Publicité

Sîn dévoilera un album en 2020

Perdu aux delà des frontières séparant Rock et Métal, le trio rennais Sîn prépare un album pour 2020.

Sîn (crédit Charlie Laboy)

crédit visuel : Charlie Laboy

Qui se cache derrière Sîn ?
Flav (27 ans) à la batterie, Célestin (23 ans) à la basse et Gus (25 ans) au chant et à la guitare. Gus et Flav se rencontrent durant leur deuxième année de licence en musicologie. Après une première tentative de groupe infructueuse, il se lance dans un nouveau projet, au début à deux, jusqu’à ce qu’ils rencontrent Célestin fraîchement arrivé en fac, toujours dans le département Musique. C’est alors que commence l’aventure Sîn, un mois de Février 2016.

Peut-on en savoir plus sur l'album que vous sortirez en 2020 et son univers ?
Cet album sera composé de 10 titres et de plus d’une heure de musique. S’y mêleront de nombreuses inspirations et styles évoluant autour d’une base stoner. Nous définissons notre style comme étant du post-stoner aux allures progressives. Nous avons eu la volonté de nous rapprocher du principe de l’album-concept en y intégrant des fils rouges tels qu’un triptyque instrumental et des textures sonores rémanentes.
Pour la thématique des paroles, Gus a voulu écrire quelque chose de plus personnel que pour l’EP au niveau de la narration, pour accompagner cet aspect concept.

En quoi votre licence de Musicologie vous est utile dans votre parcours de musique ?
Tout d’abord elle nous a permis de nous rencontrer. Ensuite, nous nous servons encore beaucoup des notions apprises dans notre manière de composer et de penser la musique. Elle nous a également appris à développer notre oreille et à nous ouvrir à de nouveaux styles et univers musicaux.

Est-ce facile de composer de la musique quand on est un groupe et comment vous répartissez-vous le travail ?
Facile, oui et non suivant les morceaux. Certains font rapidement l’unanimité, tandis que d’autres demandent plus de temps de travail pour arriver à un résultat qui ne plaît à tout le monde. Bien que Gus soit le compositeur principal, chacun ramène des idées en répète pour qu’on les travaillent ensembles, et la structure des morceaux se fait toujours en groupe. Gus étant chanteur lead, c’est lui qui écrit ses paroles, mais la musique est un travail d’équipe.

Parlez nous du titre Can't recall...
Can’t Recall est un morceau qui a pris beaucoup de temps à composer. Sa structure est assez complexe et mélangent beaucoup d’idées différentes. Il y a de nombreux contrastes et données musicales. Faire cohabiter tout ça n’a pas été une mince affaire. C’est aussi le morceau qui nous a donné le plus de fil à retorde d’un point de vue technique.
Aussi, quand Gus a ramené les ébauches de ce morceau en répète ça n’avait rien à voir. Le riff principal n’existait pas, la début n’était pas le même, et la première fin n’existe plus.
Les paroles, comme souvent, offrent de multiples interprétations, c’est aux auditeurs d’y donner le sens qui leur convient.

Certaines de vos compositions sont longues, quel regard portez-vous sur la durée ?
Plus qu’un tic de composition, c’est avant tout la volonté de ne pas poser de barrière à la création. Certaines morceaux sont longs car il nous fallait cette durée pour pouvoir dire tout ce que nous avions à dire.

Est-il possible de nous faire entrer dans les coulisses des enregistrements en studio ?
Gus et Célestin habitent dans une colocation en campagne et avaient pour projet, entre autre, d’y construite un studio d’enregistrement. Ce studio est aujourd’hui utilisé par plusieurs groupes des membres de la coloc. C’est là que l’album a été enregistré et mixé. C’est également dans ce studio qu’a été tournée notre vidéo live studio de Can’t Recall disponible sur Youtube.

Vous avez réussi avec succès un financement participatif, comment va-il vous aider dans la suite de votre projet ?
Grâce à cette cagnotte, nous pouvons d’une part, masteriser et presser l’album, d’autre part, financer le tournage et montage du clip, et enfin, proposer une nouvelle gamme de merchandising relative à la sortie de l’album.

Peut-on en savoir plus sur le clip Pitch Black que vous préparez et en quoi l'univers visuel est-il important en musique ?
Nous ne dévoilerons pas trop d’informations sur le clip pour plus de surprise, en tout cas, il propose une certaine interprétation des paroles. C’était une première collaboration avec notre réalisateur Guilhèm Galy-Aché et certainement pas la dernière.
Nous travaillons depuis longtemps sur une esthétique visuelle et espérons que ce clip en sera un nouveau pilier. Même si notre style musical découle des années 60’s-70’s, nous avons la volonté d’être modernes, aussi bien par notre identité musicale que visuelle.

Une indiscrétion à nous donner sur l'album qui verra le jour en 2020 ?
Tout à fait, Flavien a enregistré une grande partie de ses pistes de batterie en slip / baskets, pour plus de confort.

Quel souvenir gardez-vous du Tremplin Musiques Actuelles auquel vous avez participé en 2018 ?
Nous en gardons un très bon souvenir. Grace à lui nous avons été accompagné pendant plusieurs mois. Il a notamment donné lieu à notre première résidence coaché par des professionnels de la musique, ce qui nous a énormément fait progressé d’un point de vue scénique. Cette expérience a été appliquée directement avec deux concerts organisés par le Service Culturel de Rennes 2.

Que représente la scène pour Sîn et donnerez-vous des concerts prochainement ?
La scène représente pour nous un partage direct avec le public. Cette interaction unique a pour nous un aspect presque thérapeutique et est essentielle à la vie et l’expression de notre musique.
Nous jouerons le 5 février au café Méliès à Rennes en compagnie de Glowsun et Djiin, et le lendemain à la scène Michelet à Nantes pour la première soirée de la sixième édition des West Stoner Sessions.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Nous avons hâte de pouvoir partager tout le travail que nous menons depuis 1 an, au travers de ce premier album et du clip qui l’accompagnera. Cependant, cela fait, nous retournerons très vite en studio préparer le second opus qui pour ça part est déjà bien avancé.

Merci à Sîn d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

Sîn - Can't Recall (Live Session 2019)

interview Musique

Sloww : le single Lose my mind Sloww : le single Lose my mind
Sloww dévoile son 2ème single Lose my mind, avant un EP qui sortira pour le déb...
  Thaïs Té : l'EP Instant
Embarquez vers un univers lumineux, imprégné de sonorités pop et folk. Les chan...
Thaïs Té : l'EP Instant

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire