Publicité

Strange O'clock prépare un album pour 2019

Avec une musique vivante qui sent l'authenticité, la passion ; Strange O'clock sortira un album au printemps 2019. Voyagez dès maintenant dans leur univers...

Strange O'clock (crédit Evelyne Balliner)Crédit visuel Evelyne Balliner

Pouvez-vous nous présenter le duo Strange O'clock et quelle est l'origine de ce drôle de nom ?
Strange o'clock, c'est ce que nous sommes ! Un entremélange de genres qui s'unifient; un jeu d'ombres et de lumières, des vibrations... Globalement Tof (guitares, loops, stomp box) compose les mélodies, Cély (chant, calebasse, tambourin) compose les lignes de voix et les textes. Le tout se construit et se valide à deux.
On s'est rencontré il y a à peu près 8 ans, par et pour la musique. Après diverses formations, on a crée Strange o'clock, il y a bientôt 3 ans. C'est là que chacun s'est le plus retrouvé, en phase avec lui même et avec l'autre.

Peut-on en savoir plus sur votre premier album et son univers ?
Le premier album contiendra 9 à 10 titres. Deux morceaux bien typés africain et chantés en dioula, deux morceaux chantés en français, teintés d'afriqu'and blues ; les autres morceaux seront plus typés blues, voir blues rock, avec des venues de notes mandingues, touareg...
Son univers... Le Strange o'clock d'aujourd'hui, l'entre clair et obscur !

Qu'est ce qui vous a plu d'écrire en dioula (langue parlée en Afrique) et d'où tirez-vous votre inspiration pour vos compositions ?
Cély : Le Dioula est une belle langue, plaisante à chanter.
C'est aussi une histoire très personnelle... Quand l'Afrique m'a ramenée à moi ! Lors de mes séjours au Burkina Faso, j'ai vécu des moments très forts. Chanter en Dioula, c'est un peu comme une reconnaissance du Bien que l'Afrique a fait pour moi...
L'inspiration ? Ah ! On la tire de beaucoup de choses, de lieux, de moments de vie... Ce n'est pas simple de répondre à une telle question tant les sources d'inspiration sont multiples ! Parfois même elle nous pique et s'impose à nous, comme une évidence !

Ca vous ferrait plaisir de pouvoir faire vivre un jour votre musique dans ces pays ?
Oh que oui !! Une tournée en Afrique de l'Ouest, ce serait un très très grand plaisir !

Faites nous vivre les coulisses de votre passage en studio fin décembre...
Notre passage en studio fut rapide et très intense. Financièrement nous ne pouvions pas aller au delà de cinq jours, ce qui est déjà bien mais peu. Dans ces cinq jours, il faut décompter une journée, entre le passage de France 3 au studio et le dernier après-midi de réécoute du tout.
Il ne faut pas perdre de temps là où pourtant, en musique, pour être au top, il faut savoir prendre son temps, pas évident !
Ce sont des journées de 8h, 8 h30 de travail. Nous avons opté pour le "instrument par instrument". Une journée percussions, une journée guitare rythmique, une journée solo (accoustique et électrique), une journée voix. C'est intense, un peu fou...
Malgré le temps limité et les frustrations que cela entraine (on veut et peut toujours faire mieux !), nous gardons un très bon souvenir, tant au niveau expérience musicale, qu'au niveau humain.

Vous aviez fait votre précédent EP en home studio, le fait d'être entouré par d'autres professionnels ça vous est plus utile ?
Plus utile, c'est beaucoup dire... Ce sont les occasions et coup de mains qui nous ont emmené en studio si vite. Nous aimons beaucoup la formule home studio, par laquelle nous repasserons sûrment. Ca a beaucoup de sens pour nous, on s'y sent à l'aise et, après coup, on a l'impression que ça nous correspond plus... Le studio "pro" a plus de possibilitées de part plus de matériels et moyens techniques ce qui nous a été, de fait, très utile. C'est aussi d'autres regards et oreilles sur notre projet, ce qui est toujours interressant également.

Parlez nous du titre Tuma Diman...
Tuma Diman veut dire les bons moments. Le texte parle de l'amour de la musique et de tout le bien qu'elle nous procure. Niveau musical, c'est un morceau plein de “pep's” qui donne envie de bouger, des bons moments quoi !

Strange o clock Tuma Diman

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Quand on est indépendant, on manque souvent de moyen ; surtout à notre échelle ! C'est un coup de pouce, un soutien à la création.
C'est aussi un moyen d'investir un peu les gens dans notre projet, un échange...

Vos fans, tout comme vous, espérez pouvoir presser des vinyles pour votre album. Quel regard portez-vous sur ce support à l'heure du tout digital ?
En plus d'être un bel objet, la texture de son d'un vinyle est inégalable. Il donne une proximitée et une chaleur qu'on ne retrouve pas autant sur les autres supports.
On aime le vinyle ! Malheureusement nous risquons de ne pas pouvoir en faire pour l'instant par faute de moyens.

L'album a-il déjà un nom ?
Oui. Il portera le nom d'un de nos morceaux. Le choix n'a pas été réelement en fonction du morceau en tant que tel mais de son titre ! Ces deux mots sont forts et ont beaucoup de sens pour nous ; de part notre histoire, notre vécu et du côté combattant nécéssaire quand on est musicien ! Vous comprendrez quand vous verez ce nom ;) !

Un clip est également prévu, avez-vous déjà quelques idées sur son univers visuel ?
Les idées, on n'en manque pas ! Mais réaliser un clip nécessite un budget que nous n'avons malheureusement pas réussis à atteindre.
Ce n'est que partie remise !

Vous serez au festival Notes en Vert en juin en Charente Maritime. Qu'appréciez-vous dans ce genre d'évènement ?
Ils portent des valeurs et des convictions que nous partageons. C'est toujours agréable pour nous de jouer dans ce genre de festival ; quand il y a convictions communes, c'est une force en plus...

Que souhaitez-vous dire pour terminer et qu'espérez-vous pour la nouvelle année qui commence ?
On espère une année de... musique !! Emplie de rencontres, de route à faire, de concerts, de créations, de bonnes vibrations !
L'album devrait sortir pour fin mars, au plus tard début avril, au printemps de nos trois ans.
On espère qu'il plaira autant que l'EP et qu'il ouvrira les portes d'autres horizons...

Merci à Tof et Cély d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez Strange O'clock sur Facebook.

Strange O'Clock Mousso Koro Ba

L'album sortira le 3 avril

L'Album contient 10 morceaux et sortira le 3 avril 2019. C'est un alliage de Blues, Rock, Musique Mandingue et Touareg ; en français, anglais et Dioula (langue d'Afrique de l'Ouest). L'album a été enregistré, mixé et masterisé au Studio Pick up à Caen, en partenariat avec le Label Tour2Chauffe. Une partie a été financé grâce à la cagnotte participative via la plateforme Ulule, cagnotte qui fût un succès. 

L'Album est disponible en avant première à Place Média de Coutances, Planet'R de St-Lô et bien évidemment lors des Concerts de Strange o'clock. Il sera par la suite disponible chez la plupart des disquaires normands via le résau de distribution "Radar" (TFT Label). 

Retrouvez Strange o'clock  à Place Média de Coutances pour un Showcase, le samedi 25 mai pendant le Festival Jazz sous les Pommiers. Voir toutes les dates.

Teaser // Nouvel album Strange o'clock

Musique interview

Antoine Sahler le clip de Sénescence
Le nouveau clip d’Antoine Sahler, sur le titre Sénescence, vient de sortir. Ou l'ar...
  Flavie Léa : l'EP Qui sait ?
Après son premier single Boum Boum, Flavie Léa dévoile son album Qui sait ? le ...
Flavie Léa : l'EP Qui sait ?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire