Publicité

Spider Zed : le single En ce moment

Rédaction Divertir Par Le mercredi, 14 septembre 2022 à 17:47 0

Dans Culturel

J'crois qu'ça va bien en ce moment pour Spider Zed avec son nouveau single !

Spider Zed (crédit Joanna Doukov)

crédit photo : Joanna Doukov

J’ai écrit ce morceau parce que j’ai l’impression d’aller bien mais j’ai l’impression que mon corps veut me faire penser l’inverse. J’ai 26 ans et je commence à avoir pas mal de cheveux blancs, j’ai aussi souvent des plaques de psoriasis.
Je me suis alors demandé pourquoi mon corps me montrait autant de signes de stress alors que mon cerveau avait l’air plutôt détendu.

Est ce que pour aller bien il suffit de le croire ou faut- il également en avoir l’air ?

Depuis 2 ans j’écoute beaucoup plus de pop-indie, de funk ou de variété (Benny Sings, Metronomy, Rex Orange County, La Femme, Men I Trust etc..) et je me suis rendu compte que c’était plutôt ça que je voulais faire.

Loin de moi l’envie de renier le rap, je pense que je suis et serai toujours un rappeur et ça me plait mais j’avais envie d’apporter un côté + live, + de groove aux instrus. J’ai alors commencé à travailler sur un nouvel album dont ce titre réalisé en résidence à La Rochelle avec Pierre Pleure, Jules Coulibaly et Herman Shank s’est très vite imposé comme le premier single.

Spider ZED - En ce moment (Clip)

« Pas très bavard mais rien à redire » c’est le seul avis laissé sur mon profil BlaBlaCar après un covoiturage au Parc Asterix en 2017. J’aurais jamais pensé qu’une inconnue à qui j’ai si peu parlé me cernerait mieux que tous les membres de ma famille.
À table, j’ai jamais pris beaucoup de place. J’ai toujours eu peur que les gens m’écoutent juste pour être sympa et que ça les intéressent pas vraiment.
Au collège, mes parents m’ont fait voir un psy parce que ça les inquiétaient que je dise jamais rien. Ça a pas aidé. J’ai du mal à parler aux gens que j’aime alors un vieux en costard dans un fauteuil en cuir, ça m’a pas mis plus à l’aise.
Depuis, je me suis mis à écrire des chansons.
Comme ça : je peux me confier, les gens m’écoutent de leur plein gré et je suis payé pour. C’est formidable.
Dans ma famille, ils parlent tous beaucoup mais ils se disent pas grand chose. J’ai toujours trouvé ça bizarre que les deux seules choses qu’on partage soient notre sang et nos avis sur la météo.
Dans mon prochain album Club de cœur, je parle beaucoup de mes proches. Je trouve qu’il y a un parallèle marrant entre ta famille et l’équipe que tu supportes. Tu ne choisis pas, souvent ça te rend triste, parfois ça te rend heureux mais dans tous les cas tu l’aimes et tu peux pas l’abandonner.
Mon père m’a toujours dit que je pouvais pas comprendre les gens qui souffrent parce que j’avais jamais rien vécu de grave. J’ai jamais été trop d’accord avec lui. Il est mort pendant que je finissais d’écrire cet album et, si il avait pu l’écouter, j’espère qu’il se serait dit que je comprends un peu mieux.

Musique

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam