Publicité

The DeNiro's : l'EP Surfin' in love

The DeNiro's, saltimbanques officiels de la famille Corleone, pratiquent un surf rock nouvelle vague qui fait se déhancher le plus teigneux des mafieux siciliens. C'est armés de leurs plus belles boards qu'ils produisent une musique efficace, entraînante et rafraîchissante. Un savant mélange de mélodies ensoleillées et de textes narrant les aventures de Robert dans ses meilleurs rôles.
L'occasion de découvrir l'EP Surfin' in love.

The DeNiro's  - Surfin' in love

Tout part d'une private joke de plus entre copains, une plaisanterie qui donne envie d'aller plus loin...

Laissant planer le doute autour d'eux jusqu'ici sur leur véritable existence, The Deniro's ride ses premiers tubes au Taquin pour les 15 ans de Progrès-Son et présente en exclusivité mondiale son EP Are you Surfin' to me disponible dès noël 2018. En 2020 ils reviennent avec un premier album.

Alliant surf rock et hommage à Robert DeNiro, armés de leurs plus belles boards, The DeNiro's produisent une musique des plus efficaces, entrainante et rafraichissante. De quoi vous donner toujours plus de swell !

Pouvez-vous nous présenter votre EP Surfin' in love et quelles ont été vos inspirations ?
Arnaud : Surfin’ in love est l’aboutissement d’un an et demi de délires et de travail ! Nous nous sommes inspirés de la surf music et bien évidemment de Robert De Niro.
Fabien : Plus hétérogène que notre précédant disque (Are you surfin’ to me ?) le nouveau possède des morceaux rock, pop, garage… et une ballade également. Le principe étant toujours de faire les pitchs des films de Robert De Niro sur une musique surf. Nous prenons quelques libertés avec le style, non pas par prétention d’être d’excellents musiciens (ce qui est le cas) mais par nos multiples influences. Nous sommes six. Dans chaque groupe, les membres ont des influences variées. Alors à six, nous faisons notre possible pour rester cohérents.
Nathan : C’est un EP de copains avant tout. Ça parle de café, de manettes, de canapé, de films de De Niro, de nos mamans. Notre plus grande inspiration reste notre Leader.
Pablo : L'objectif était de donner l'envie de danser et du bonheur aux gens. En apportant chacun un peu de nos influences musicales et cinématographiques, nous espérons avoir réussi ce pari. En tout cas, nous en sommes très fiers.

En écoutant cet EP, on dirait qu'il y a un peu cette ambiance d'être sur une longue route américaine, avec le soleil pour aller à la plage. Est-ce un peu cette ambiance que vous avez voulu recréer ?
Fabien : Je pense qu’on a tous dans le groupe les films « Tarantinesques » en plus de la filmographie de Bob (et Point Break) pour références. On part, je pense, sur le fait que si un morceau peut nous sembler AU MOINS un peu crédible pour coller à cet univers, on est OK...
Nathan : On a voulu créer une musique sans fard, simple, populaire, on assume le fait de reprendre des codes très basiques des chansons des 60’s. C’est la raison d’être de ce groupe : simplicité et bonne humeur.
Arnaud : Ce qu’on a surtout voulu recréer, c’est Robert De Niro en train de faire du surf !
Pablo : Je pense que cela rappellera, à beaucoup, un voyage en vacances vers la plage sur la route 66 ou la nationale 7 !

Peut-on en savoir plus sur la partie instrumentale ?
Jack : Trois guitares, une basse, une batterie et, parfois, d’autres trucs comme du ukulélé.
Pablo : Je pense que ça manque de cuivres…
Nathan : Le Leader compose les morceaux, il enregistre les guitares, il décide des batteries et des basses, mais comme il ne sait pas chanter, on lui apporte nos humbles idées. Le Leader décide, le Leader est grand.
Fanch : Nous, on essaie de ne pas le décevoir. Gloire au Leader !

Comment s'articule la préparation d'un album dans un groupe aussi nombreux que le vôtre ?
Nathan : La moitié ne fout rien, l’autre moitié fait des trucs sans trop savoir pourquoi elle le fait. Voyez le résultat.
Fanch : Le Leader s’occupe de tout, le Leader est tout puissant, le Leader nous guide, il est le chemin. A lui seul, il est la vague ! Gloire au Leader.

Parlez nous du titre Are you surfin' to me...
Fabien : Cette phrase est tout simplement la première qui est sortie quand on cherchait des noms de morceaux mélangeant habilement (si, si) le surf et Robert De Niro. Qui est d’ailleurs un excellent surfer. Je pense. J’en suis sûr.
Pablo : Il est plutôt sympa pour une intro d'album !

Souhaitez-vous nous parler des sessions d'enregistrement ?
Nathan : Canapé, café, Nintendo, canapé, café, Nintendo, CANAPÉ, CAFÉ, NINTENDO…
Jack : Le plus gros boulot pour notre Leader lors du mixage, c’est d’enlever les bruits de manettes dans le fond.
Fabien : Plus sérieusement, dès que l’un d’entre nous a une idée, on la développe ensemble et on voit ce qu’il en sort. Pour l’enregistrement de ce disque nous avons enregistré les batteries à la « Butchers’ Box » en compagnie de Marc Pallaï, comme pour le premier EP. Les prises des instruments et des voix ont été faites via une carte son sur la table basse du Leader, entre deux (trois, quatre, MILLE…) tasses de café ou parties de Smash Bros. On remercie également David Castel pour le mastering. L’album a été mixé par le groupe.

The Deniro's Anthem se voit affublé d'un mix « aloha ». Qu'est-ce qui vous a poussé dans ce choix ?
Fabien : Jack, qui joue du ukulélé, et l’envie de jouer autour d’un feu sur la plage en parlant de « la vague des 50 ans » façon Point Break ou après une longue session nocturne dans les vagues. On parle assez souvent de faire un EP acoustique d’ailleurs.
Nathan : On s’est dit que ça manquait de double pédale, mais comme on n’avait pas de double pédale, on a pris un maracas, et ça faisait de suite hawaïen, et ça tombait bien parce que notre musique est très influencée par la musique traditionnelle hawaïenne.
Pablo : Qu'est-ce que de la surf music sans ukulélé ? Ces morceaux acoustiques permettent de mettre en valeur cet instrument et Anthem nous paraissait la plus adaptée à cet exercice.
Jack : Je pense que j’ai été invité à entrer dans le groupe seulement parce que j’avais un ukulélé. Si seulement je savais en jouer...

Selon vous, que doit transmettre la musique ?
Fabien : Nous faisons notre maximum pour qu’elle transmette de la joie, du soleil et une irrépressible envie de danser. Nous ne sommes que fun, nous ne sommes que surf, qu’amour, nous ne sommes que De Niro.
Nathan : Ce serait bien si elle procurait du bonheur, qu’elle développait l’imaginaire, qu’elle serve de moyen d’expression pour certains et d’exutoire pour d’autres. Nous défendons son sens populaire sans s’attacher aux notions élitistes d’éthique ou d’intégrité artistique. Nous, c’est le groove.
Pablo : Il n'y a pas de règles. La musique permet de transmettre de nombreux sentiments, de la joie de l'amour ou de la tristesse. C'est en ça qu'elle est si importante dans nos vies. Chacun fait passer un message...
Fanch : La musique c’est comme une bonne vague. Quels que soient les sentiments que tu ressens avant d’entrer dans le tube, tu en ressors apaisé, grandi, enrichi et comblé. La musique t’offre détente, sérénité et grave de fun mec !

Aimeriez-vous que Robert De Niro vous fasse un retour sur les hits que vous sortez à sa place ?
Fabien : Oui. Et ça arrivera un jour. En espérant que ce ne soit pas sous la forme d’un procès.
Nathan : C’est un rêve inavoué…
Arnaud : Ce serait une consécration de le voir réagir à ce projet, en bien ou en mal. Rien que de penser que son attention est tournée vers nous est une victoire !
Pablo : Mais tellement !
Jack : Tant que ce n’est pas par l’intermédiaire de ses avocats.

Des clips sont-ils prévus et quels sont vos choix sur l'univers visuel ?
Fabien : Nous en avions prévu un, mais confinement oblige, on l’a tourné comme on a pu, avec l’aide d’une soixantaine de personnes qui ont répondu à l’appel. Ce qui a donné une chouette vidéo, et plus de 23 000 vues sur les réseaux sociaux. Également sur Youtube (The Deniro’s - Feeling Vitty).

The Deniro's - Feeling Vitty

Comment vivez-vous le confinement, alors que vous avez dû reporter le concert de lancement de Surfin' in love ?
Nathan : You’re talking to me ?
Fabien : Nous travaillons à caler une date de report pour la sortie physique du disque. Elle sera bientôt annoncée via notre page Facebook. Mettez-vous bien les nouveaux morceaux dans les oreilles, nous on est ultra chauds pour notre grand ride !
Pablo : Frustré de ne pas partager ça sur scène, Impatient d'avoir les retours des gens. Content de sortir cet album sur lequel nous travaillons depuis un an.

Quelle est l'ambiance en concert et aimeriez-vous en faire un sur une plage ?
Nathan : L’ambiance est incroyable. Nous avons quasiment tous joué dans des groupes avant celui-ci, mais quand nous sommes sur scène avec les Deniros, il se passe quelque chose de vraiment spécial. C’est inouï !
Pablo : L'ambiance est toujours top, on a pas mal de morceaux dansants et faciles à chanter, c'est une musique qui est géniale à partager. La plage, pourquoi pas !
Arnaud : Jouer sur une plage pourquoi pas, on espérait faire la tournée des plages cet été mais avec le Covid-19 dans l’air, c’est un peu compromis.

Etes-vous plutôt du genre à surfer pour jouer au lover ensuite sur la plage ?
Nathan : Je fais du snowboard.
Fabien : Surfer est un mode de vie. On ne plaisante pas avec ça, merci. Je pense que c’est ce qu’on répondrait si on savait surfer…
Arnaud : Je ne fais pas de surf...
Pablo : Je suis plutôt le mec qui boit des bières sur la plage.
Jack : J’ai fait du bodyboard une fois quand j’avais dix ans...

D'ailleurs, si vous êtes surfeur, avez-vous un spot qui vous plaît à nous partager ?
Fabien : Nazareth, au Portugal. On laisse les petites vagues aux longboards. Banzaï Pipeline et Teahupoo pour le coté mythique.
Nathan : Piau Engaly, Peyragudes, Saint Lary, Bacheira, super spots.
Arnaud : Je vous le redis, je ne fais pas de surf, arrêtez à la fin !
Pablo : Pas du tout.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Nathan : Deltaplane.
Fabien : N’hésitez pas à écouter et partager notre nouvel album ! On espère vous voir à nos prochains concerts !
Arnaud : Je souhaiterais remercier le Leader pour tout ce qu’il a fait pour moi. Sans lui, je ne serai rien. Surfin’ In Love est un bon album, frais et joyeux, sans prétention, juste des amis qui s’amusent et veulent faire sourire les gens, simplement.
Pablo : Prenez le temps de vivre en musique !
Jack : Écoutez notre album ! Franchement, il est bien.
Fanch : Gloire au Leader !

Merci à The DeNiro's d'avoir répondu à notre interview !
Suivez les également sur Facebook.

The Deniro's - Surfin' in Love

Inscrivez-vous à la newsletter de Divertir !

Recevez gratuitement chaque mois l'actualité culturelle sur votre boite e-mail.

Désinscription possible à tout moment en 1 clic. Vos données ne sont pas cédées ou revendues.

Cliquez ici pour vous inscrire maintenant !

interview Musique

Le jeu de culture générale DuelQuiz est de retour ! Le jeu de culture générale DuelQuiz est de retour !
MAG Interactive est heureux d’annoncer la sortie de NOUVEAU DuelQuiz !, la suite du jeu de cul...
  Jo Lakro : le single Jamais et un 2ème album
Jo Lakro revient avec le single Jamais et prépare un deuxième album pour avril 2020. ...
Jo Lakro : le single Jamais et un 2ème album

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire