Publicité

Un EP pour Tchapaclan

Le Tchapaclan est un groupe de chanson française et musiques festives : qui parle des gueules cassées ou figures rencontrées ici ou là, au grès des errances de ce navire improbable qu'est la vie. Il prépare actuellement un EP en financement participatif.

Tchapaclan EP

Crédit visuel : Juyse

Pouvez-vous nous présenter votre groupe et son univers ?
Le Tchapaclan est un groupe de chanson française poétique et festive. Nos influences musicales sont riches et variées (pompes manouche/ska ; reggae ; funky ; un peu rock). Un mélange d’acoustique et d’électrique toujours au service des textes et de l’émotion.
Chaque concert est un voyage au sein de notre univers et une occasion de partager, communier avec le public pour un moment sincère et jovial.
Notre formation s’apparente à l’équipage d’un navire un peu bancal. Cheche est le capitaine, Galou le maitre boucanier persiffleur, Lio le cuistot, Batou le matelot et Clem le petit mousse.

D'où vient l'idée du nom Tchapaclan ?
Le nom « Le Tchapaclan » est apparût comme un flash dans la tête du capitaine Cheche il y a de nombreuses années et s’est de suite imposé comme une évidence.
Au départ « chapacan » est un mot provençal désignant les employés municipaux de la ville de Marseille chargés de récupérer les chiens errants pour les amener à la fourrière. Aujourd’hui il est employé pour désigner une personne faisant les choses un peu « à l’arrache ». Le Tchapaclan est un clan de chapaclans (qui savent tout de même ne plus l’être quand il faut…).

Est-il possible de nous présenter votre futur EP que vous préparez ?
L’EP en préparation comportera 6 titres révélateurs de notre musique et de notre univers. Six titres très variés donc avec de l’acoustique, de l’électrique, de la guitare, du Ukulélé, du Galoubet (instrument à vent traditionnel provençal), du Cajon, de la batterie et de la trompette.
Pour l’enregistrement, les arrangements et le mix, nous avons choisi d’enregistrer les morceaux au plus près de leur version live afin qu’ils soient révélateurs de l’ambiance et du son que le public reçoit lors des concerts.

Comment travaillez-vous les titres que vous réalisez ?
En règle générale, Cheche arrive avec les paroles, une grille d’accords et parfois un riff ou deux. Les autres membres viennent greffer leur partie là dessus pour habiller l’ensemble et soutenir le texte. En effet, les paroles des chansons occupent une place primordiale, la musique est là pour aider à faire passer le message, l’histoire qui est racontée et également aussi bien pour faire sauter les gens dans tous les sens par moment.
Pour la partie plus technique, pour monter un nouveau morceau, le batteur (Clem) et le bassiste (Galou) travaillent ensemble pour poser l’assise rythmique. Les deux « solistes » (Batou aux guitares et Lio à la trompette) cherchent leurs parties mélodiques, les harmonisent… Tout cela se fait dans la concertation. On joue, on propose des idées, on essaye, on continue à creuser, on valide, ou on abandonne de suite. On ne s’interdit rien, on teste et chacun donne son avis.
Cependant, ce n’est pas un fonctionnement figé, une chanson peut venir d’un gimmick trouvé durant un beuf ou autre. On essaie d’être le plus libre et le plus ouvert possible.

Dîtes nous en plus sur votre titre Le quai de la gare
Le quai d’la gare est l’un des titres les plus anciens de notre répertoire. Nous le jouions déjà il y a une dizaine d’années avec la formation initiale du Tchapaclan. Une formation purement acoustique à l’époque avec trois autres compères autour de Cheche (Belette : claviers/choeurs ; Gepeto : guitare classique/mandoline ; Bistouque : violoncelle). Cheche a écrit cette chanson alors qu’il vivait dans le campus de Luminy à Marseille, étudiant en STAPS.
C’est d’ailleurs au sein même du campus de Luminy que Le Tchapaclan a vu le jour, résultat de la rencontre entre Belette et Cheche.

Pour réaliser votre EP, vous faites un financement participatif, en quoi cela va vous être utile et quel serait l'argument pour convaincre de vous aider ?
La campagne KisskissBankbank doit nous permettre de réaliser cet EP avec tous les coûts que cela comporte (enregistrements en studio, mixage, mastering, réalisation de la pochette, pressage des CD). Tout cela a un coût, d’autant plus lorsque l’on souhaite réaliser un produit de qualité.
Heureusement, nous avons eu la chance de pouvoir compter sur l’aide précieuse et le soutien de David Domingo du Recording Studio à Marseille qui nous a chapeauté tout cela de main de maitre.
Nous tenons également à dire un immense merci à Juyse artiste peintre marseillais qui a réalisé la pochette de l’EP et à Jean Fondacci, le photographe qui a photographié la toile.

Vous pouvez soutenir l'EP de Tchapaclan sur KissKissBankBank.

 

Parlez nous de la pochette du disque réalisée par Juyse...
Pour la pochette, nous souhaitions quelque chose qui reflète l’esprit de notre groupe, de notre univers, et quelque chose d’artisanal.
Notre logo est un perroquet devant une lune. Le perroquet représente l’exotisme, la fête, le soleil ; la lune illustre le rêve, la mélancolie, la nuit. Cela représente notre style et notre musique, éclectique, tant au niveau des sons que des émotions qu’elle cherche à faire partager.
Lors des concerts, nous invitons les gens à partir en voyage au sein de notre univers. Nous avons donc réfléchi à une manière de combiner tous ces éléments. La piraterie ayant une belle place dans notre imaginaire, notre perroquet s’est rapidement retrouvé avec une tête de mort pour l’occasion sur l’idée du petit mousse Clem. Cheche a fait les esquisses, les a transmises à l’ami Juyse et là l’artiste a fait le reste…. Une magnifique toile de 1x1m, ainsi que le recto de la pochette. Nous avons été très touchés par son travail et l’implication qu’il y a mit. Encore un grand merci à lui.

Le Tchapaclan c'est surtout les tournées. Comment travaillez-vous et imaginez-vous vos spectacles ?
Nous travaillons depuis quelques mois avec Cécile Bonansea (comédienne) qui nous coach sur notre présence scénique, nous fait travailler nos attitudes et nos déplacements sur scène. C’est très important car nous ne sommes pas juste un groupe de musique qui envoie du son, nous sommes une troupe de marins saltimbanques qui a soif de partage et de communion.
Depuis le début, nous avons un décor sur scène qui pose l’ambiance. Nous sommes en train d’améliorer celui-ci pour les dates de cet été avec des structures beaucoup plus travaillées, plus abouties et nous permettant de jouer sur des niveaux de hauteur. Les éléments principaux du décor sont «Le quai du Tchapaclan », d’où part le voyage, et « le Barbellay », là où quasi tout se passe…

Comment ressentez-vous la scène et comment se passent les échanges avec le public ?
Nous mettons un point d’honneur à ce que nos concerts ne soient pas seulement des concerts. C’est une invitation au partage, à l’échange, au voyage, à la découverte. On essaie d’embarquer les gens avec nous le temps d’une virée au sein du Barbellay, QG du Tchapaclan où se côtoient personnes réelles et personnages imaginaires prenant vie dans les chansons. On s’applique à instaurer une interaction entre le public et nous, ils font tous partie de l’équipage autant que nous.

Quelles vont être les grandes dates à venir ?
Nous avons une mini tournée en préparation du 4 au 13 août, avec une date à Port-mer (Bretagne) le 8 août. Et nous préparons le concert de sortie officielle de l’EP pour septembre 2018.
Entre temps, nous avons des dates là où le vent nous mène comme le 16 juin à la mine d’art de Dieulefit, le 21 juin pour la fête de la musique à Auriol et bien d’autres à venir.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Nous invitons tous les curieux, les voyageurs, les étourdis, les amoureux, les déçus, les piliers de comptoir, les grands enfants et les vieux bébés, les ronchons et les polissons à venir embarquer avec nous pour un voyage au sein du Barbellay, à être curieux, à tenter l’aventure.
Vous pouvez également rejoindre le Tchapaclan sur les réseaux sociaux Facebook, Instagram, Twiter et sur notre chaine Youtube. Toutes les informations concernant le Tchap’ y seront publiées.

Merci au Tchapaclan d'avoir répondu à notre interview !

L'asphalte - Le quai d'la gare

Musique interview

Philippine et Théo : le single Pour la fin du monde
A respectivement 22 et 20 ans, Philippine et Théo reprennent les années 70. Et comme i...
  I2S : le single Punir
Avec Punir, I2S - le petit frère de MHD - nous livre un titre dynamique, enjoué et end...
I2S : le single Punir

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

Vibration
  • 1. Vibration (site web) | mardi, 28 août 2018
Merci pour cette super découverte.
Belette
  • 2. Belette | mercredi, 09 mai 2018
Très bon article, un plaisir à lire.
Longue vie au Tchap
Paret Sébastien (Cheche)
  • 3. Paret Sébastien (Cheche) | samedi, 05 mai 2018
Au nom de tout l'équipage, un grand merci à Divertir et Maxime pour ce bien bel article.
Bonne continuation à vous et à bientôt.
Le Tchap'

Ajouter un commentaire