Publicité

Toan'Co dévoile l'EP Synopsis

Rédaction Divertir Par Le vendredi, 16 avril 2021 à 11:39 0

Dans Culturel

Avec des ambiances vocales street, proches du Slam, couplées aux vibrations naturelles et acoustiques ; découvrez le duo Toan'Co et son EP Synopsis.

Toan'co - Synopsis

Comment vous êtes-vous rencontrés et d'où vient votre passion pour la musique ?
RENCONTRE EN 2 TEMPS

  1. Dans un club de vacances du Sud de la France, en été 2016. Antoine y travaillait en tant que saisonnier, Rémi était en vacances.
  2. Retrouvailles sur Paris fin 2016, au Café de la Danse, par hasard.

NOTRE PASSION
Nous sommes tous deux issus d’une famille d’artistes-musiciens.

D'où vient l'idée du nom Toan'co ?
C’était le premier pseudonyme d’Antoine quand il a lancé ce projet en solo, fin 2015.
On a gardé ce nom par la suite avec l’ambition de faire de TOAN’CO une entité solide dont Antoine (Auteur/Compositeur/Interprète) serait la voix et Rémi (Musicien Multi-instrumentiste) le cœur.

Pouvez-vous nous présenter l'EP Synopsis et son univers ?
« Des ambiances vocales street, proches du Slam, couplées aux vibrations naturelles et acoustiques. Ainsi TOAN’CO balade sa singularité tant sur les trottoirs glacés de la grande ville qu’à l’horizon chaleureux d’une plage océanique. Par un flow imagé et humaniste sur un beatbox à faire trembler les cœurs moroses, le binôme dévoile une poésie urbaine aussi fougueuse que feutrée, résolument solaire. »

Dans quelles conditions avez-vous composé cet EP et quelles sont vos sources d'inspirations ?
Toutes les chansons de cet EP ont été composées à Paris entre 2017 et 2019, en parallèle de la formation d’Artiste Musicien Pro en Musiques Actuelles que suivait Antoine au SDV – Le Studio des Variétés (Paris 11). On s’est beaucoup servi d’une sorte de « frénésie créative » et de l’émulation particulière qui habitait le SDV, durant ces années. Un lieu inspirant qui nous a permis de trouver une direction et notre identité.
Paris à été la plus grande source d’inspiration pour cet EP car, par nombres de biais, elle a nourrit le besoin d’évasion qui transpire dans chacune des chansons. Le tout mixé sauce Hip-Hop, Slam et culture Reggae : nos principaux moteurs musicaux.

Selon vous, est-ce important que les textes des compositions aient un sens en musique ?
Pour notre musique, en tout cas, c’est primordial car le texte et les sujets abordés sont à la base de chacune de nos compos. Mais en tant que mélomanes et consommateurs de musique, on aime avoir le choix ! L’important, c’est ce que l’on ressent à l’écoute. Et peu importe si le frisson vient du son, des mots, ou des deux en même temps.

Quelle importance accordez-vous aux interprétations vocales ?
Tous nos couplets ont un flow proche de ce qu’on pourrait appeler vulgairement un « parlé-chanté » qui penche parfois vers le Slam ou le Spoken Word. À contrario, nous essayons d’amener une respiration mélodique entêtante sur chacun de nos refrains pour diluer la densité du propos et le rendre plus naturellement audible.
Ces deux aspects représentent un gros travail à la fois de concentration et de lâcher-prise pour Antoine, notamment en studio.

Quels ont été vos choix sur la partie instrumentale ?
Premièrement, placer l’instrumental sur le même pied d’égalité que la voix afin de conserver l’équilibre de notre duo.
Ensuite, un « basse/beatbox » puissant avec beaucoup d’impact en entrée (à l’image du traitement « basse/batterie » que l’on peut trouver dans le Reggae).
Enfin, notre musique tient sur deux postulats : des vibes proches de « l’acoustic live » & une progression sonore vers un climax final sur chacun des morceaux.

Parlez nous du titre Des livres dans la jungle...
Ce sont les mots d’un voyageur qui découvre une réalité tellement écœurante qu’il décide de rebrousser chemin. Tout en faisant comprendre qu’en fait, à l’aller comme au retour, on a décidé pour lui...
Les mots d’un homme obsédé par le besoin de conserver son libre arbitre, la liberté de choisir son destin et sa liberté de circuler ou il le souhaite, comme il le souhaite.

Pourquoi avoir proposé une version live de Les flamboyants dans l'EP ?
Pour rappeler l’importance du live pour la découverte des jeunes artistes émergents.
Et aussi pour conjurer le sort et se rappeler d’où l’on vient. Car cette version très cool des Flamboyants a été enregistrée lors d’un concert qui reste notre top en termes de « pires conditions pour se produire en public » et « pires conditions d’accueil artistes ».

Vous serez en livestream depuis une MJC le 30 avril. Etes-vous résigné à devoir présenter votre musique sans public ?
Pas résigné, car toujours optimistes quant à l’issue de la crise sanitaire et la réouverture des lieux de cultures et de spectacles vivant. Mais disons adaptable et pragmatique.

Qu'appréciez-vous dans la scène et la relation avec le public ?
La scène c’est la récompense, le kiff ultime après un long travail de l’ombre.
Mais en vérité, le mieux c’est même l’après-scène (les rencontres, l’échange, le coup à boire, le couché-tardif, ou pire..., la boite, la chouille et autres, etc... La vie quoi !).

Merci à Toan'Co d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité sur Facebook.

interview Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam