Publicité

Too Late for Hope : l'album #(r)-évolution#

Too Late for Hope revient avec son second projet d'album, #(r)-évolution# , toujours aussi engagé sur l'état de notre monde...

Too Late for Hope #(r)-évolution#

Peut-on en savoir plus sur votre nouvel album #(r)-évolution# ?
J'ai commencé à vraiment travailler dessus au mois de janvier. J'avais déjà quelques maquettes de titres qu'il me restait du premier album et puis j'en ai écrit de nouveaux. J'ai une manière assez particulière de travailler, vu que je fais tout moi-même. Tout est en fait entremêlé. La composition, le travail des sons, l'enregistrement, le mixage. Ce n'est pas très académique comme manière de faire, mais ça me convient.
De la même manière, lorsque je travaille, je ne me concentre pas sur un morceau, puis je passe au suivant. Je préfère avancer par petits bouts. Un jour je travaille sur un morceau, le lendemain sur un autre et ainsi de suite. Je trouve ça plus enrichissant, parce qu'entre deux sessions sur un morceau, il s'est écoulé un certain temps et du coup tu as plus de fraîcheur et de recul.
Pour les paroles, je travaille essentiellement sur deux axes : le premier centré sur l'actualité, sur ce qui me touche et souvent me révolte ! Et le second plus centré sur moi-même, sur mes ressentis, sur mes émotions. C'est d'ailleurs le plus dur, il faut se faire violence, s'extérioriser, se mettre à nu. Je rassure tout de même les gens qui se sont un peu inquiétés pour moi lorsqu'ils ont découvert mes paroles, je vais bien, merci de vous en soucier : )

Sur votre précédent album vous tiriez l'alarme sur l'état de la planète. Quelle révolution souhaitez-vous apporter sur cet opus et en quoi est-ce important ?
Malheureusement, ça ne s'arrange pas : l'Australie a brûlé, l'Amazonie continue de brûler, les glaciers fondent à toute vitesse et des cinglés continuent à nier tout ça. Le point positif, c'est qu'il semble qu'en France, ça commence à se réveiller vu les derniers résultats aux municipales. Mais bon, il est temps, il y a urgence.
Après quand je parle de révolution, je ne le vois pas uniquement sur le plan de l'état de la planète. Ce sont nos modes de vie qui sont à revoir entièrement. Déjà individuellement, c'est déjà commencer par tous faire des petits efforts : arrêter de balancer ses déchets partout, surveiller sa consommation d'eau et d'électricité et surtout arrêter de surconsommer et consommer de manière durable. Si déjà tout le monde faisait ça, ça serait un bon début ! Après, je ne suis pas un intégriste de l'écologie, je pense qu'il y a moyen de changer les choses de manière douce et pas trop contraignante, ce sont de nouvelles habitudes à prendre, de petits efforts à faire.
Le plus dur sera quand même de s'affranchir des leaders liés à l'ultra-capitalisme et de modifier ce système économique qui se mord la queue : produire plus, vendre plus, être plus performant donc virer des gens ou les faire travailler encore plus... on ne s'en sort pas, c'est quoi cet esclavage, cette précarité !
On est au 21° siècle, il est où le bien-être des gens, avoir le dernier portable ? La dernière voiture ? Désolé, je ne marche plus là-dedans, je ne crois pas que posséder plus rends plus heureux, c'est e qu'on voudrait encore nous faire croire, mais je crois qu'on passe à côté de l'essentiel.

Qu'avez-vous vous voulu apporter avec votre style électro punk pop ?
L'expression n'est pas de moi, elle est venue d'un pote musicien (merci Paulo), cet été lorsque je lui ai fait écouter mes productions. Il m'a dit que mes paroles étaient cash, sans filtres d’où le côté un peu punk.
Bon le son va aussi un peu dans ce sens là, j'aime ce côté brut, in your face. Après le côté pop, c'est que j'aime quand même bien qu'il y ait de la mélodie. Pourtant, j'ai écouté des styles assez extrêmes par le passé, mais je n'en peu plus des chanteurs/beugleurs !!! j'aime la musique qui dépotte, mais les braillards qui vomissent leurs tripes, je ne peux plus ! C'est dommage parce que je trouve que ça gâche beaucoup de morceaux.
Après, le côté électro, c'est la troisième facette, mon passé de DJ et de live électro. J'aime les sons de synthés (pas ceux des années 80 tout pourris !), j'aime rechercher, expérimenter pour trouver de nouvelles sonorités.
Bon tout ça, viennent de mes écoutes passés, je me suis intéressé à tellement de musiques différentes. Finalement ce que je fais actuellement est un mélange de tout ça. Lorsque je fais un morceau, je ne me dis jamais : « tiens je vais faire un morceau à la manière de .... », ça vient naturellement et après le morceau se construit...
Je ne cherche pas absolument à apporter quelque chose de neuf. Ce que je fais est le résultat de ce que j'ai écouté au fil des ans. Est-ce que c'est novateur ? Je n'en sait rien. Le principal pour moi est dans un premier temps d'être heureux et fier de ce que je fais. Après, si des gens aiment ce que je fais, eh ben c'est cool, tant mieux !

Le Covid a-il affecté la préparation de cet album ou influencé dans la composition de certains titres ?
Comment ne pas être affecté par ce qui se passe ! Le morceau Cauchemar en est une des résultantes. Il aurait été difficile de ne pas parler de cette pandémie. Pour moi, ça a été une manière d'extérioriser un peu tout ça. Ça n'est pas facile pour tout le monde et je pense qu'au niveau psychique, nous n'avons pas encore effleuré les séquelles que cette situation laissera sur nous. Donc, personnellement, c'était bien pour moi, d'en évacuer une partie à travers ce morceau.
Après, c'est vrai que pendant le confinement, j'étais en télétravail, ce qui m'a laissé un peu plus de temps pour travailler la musique (pas de déplacement, moins de fatigue, l'esprit plus rapidement mobilisable).
Peut-être ai-je gagner du temps, étais-je plus concentré sur la musique ? Difficile à dire. Je pourrai peut être le dire dans quelques temps avec un peu de recul. Mais bon, pour le moment, on est encore dedans, on ne sait pas quand on en sortira, donc on en reparlera plus tard.

Vous évoquiez un parcours semé d'embûches sur le premier opus. Etait-ce plus facile de préparer cet album et qu'avez-vous voulu apporter de nouveau ici ?
Oui, cela a été beaucoup plus facile. Lorsque je me suis lancé dans la réalisation du premier album, même si tu anticipes ton projet, tu es confronté à de multiples incertitudes. Donc, tu essuies beaucoup de plâtres...
Avec le second, tu connais beaucoup mieux tes outils de travail, tu en as remplacé certains par d'autres qui sonnent mieux, tu as testé des choses qui t'ont apporté une certaine expérience, tu as appris de nouvelles choses, ton oreille s'est affinée donc tu deviens beaucoup plus critique et précis. Donc effectivement, c'est plus facile, tu as défriché le terrain, tu pars moins dans l'inconnue. Mais d'un autre côté, tu places la barre plus haut... C'est aussi le but du jeu, progresser, donner quelque chose de meilleur.
Pour celui-ci, je n'ai pas eu de grosses galères techniques. Il a quand même fallu que je remplace ma carte son qui m'a lâché !!! Donc du coup, réenregistrer certaines parties. Mais bon, je m'en suis sorti quand même.
Au niveau des nouveautés, j'ai jonglé entre plusieurs choses. Nous avons déjà parlé du côté qualité sonore. Au niveau du contenu, il fallait trouver un équilibre entre ce que j'avais fait lors du précédent album et une part de nouveauté. Exercice assez ardu, vu que les deux opus sont sortis en moins d'un an d'intervalle. J'estime m'en être plutôt pas trop mal sorti : ). L'album est assez varié, on retrouve des titres dans la continuité du premier album et d'autres qui explorent de nouveau territoires.

Parlez nous du titre Vagabondage...
Que dire ! C'est un instrumental. Au début, je l'avais appelé « vagabondage de l'esprit ». Pour se mettre en situation, c'est le moment, ou tu peux te poser chez toi, tranquillement dans ton canapé (chose qui malheureusement n'arrive pas souvent !), et où tu peux laisser ton esprit vagabonder. J'aime bien ces moments, ou tu es suffisamment détendu et sans parasites extérieurs, ou tu peux un peu lâcher prise et laisser les pensées venir et s’enchaîner. Généralement, ça part un peu dans tous les sens, tu penses à des personnes, il y a des souvenirs qui remontent, tu penses à de futurs projets.... Je trouve ça agréable, mais malheureusement je ne le fais pas souvent !

On retrouve aussi sur l'album un titre sur les Violences conjugales. Pourquoi avoir voulu parler de ce thème fort ?
Une personne qui m'est très chère en a été victime par le passé. Lorsqu'elle s'est confiée à moi, ça m'a retourné. Pour moi, avant cela, ça restait un peu abstrait, un sujet que tu lisais dans les journaux. A travers son récit, c'est devenu quelque chose de réel, de proche. Ce titre, c'est ma manière de lui rendre hommage, de la remercier de sa confiance et de lui témoigner tout mon soutien et tout mon amour.

Quels ont été vos choix sur la pochette de l'album de #(r)-évolution# ?
J'avais sélectionné plusieurs photos qui me plaisaient bien. Puis je les ai travaillé sous Photoshop. J'ai ensuite sélectionné celle qui me semblait convenir le plus à l'album, à mon univers. J'aime beaucoup les photos en noir et blanc, je trouve que l'on perçoit plus les contrastes, que l'on peut plus se focaliser sur les détails.

Des clips sont-ils prévus et quel est votre regard à ce sujet ?
Je n'ai pas prévu de faire de clips pour le moment. Je ne referai pas l'expérience de monter deux clips moi-même comme pour le précédent album, pour diverses raisons. La première, c'est que ce n'est pas mon domaine. J'ai apprécié d'avoir tenté l'expérience, c'était enrichissant, mais je préférerais laisser ça à des personnes plus expérimentées. La seconde, c'est que ce fut très chronophage. Le temps que j'ai utilisé pour faire ces clips s'est fait au détriment de la musique. Je préfère me concentrer sur cette dernière et ne pas trop m'éparpiller. Par contre, si quelqu'un se sent la motivation et l'inspiration, je suis ouvert à toute proposition...

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Je crois que j'en ai déjà beaucoup dit ! J'espère que ce nouvel album parlera à des gens, qu'ils se retrouveront dans ce que je fais.
Pour ma part, je continue. Je travaille actuellement sur la suite. J'espère sortir la suite dans quelques mois. En parallèle, je réfléchis à d'autres projets musicaux.
Voilà, merci pour votre lecture et bonne écoute. Et, si vous aimez, n'hésitez pas à partager. Merci.

Merci à Marc Hufschmitt (Too Late for Hope) d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez le également sur Facebook.

Vagabondage

interview Musique

La bande originale du film Le livre de la vision La bande originale du film Le livre de la vision
Découvrez la bande originale du film dramatique Le livre de la vision (The Book of Vision). L...
  Le court métrage The vape nation
Le réalisateur Julian Bordeau prépare son nouveau court métrage The Vape Nation...
Le court métrage The vape nation

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire