Publicité

Shelter Colony prépare l'EP Moonglade

Maxime Lopes Par Le dimanche, 27 février 2022 à 23:00 0

Dans Culturel

Shelter Colony c'est l'histoire de 4 nantais qui ont choisi de suivre leur rêve un peu fou de consacrer leur vie à la musique. Le groupe prépare un second EP de 6 titres : Moonglade.

Shelter Colony

Que peut-on savoir du groupe Shelter Colony et comment s'est-il formé ?
Shelter Colony est un projet créé en 2019 à Nantes. Notre style mélange un univers pop, électro et rock, que l’on réunit sous le terme “pop spatiale”. Le groupe a été créé par Bastien (claviers/chant), Nans (guitare/chant) et Romain (basse/chant), alors que nous étions en école d’ingénieur à Nantes. Nous avons été rejoints à l’été 2021 par Justine à la batterie. La musique était pour nous un moyen de nous échapper d’études qui nous plaisaient moyennement, et a depuis pris le dessus sur nos vies professionnelles puisque nous nous consacrons entièrement au projet aujourd’hui.

Pouvez-vous nous présenter votre EP Moonglade et son univers ?
Nous affectionnons tout particulièrement le thème de l’évasion, le fait de s’échapper du monde dans lequel on vit pour se réfugier dans notre imaginaire. C’était déjà le cas dans notre premier EP “The Escapist” sorti en 2020, et c’est encore plus le cas pour “Moonglade” et le contexte dans lequel il a été écrit.
A la base, les 6 titres de ce nouvel EP parlent du fait de surmonter un deuil, mais la vision peut  s’élargir au fait d’affronter des temps difficiles. Les chansons sont liées entre elles, forment un concept. La première chanson, “Wooden Train”, est la seule qui est ancrée dans la réalité, avant que, à la manière d’Alice au Pays des Merveilles ou de Dorothy dans le Magicien d’Oz, l’auditeur tombe dans notre imaginaire à travers les 5 chansons suivantes.
L’EP devrait sortir cet été, avec un premier single accompagné d’un clip au printemps.

Comment composez-vous et quelles sont vos sources d'inspiration ?
Généralement les compositions viennent de Bastien, notre claviériste, ou de Nans, notre guitariste, qui proposent une idée plus ou moins finalisée d’une chanson au groupe. Nous travaillons ensuite la chanson ensemble afin que tout le monde puisse y mettre sa patte, et qu’elle nous plaise à tous. Les paroles de cet EP ont toutes été écrites par Nans.
Nos groupes de référence sont des groupes comme Muse, Half Moon Run ou encore Daft Punk, mais nous puisons aussi des influences dans la musique jazz, blues, ou même la musique classique.

Quelle place occupe l'univers et l'espace dans votre musique ?
L’univers et l’espace sont des choses très liées à l’imaginaire, donc c’est quelque chose à laquelle on s’identifie bien. Il y a aussi un côté science-fiction avec lequel on joue volontiers dans nos visuels et dans nos thèmes parfois. “Avoir la tête dans les étoiles” est une expression qui nous définit très bien.
Dans notre nouvel EP, nous avons une chanson qui s’appelle “Neon Lights”, que nous avons composée en s’imaginant une ville futuriste avec des voitures volantes et des immeubles géants : aujourd’hui impossible de l’écouter sans imaginer cela.

Comment vous est venue l'idée du nom Moonglade ?
Le nom Moonglade signifie “le reflet de la Lune sur l’eau”. Après être tombés par hasard sur ce mot, nous l’avons trouvé très poétique et particulièrement adapté à notre univers, et au thème de notre nouvel EP. Nous voyons ce reflet dans l’eau comme un chemin vers la Lune, une route vers le ciel, et par extension l’imaginaire. Emprunter ce chemin, c’est quitter le monde réel pour aller vers quelque chose de rêvé, d’inconnu, et ça nous plaisait beaucoup.

Souhaitez-vous nous parler de la partie instrumentale ?
Nous accordons énormément d’importance aux parties instrumentales. C’est toujours la musique qui vient avant le texte chez nous, et donc tous les thèmes et les paroles sont en quelque sorte inspirés par la musique en elle-même.
Pour ce qui est de la composition de la partie instrumentale, nous avons continué le travail commencé sur notre premier EP, en continuant de mêler synthétiseurs et guitares électriques, mais cette fois-ci en assumant beaucoup plus notre côté électro en utilisant quasi-systématiquement des batteries aux sonorités électroniques, et beaucoup plus de synthétiseurs basse.

Est-il possible de nous parler de vos enregistrements en studio ?
Tous les enregistrements se font en home-studio, chez nous à Nantes. La première raison est économique, car enregistrer en studio représenterait un coût supplémentaire non négligeable, mais la seconde raison est la liberté artistique que cela nous procure. Tout faire chez nous nous permet de bien choisir les sons que l’on veut utiliser, ainsi que les différents effets sans avoir la contrainte du temps en studio.
Néanmoins, une fois que tout est enregistré, l’EP est mixé au studio La Licorne Rouge à Rennes, avec lequel nous avons travaillé sur The Escapist, et masterisé au Studio Arpège à Nantes.

Qu'est ce qui vous a motivé à faire un financement participatif ?
Ce nouvel EP est l’occasion pour nous d’obtenir une nouvelle visibilité et un public plus large. Nous avons la chance d’être soutenus financièrement par la ville de Nantes à travers son dispositif “CLAP” pour ce projet, mais il nous manque encore les moyens nécessaires au mixage, mastering, clip, communication et à la réalisation des graphismes de Moonglade. C’est un projet de grande envergure, qui réunit différents types d’arts, et beaucoup d’acteurs sont amenés à travailler dessus. Réaliser un financement participatif et faire appel à notre communauté nous paraissait donc être une bonne idée pour pouvoir le financer au mieux, et nous leur sommes d’ores-et-déjà très reconnaissants de leur implication dans les premiers jours de cette campagne. Nous avons également choisi de remercier les dons par de nombreuses contreparties comme des t-shirts, des CD dédicacés, des posters, et même une chanson personnalisée !

Que souhaitez-vous apporter au public avec l'EP Moonglade ?
Dans les moments assez angoissants que nous vivons actuellement, nous espérons que ce nouvel EP pourra être un moyen de s’échapper l’espace d’un instant pour nos auditeurs, de les faire voyager dans notre univers.
Bien que l’EP parte d’un constat sombre qui est le fait de vivre des moments difficiles, il a un message positif et plein d'optimisme, notamment à travers des chansons comme “Oblivion” ou “Pixels” qui sont très solaires et dansantes. Si nous arrivons à toucher des personnes à travers nos chansons, alors ce sera la plus belle des récompenses.

Que peut-on savoir du clip que vous allez réaliser ?
Le clip sera réalisé pour le single “Oblivion”, une chanson électro-funk dansante. Nous collaborons avec la danseuse Alison Allard sur la chorégraphie du clip.
Il sera réalisé par Tom Valin, un jeune réalisateur nantais qui est également membre du groupe Solar Project, et dont la vision artistique nous a tout de suite séduit.
Le tournage se déroulera au mois d’avril à la Maison de Quartier de Doulon à Nantes, et il y aura plein de décors délirants comme une grande piscine à balles, des jeux pour enfants, des costumes, etc. Nous aurons également une quinzaine de danseurs et danseuses, et avons vraiment hâte d’y être et de voir le résultat final !

Quelle place occupe l'univers visuel en musique selon vous ?
Aujourd'hui la musique seule ne suffit plus à un artiste pour porter son projet. L’identité visuelle est très importante; c’est ce qui permet aussi de différencier les artistes au-delà de leur style musical. Que ce soit à travers les costumes, les pochettes d’albums, les décors, les clips, c’est un outil indissociable d’un musicien aujourd’hui.
Nous avons commencé à travailler plus en profondeur sur notre identité visuelle à travers ce nouvel EP. Nous avons choisi des vestes colorées qui nous représentent et que nous portons sur scène, et la pochette de l’album a également été créée en fonction de notre univers.

Prévoyez-vous des concerts et qu'appréciez-vous dans la scène ?
Plusieurs concerts sont prévus dans les prochains mois, principalement dans le Grand Ouest ; par exemple le 19 Mars au Poum Poum Tchak à Nantes, aux Folies Angevines à Angers le 14 avril, le 6 mai au festival Rock’n Solex à Rennes, ou encore le 16 juillet au festival A Tout Bout d’Champ à Chantenay-Villedieu (72).
Notre point commun à tous dans le groupe est que nous sommes passionnés de scène, c’est même l’une des raisons pour laquelle nous faisons de la musique. Ce que l’on apprécie c’est tout d’abord l’interaction avec le public, le fait de pouvoir partager tout ce que l’on a créé en studio, de voir la réaction des gens, les voir danser, sauter, c’est magique ! Notre but est de continuer à faire le plus de concerts possibles, une fois que l’on commence on ne veut plus s’arrêter !  

Souhaitez-vous nous dire quelques mots sur votre participation au tremplin A Tout Bout d'Champ ?
Nous sommes ravis d’avoir participé au tremplin À Tout Bout d’Champ, et très honorés et fiers d’avoir été choisis par le public pour participer au festival. Nous n’avions encore jamais joué dans la Sarthe, et la bienveillance des organisateurs, du public et des autres artistes nous a réchauffé le cœur, donc nous n’avons qu’une hâte c’est de les retrouver en juillet !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Que nous sommes ravis d’enfin pouvoir dévoiler au public ces nouveaux projets sur lesquels nous travaillons depuis plus d’un an ! Nous espérons sincèrement qu’ils vont plaire autant que nous avons de plaisir à les créer.

Merci à Shelter Colony d'avoir répondu à notre interview !

Musique interview Crowdfunding

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam