Publicité

Too Late for Hope : l'album Sortir du chaos

Too Late for Hope dévoile l'album Sortir du chaos, porté par le single Héritage avec un message fort sur l'état de la planète.

Too Late for Hope

D'où vient votre passion pour la musique et quel est votre parcours ?
J'ai commencé la musique à l'âge de 10 ans en prenant des cours d'orgue. Puis à 15 ans, je ne trouvais pas l'orgue très rock'n'roll, donc je me suis mis à la guitare. A la maison, il n'y avait pas beaucoup de rock, à part des disques des Pink Floyd et j'ai commencé par ça. Par la suite, par les copains j'ai découvert d'autres styles : rock, hard rock, punk, pop, puis noisy, indus...
J'ai joué dans des petits groupes sur Besançon. J'ai pris une grosse claque en voyant les Young Gods au Paleo festival de Nyon, c'est grâce à eux que je me suis intéressé aux machines. Puis, il y a eu la découverte des free parties avec les Spiral Tribe. Je me suis mis à mixer un peu, mais rapidement je me suis mis sur des machines pour faire du live.
Puis ça s'est étoffé avec la découverte de la MAO qui a révolutionné la donne, plus besoin de passer par des studios pour enregistrer de la musique, la révolution ! Ça et internet, bien sûr, formidable outil de promo, finis les cassettes à enregistrer et à envoyer à droite, à gauche !

Pouvez-vous nous présenter l'album Sortir du chaos et vos inspirations ?
Après une longue période où je n'ai quasiment pas fait de musique, trop absorbé par le boulot et la vie en général, j'ai déménagé à Bourg en Bresse où mes conditions de vie et de travail se sont très nettement améliorées, me laissant enfin du temps libre. En parallèle, j'avais vraiment envie de me remettre à faire de la musique et un de mes rêves les plus chers, était d'enregistrer un album. Nouvellement arrivé à Bourg et ne connaissant personne dans le milieu musical, j'ai décidé de tout faire moi-même. Dis comme ça, ça paraît simple, je crois que je n'avais pas mesuré l'ampleur de la tâche ! Mais bon, je m'y suis mis, je me suis formé en autodidacte sur les techniques d'enregistrement et de fil en aiguille, l'album s'est construit.
Mes inspirations sont nombreuses et l'album est un peu le reflet de cela. De plus, je ne me suis pas mis de contraintes en me limitant à un style. J'avais surtout envie de faire des morceaux qui me plaisaient et après si ça plaît à d'autres c'est tant mieux. Du coup cet album ne s'adresse pas à un public spécifique, chacun peut y trouver son compte... à part les intégristes d'un style musical particulier !

Pourquoi avoir appelé l'album Sortir du chaos ?
Pour plusieurs raisons. Personnellement, je venais de sortir d'une période de ma vie assez compliquée et cet album était pour moi une façon de commencer quelque chose de nouveau. Il m'a permis d'exprimer un peu toutes les choses enfouies en moi et sur lesquelles je n'avais pas vraiment prêté attention, le fait de pouvoir exprimer des sentiments à travers la musique et les paroles m'a fait un bien fou.
L'autre raison, c'est que j'ai essayé d'observer le monde qui nous entoure de manière plus critique, de m'interroger un peu plus sur ce qui se passe et finalement c'est un sacré foutoir. Le titre, tout comme le nom Too Late for HOPE est un appel aux gens, une manière de les faire réagir, s'interroger sur le monde dans lequel on vit. D'un coté, les sciences et la technologie font des bonds de géants, mais de l'autre ça créé de nouveaux problèmes et de nouvelles inégalités. Sortir du chaos, c'est un peu dire, arrêtons nos conneries, posons nous un peu, réfléchissons à tout ça et agissons !

Les membres de votre famille vous ont beaucoup aidé à la réalisation de cet album, peut-on en savoir plus sur vos échanges ?
Ils sont mes premiers fans et mon soutien le plus important. Mes sœurs ont aussi une grande culture rock, donc leurs avis est très important pour moi. Une de mes sœurs est également graphiste, d'où la réalisation d'un clip.

Est-il possible d'en apprendre davantage sur la partie instrumentale ?
J'ai tout composé chez moi. Donc beaucoup de programmations : batterie, basse, synthés... Seules les parties guitares ont été enregistrées avec de vrais guitares... et aussi quelques synthés et le chant.
Au niveau de la composition, je ne me suis pas spécialement mis de barrières, j'avais surtout pour objectif de me faire plaisir et comme mes influences sont nombreuses, ça part un peu dans tous les sens !

Comment se sont passés les enregistrements de l'album ?
J'ai commencé à composer à l'été 2018 dans mon home studio à Bourg en Bresse. Je venais de passer 10 ans à Roubaix, où je n'avais rien fait du fait d'une vie compliquée et d'un boulot prenant.
Quand je suis arrivé à Bourg, j'avais vraiment envie de m'y remettre. Ne connaissant personne, j'ai décidé de tout faire moi-même. Donc je m'y suis mis. Ça a pris du temps, parce que je bossais après mon boulot, et qu'en parallèle je me formais à l'art du mixage, donc beaucoup de recherches, de lectures et d'expérimentation.
L'album devait être terminé fin juin 2019, mais j'ai crashé mon ordi début juin ! Donc retour à la case départ, j'ai tout recomposé à partir des versions audio de mes morceaux et finalement j'ai mis en ligne les titres fin septembre 2019.

Parlez nous du titre Héritage et de son clip...
Je voulais envoyer un message choc concernant la pollution et l'état de la planète qu'on laisse aux futures générations. Une grosse partie de l'opinion publique est informée, mais au niveau politique, il ne se passe pas grand chose. Ce sont toujours les multinationales qui contrôlent la situation et tant que l'avenir de la planète ne sera pas un business rentable pour elles, il ne se passera rien.
J'avais aussi envie d'associer des images à ce morceau, histoire de renforcer le message. Avec ma frangine, on a fait une première version avec Stop Motion, mais bon le résultat n'était pas à la hauteur. On a réfléchis à la manière d'avoir un résultat plus propre et l'idée s'est vite imposée qu'il fallait faire de l'image par image. Et me voilà embarqué dans ce projet en ne me doutant pas du tout à la somme de travail colossale que ça demandait ! Ça m'a pris un mois et demi en travaillant d'arrache-pied, mais j'y suis quand même arrivé. Le processus était assez lourd, dessiner et modifier les images dans Illustrator, puis traitement dans Photoshop et enfin montage dans un logiciel de vidéo. Grande expérience, mais je ne crois pas que je recommencerai ! J'ai dû faire entre 400 et 500 images, travail de dingue, la prochaine fois je passerai par des gens dont c'est leur spécialité.

Pour vous que doit véhiculer la musique ?
Pour moi, le rock a toujours été associé à l'esprit de rébellion, de contestation, de refus de l'ordre établi et immuable. La musique, tout comme les autres arts, font parties qu'on le veuille ou non, du monde des médias. Outre le plaisir d'écoute qu'elle nous procure, la musique peut être aussi un outil pour faire passer un message. J'ai toujours plus accroché au rock qu'à la variété. En composant cet album, je me suis rendu compte de l'impact et du sens que pouvaient avoir les paroles. Et en écrivant, je me suis rendu compte que j'avais aussi des choses à dire, que mon avis n'était pas plus bête que celui d'un autre et j'espère que j'ai réussi à faire passer ce message dans mon album.
La musique est aussi un formidable vecteur d'émotions, négatives ou positives et j'ai essayé de transcrire ce que je pouvais ressentir dans mes morceaux.

Quelle a été la principale difficulté dans la préparation de cet album et qu'est ce qui vous a poussé vers l'auto-production ?
Plusieurs difficultés sont apparues. La plus difficile quand on bosse seul, c'est de savoir s'arrêter, de se dire qu'un titre est fini.
Il faut trouver le temps de faire de la musique et vu les objectifs que je m'étais fixé, il m'en fallait beaucoup ! Et ce n'est pas toujours facile de s'y mettre après une journée de boulot ! Mais bon, quand on est motivé...
Autre difficulté que j'ai déjà évoqué, le crash de mon ordi. Sur le moment, tu es dégoutté, mais ça n'a pas duré longtemps, je m'y suis remis assez vite. Du coup ça m'a permis d'améliorer les morceaux grâce à ce que j'avais appris entre temps.
Pour moi, la plus grosse difficulté a été de me mettre au chant. Aussi bien la composition de paroles que chanter. Je n'avais jamais fait ça auparavant et donc ça a été une grosse découverte. Le plus dur a été de composer des textes. Je voulais écrire des paroles qui aient du sens, je me suis donc inspiré de ma vie personnelle ce qui n'a pas été facile, c'est dur de se mettre à nu. J'ai aussi pris le temps d'observer ce qui se passait autour de moi, de pointer du doigt les choses qui me touchent ou me révoltent.
Voilà à peu près tout ce que j'ai traversé lors de la réalisation de ce projet. J'espère que ce sera un peu plus facile pour la suite...
Quant à l'autoproduction, ça me semblait le moyen le plus efficace et le plus rapide pour arriver à mes fins. Je n'ai pas l'habitude de demander des choses ou d'attendre sur les gens, donc le Do It Yourself me convient bien. Je suis assez adepte de cette pratique et personnellement, ça m'apporte beaucoup d'arriver à réaliser des choses par moi-même.

Une indiscrétion à nous donner sur Sortir du chaos ?
Pas vraiment, je suis quelqu'un de très sage... !!!!!!!!!!

Aurez-vous des concerts prochainement et en quoi la scène est-elle importante ?
Pour le moment je ne me suis pas occupé de cet aspect. J'y réfléchis, mais je n'ai pas encore trouvé une solution qui me convienne. Jouer en solo ? Trouver des musiciens ? La transcription des morceaux en version live est assez complexe.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Actuellement, je compose un nouvel album (Eh oui, je ne m'arrête jamais !), j'espère l'avoir terminé à la fin du premier semestre 2020.
Et puis après, on verra, est-ce que je m'attaque à la scène ? Est-ce que je m'attelle à un nouvel album ?
Pour conclure, je dirais : accrochez-vous à vos rêves, donnez-vous les moyens de les réaliser, retroussez vos manches et foncez !

Merci à Marc de Too Late for Hope d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez le également sur Facebook.

Too Late For HOPE Héritage

interview Musique

Plongez au coeur de l'Arctique avec le futur EP d'Archibald Plongez au coeur de l'Arctique avec le futur EP d'Archibald
Après un premier album en 2016 sur le thème de l'aventure, un EP vidéo insp...
  M’Toro Chamou : le clip de M’Godro Rebel (album Sika Mila)
M’Toro Chamou, récemment élu lauréat du Prix des Musiques d’Ici Diaspora Music Awards...
M’Toro Chamou : le clip de M’Godro Rebel (album Sika Mila)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire