirations dans des styles aussi divers que variés, souhaitant réussir le mariage entre cette patine du son anglo-saxon des 70's qui va chercher du côté de Led Zeppelin, cette hargne revendicatrice qui nous fera sans doute penser à Rage Against The Machine et cette école de la chanson française où le texte est mis en avant et se doit de chercher du sens, d'être suffisamment profond pour être pertinent.

Depuis, le groupe a sorti 4 EP, tous totalement autoproduits et enregistrés dans leur sous-sol strasbourgeois. Ils sont le témoignage de l'évolution d'un groupe qui va, pendant deux ans, passer son temps entre tournées et studio, à un rythme effréné. Ces sorties retiennent l'attention des médias pour lesquels "Undervoid rappelle des équipages comme Noir Désir, Wolfmother ou Rage Against The Machine. Sur scène, ça dépote grave, et en français s'il vous plaît" (Sensation Rock 28/05/2019) et permettent au groupe de réaliser plus de 200 dates aux quatre coins de la France et de L'Europe avec des premières parties de groupes comme No One Is Innocent, Les $heriff, The Temperance Movement ou encore Elmer Food Beat.

Undervoid, c’est du rock français à l'énergie contagieuse et aux textes choisis dénonçant une société tournée vers l'individualisme et le consumérisme, au détriment de la planète et dans laquelle l'humain est relayé au second plan. C'est avec ce sentiment de rejet de ce monde qui se dessine que le groupe a composé ses premiers morceaux et c'est toujours ce même combat qui l'anime aujourd'hui.

L'album Le noir se fait

Pour ce premier album, le groupe a voulu se rapprocher au plus près de ce qui constitue son ADN : le live.
C’est pourquoi le quatuor est allé s'enfermer dans le célèbre studio White Bat Recorders, sous la houlette
du très talentueux Rémi Gettliffe (Last Train, The Wooden Wolf, Dirty Deep...) à la réalisation. Enregistré en à peine 10 jours dans la plus pure tradition des 60's, "Le Noir Se Fait" dresse un portrait au vif de ce qu'est Undervoid ; 4 musiciens dans une pièce qui ont poussé les amplis sur 11 !

Dès le premier morceau, on comprend que le groupe n’est pas là pour faire dans la dentelle. Undervoid veut nous frapper en pleine face, nous interpeller et nous pousser à la réflexion. Car oui, les thématiques sont fortes et engagées mais sans jamais tomber dans la morale bête et méchante. Sont abordés tour à tour des sujets comme l'expérience de l'être, du vivre ensemble, les dérives de la société de consommation, l'écologie, ou encore notre peur du lendemain, mais aussi le sentiment amoureux et ses différentes facettes, qu’elles soient sombres ou plus lumineuses. Mené par le chant rageur d'Arnaud (qui saura sans doute nous rappeler les débuts de Noir Désir) et souligné par le groove implacable d’un power trio explosif, le groupe montre cette volonté d'offrir un rock à la fois viscéral et épuré, prenant au cœur comme aux tripes.
Des guitares hurlantes, des solos tonitruants, une section rythmique des plus solides et une voix rocailleuse ; aucun doute, c’est le son Undervoid.

En une dizaine de morceaux, "Le Noir Se Fait" vient mettre un grand coup de pied dans la fourmilière en réduisant en miettes les clichés du rock français. Chaque titre nous emmène un peu plus loin dans un univers sonore où l’efficacité est le maître-mot. L’auditeur n’a de choix que de se laisser remuer par une tracklist dense qui ne lui laisse aucun répit. Une effervescence d’émotions fortes se dessine au fur et à mesure que le microsillon de la platine traverse le disque, chacun y trouvera son compte, du fan de heavy à l’ancienne à l’amateur de son stoner des 90’s.

Tantôt mordante et cynique, tantôt mélancolique et brûlante de passion, on sent en cette entité musicale qu’est Undervoid une ardeur indéniable, une force d’âme qui fait la sève d’un rock puissant et engagé. Une rage de vivre se ressent à chaque note, chaque vibration, un condensé d’énergie pure qui ne peut laisser de marbre.

Undervoid - Un Regard A Suffi

Track by Track

01 Addict

Morceau d'ouverture de cet album qui annonce la couleur : grosse batterie, guitares qui flinguent à tout va, chant éraillé et puissant qui pointe du doigt l'addiction de l'Homme au pouvoir.

02 Je Suis Né Peuple

Voulu comme un morceau coup de poing, construit sur un riff percutant et agressif, ce morceau veut interpeller nos esprits sur le besoin de dépasser sa propre condition et de faire des choix pour soi.

03 Dieu N'Existe Pas

Est un titre qui prend clairement position. Basé sur une rythmique très groovy et puissante, avec un refrain très accrocheur, les paroles décrivent un monde dévasté par la folie de l'Homme et sa cupidité, tant sur le plan social qu'écologique.

04 On Va On Vient

Morceau plus progressif qui s'ouvre sur un guitare/voix à la limite du planant, puis qui s’électrise sur les refrains. Questionnement sur la vie en général ou même remise en question, il interroge sur ce court moment que représente notre passage sur Terre, et de ce que nous y laisserons.

05 Chef Apache

Ce titre se veut plus sarcastique dans le fond comme dans la forme, se moquant d'une société de plus en plus basée sur l'image et la communication. Il y dénonce ceux qui se présentent comme les artisans d'un « nouveau monde », alors qu'ils sont les garants d'un système bien en place.

06 Le Noir Se Fait

Guitare dévastatrice en intro, un basse/batterie lourd et incisif pour un morceau qui secoue les tripes. La thématique est profonde et délicate, tant elle traite de la mort et de ce que nous laisse derrière eux ces gens qui sont partis, nos souvenirs étant les seuls moyens de continuer à les faire exister.

07 Bouffon De Roi

Ce morceau attaque un discours devenu inaudible d'une société et d'un monde à la croissance infinie. Couplets ravageurs et dénonciateurs à la Saez qui laissent place à un refrain plus ouvert, plus optimiste. C'est un morceau construit dans la plus pure tradition du rock des 70’s.

08 Alea Jacta Est

Subtil mélange entre No One Is Innocent et Royal Blood pour ce titre qui questionne sur notre instinct animal. Un morceau taillé pour le live avec un refrain à reprendre en choeur.

09 Un Regard A Suffi

Rythmique dans le fond du temps, ambiance mélancolique, ce titre parle d’amour et plus précisément de ce moment où le temps s'arrête, où l'on peut se sentir connecté à quelqu'un au travers d'un regard. Morceau progressif qui sait prendre son temps et jouer avec les ambiances.

10 La Machine

Ce titre décrit l'univers de l'usine. Travail pénible et à la chaîne rythmé par le tic-tac de la trotteuse. Il fait écho à l'envie de briser ses chaines et de se sortir de cette « machine » infernale.

Musique

Lucky Luke devient un cow-boy dans le coton
L'homme qui tire plus vite que son ombre dégaine cette fois contre le racisme et l'es...
  Les 21 peurs qui nous empêchent d’aimer et d’être aimé selon Angelo Foley
Thérapeute, conférencier et créateur du compte Instagram @Balancetapeur, Angelo...
Les 21 peurs qui nous empêchent d’aimer et d’être aimé selon Angelo Foley

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire