Publicité

Tommy Foster présente son titre Freedom en interview

Tommy Foster est un chanteur-compositeur-interprète de rock'n'roll. Sur scène il se fait remarquer avec son électrisant énergique. Il mélange des éléments de rock, et les saveurs de reggae.

L'artiste nous fait découvrir son nouveau single Freedom en interview.

Tommy Foster

- Parlez nous de votre parcours artistique et de votre passion pour la musique...
La musique a toujours été au sein de ma famille, je suis né d'une famille de musiciens, j'ai commencé la batterie à 5 ans et j'ai fait mon premier studio à l’âge de 6 ans.
A 8 ans, j’ai intégré la formation reggae de mon père, à la batterie. C'était nouveau pour moi de travailler avec des adultes, on partait en concerts, studio etc. C’est à ce moment là que j'ai eu le déclic de devenir musicien.
Enfant, je passais la plupart de mon temps à répéter, travailler la musique, plutôt qu'à jouer comme la plupart des enfants du quartier.
A 12 ans, je me suis mis à la guitare, et j’ai appris à jouer de la basse.
C'est ensuite à 14 ans que je me suis mis à composer et à 17 ans, je suis parti en studio pour enregistrer mon premier CD 5 titres sur lequel j'ai enregistré les parties musicales (guitare, basse, batterie, piano, chant).
Afin de pouvoir les jouer sur scène, je me suis mis à la recherche de musiciens et  j’ai monté mon projet « Tommy Foster », avec lequel j'ai sorti un premier CD 5 titres, puis un premier album en 2010 intitulé Roots n roll et cette année je sors mon single Freedom qui sera suivi d'un album prévu pour l’année 2017. 

- Comment ont été vos débuts à la guitare ?
Dans le groupe de reggae de mon père, il y avait deux guitaristes : l'un plutôt rock, et l'autre plus blues, et j'aimais leurs solo qui enrichissaient nos morceaux reggae.
Plus tard quand le groupe s'est dissous, mon père est parti en tournée avec un autre groupe. C'est à ce moment là que j'ai pris une de ses guitare (il est droitier) et que je l'ai retourné (je suis gaucher) c'est à dire avec les grosses cordes en bas et les petites en haut, donc j'ai naturellement appris comme cela.
Quand il est rentré presque deux ans plus tard, et qu'il a vu que je m'étais mis à la guitare, il m'a demandé avec étonnement ce que je faisais, voyant que c'était à l’envers (alors que pour moi c'était à l'endroit) et je lui ai répondu que depuis deux ans, c'était la manière avec laquelle je jouais ! J’ai ensuite continué à jouer de cette façon.

- Pouvez-vous nous présenter votre single Freedom ?
La liberté c'est une question que tout le monde se pose dans la vie...
J'ai voulu la faire sous forme de mantra, le mantra c'est des chants que l'on répète de manière indéfinie, jusqu'à rencontrer une certaine transe.
Comme dans le morceau, il y a 3 couleurs : au début c'est assez lent comme pour exprimer le questionnement : « comment, et en quoi suis je libre ? », un peu plus loin cela ralenti, comme pour exprimer la réflexion « comment trouver les moyens nécessaire pour atteindre mon objectif ? » ensuite le morceau reprend de plus belle avec rythme et énergie, c'est le passage à l'action.
C’est un peu comme cela que j'ai voulu exprimer l'idée de la liberté dans ce morceau.

- Est-il possible de nous faire entrer dans les coulisses du clip ? Peut être même de nous donner une indiscrétion ?
Au départ nous cherchions des grands espaces pour tourner le clip, on avait pensé à Londres pour le feeling, puis l'Ecosse pour sa nature, et sur un coup de tête, nous nous sommes décidés pour le Maroc.
J’ai fait le voyage avec l'équipe de tournage que je ne connaissais pas du tout, et arrivés là-bas, nous avions juste un point de chute pour dormir, mis à part cela, rien n'était planifié ! Tout s'est fait à l'impro, au feeling, en allant faire des prises au fur et a mesure de nos déplacements ! 
A un moment, sur la route du désert, nous nous sommes arrêtés dans une Auberge, près de Ouarzazate, tenue par Nadia, une expatriée, qui nous explique qu'elle avait quitté la France pour pouvoir monter son auberge et qu'enfin elle avait trouvé sa liberté au Maroc ! Cette rencontre n'a pas été très longue, mais les moments vécus avec elle ont été très intenses ! 
Ensuite, nous avons repris la route avec notre guide, Adil, qui s'est impliqué à 100%, on s’arrêtait pour faire des séquences, et hop, on reprenait la route !!
La dernière nuit, nous l'avons passée  avec des nomades dans le désert, à faire du djembé, danser, chanter... !! Un super bon accueil et de grands souvenirs !!
Au moment de se dire au revoir avec les personnes qui nous avaient accompagné et avec l'équipe de tournage, c'était vraiment une sorte de déchirement tellement l'expérience avait été magique !!

- Le titre Freedom a-il un sens caché ?
Non, il n'y a pas de sens caché. :)

- Les fans apprécient particulièrement votre style. C'est important ce soutien ?
Oui, bien sur c'est important. Je ne fais pas de la musique pour moi seul, mais pour la partager avec les gens.
A travers ma musique j'essaie de faire passer des émotions et quand les fans y sont réceptifs, cela créé une unité, cela nous rassemble !
Donc oui, c'est important !!

- Souhaitez-vous dire quelques mots sur We never know ?
We never know est un morceau plutôt tranquille, calme.
J'avais rencontré dans un pub où il y avait des jam session, un monsieur d'un certain âge, qui avais eu un AVC et qui était en fauteuil roulant.
Sur scène il faisait des solos de « peigne » et avait une énergie débordante. 
On est restés en contact et il n'hésitait pas à sortir deux à trois fois par semaine jusqu'à  4h du matin alors qu'il travaillait le lendemain !
Finalement quand il est parti, sa femme a dit « il aura fait de la musique et chanté toute sa vie sans jamais abandonner malgré les difficultés. »
Il m'a renforcé dans ma pensée de profiter du moment présent à 100%, car finalement on ne sait pas si on sera encore là demain… 

- Avez-vous des concerts à venir ?
Il y a une date de prévue le 25 novembre à Amiens au « Festival culture bar-bars ». D’autres concerts sont également à venir suite à la sortie de FREEDOM.
Vous pourrez retrouver toutes les infos sur mes réseaux sociaux et mon site internet.

- Prévoyez-vous un album ? Si oui, que retrouvera-on dessus ?
Oui, il y a un album prévu pour 2017 sur lequel on pourra retrouver FREEDOM et WE NEVER KNOW.
Ce nouvel album est à tendance rock, agrémenté de quelques solos de guitare avec petit un clin d'oeil blues et pop.

- Pourquoi choisir l'expression « Peace & Rock » ?
En fait, l'expression n'est pas de moi, mais elle représente assez bien mon état d'esprit et mon univers musical. J’aime faire du rock et je reste quelqu'un de pacifique, tranquille, mais la passion et l’énergie l’emportent lorsqu'il s’agit de jouer !

- Quel artiste vous inspire le plus ?
C'est un peu compliqué, il y en a tellement… Mais je dirais que c'est plus une époque qui m'inspire, celle du rock des années 60, 70. Je pense à Santana, Hendrix, JeffersonAirplane, Grateful Dead etc… Pour leur liberté musicale, pour les tenues, l'ambiance "Flower Power"...
J’aime le côté psychédélique en concert avec des solos déjantés, c'est un peu l'esprit de mes concerts d’ailleurs.

- Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci à tous ceux qui me suivent n'hésitez pas à voir et partager le clip FREEDOM disponible sur YouTube !
Le single digital est quant à lui disponible sur iTunes, Spotify, Amazon ou encore Deezer.
pour ceux qui préfèrent le CD physique vous pourrez le trouver lors des concerts, et sur mon site.
  Pour me suivre et découvrir mon univers, je vous donnez rendez-vous sur Facebook et/ou sur mon site internet, où vous pourrez retrouver toutes les infos concernant mon actu !
A très bientôt !

Merci à Tommy Foster d'avoir répondu à nos questions !

Tommy Foster - Freedom (Official Video)

interview Musique

Nicolas Buysse dans Etats d'urgence Nicolas Buysse dans Etats d'urgence
Cet automne Nicolas sera sur les planches liégeoises et bruxelloises première &ea...
  Back to 70'S avec Freedom de Tommy Foster
Il est probablement l’un des guitaristes les plus charismatiques de sa génératio...
Back to 70'S avec Freedom de Tommy Foster

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire