Publicité

Sepia présente la BD Le petit peuple

Maxime Lopes Par Le mercredi, 02 mars 2022 à 07:57 0

Dans Culturel

Sepia vous propose de découvrir une histoire toute en couleurs directes à la découverte du monde du Petit peuple.

Sepia - Petit Peuple

La jeune Bera se sent à l’étroit dans son village de lutins caché au fond de la forêt.
Suite à une dispute avec son père elle part à l’aventure pour découvrir l’existence de géants, les humains, que les lutins appellent « Granjans. » Dans son périple elle aura le soutien de certains membres de sa famille pour affronter les animaux de la forêt et les lutins sauvages qui voudront l’empêcher d’atteindre son but de rencontrer des humains.

Interview avec Sepia

D'où vient votre passion pour la BD ?
Étrangement je n’ai pas de passion pour la BD. J’adore le travail d’artistes très différents comme Tardis, Kerascoet ou Mignola mais j’ai très peu de BDs dans ma bibliothèque par exemple. On y trouve beaucoup plus de romans, d’artbooks de films d’animation et d’albums pour enfants par exemple. Je suis très difficile et je dois aimer à la fois le dessin et l’histoire pour acheter une BD. Puis je garde en tête les mots de Shigeru Myiamoto qui disait que si vous voulez faire du jeu video et que vous n’êtes intéressé que par les jeux videos et rien d’autres, vous n’apporterez pas d’idée neuves.

Pouvez-vous nous présenter votre bande dessinée Le petit peuple ?
Le Petit Peuple est une BD d’aventure en 3 tomes qui part d’une idée simple : et si les lutins existaient et que nous humains étions des créatures fantastiques pour eux ? En désaccord avec ses parents, une jeune lutine va partir dans un long périple pour découvrir si les humains, qu’ils appellent Granjans, existent réellement.

Qu'est ce qui vous a intéressé de raconter une histoire de lutins ?
J’ai toujours été fasciné par les monstres et les créatures fantastiques et il y a quelques années j’ai déménagé dans une vieille maison dans le Quercy. C’est ici qu’entouré d’arbres et lisant des histoires à mes enfants que j’ai imaginé que de petits êtres existaient parmi nous. J’ai voulu m’éloigner du folklore fantasmagorique souvent associé au petit Peuple et raconter plutôt des êtres réalistes qui avaient seulement la particularité d’être dix fois plus petits que nous !

Que peut-on savoir de Bera, votre personnage principal ?
Bera est une lutine de 16 ans qui aime sa famille et sa culture mais se sent à l’étroit dans la forêt. Elle est curieuse mais impulsive et se met parfois en danger. J’adore son innocence et son feu intérieur qui la poussent à combattre les traditions sclerosées et la peur de l’autre.

Avez-vous eu des sources d'inspirations particulières pour cette BD ?
Les photos de la vie rurale et artisanale du début du 20ème siècle et les vieilles planches naturalistes ont éveillé en moi cet amour d’une époque qui me semble tellement plus proche de la nature. Pour ce qui est du dessin : les croquis à l’aquarelle de Miyazaki, le travail à l’encre de Kamome Shirahama et de Sourya sont les éléments déclencheurs de mon choix de travailler de façon traditionnelle.

Quelle place occupe la nature dans votre vie et vos projets ?
J’ai vécu à Toulouse, Paris et Bordeaux et l’éloignement de la nature est un phénomène qui m’inquiète beaucoup. Je suis persuadé que beaucoup de catastrophes écologiques seraient évitées si l’homme vivait plus proche des animaux et de de la terre. Je dis ça en connaissant ma place privilégiée. J’ai la chance de vivre dans une époque et une région où je peux avoir à la fois la fibre dans mon bureau et une forêt pleine d’animaux juste à l’extérieur. Je suis le cliché du néo-rural qui se laisse pousser la barbe, porte des chemises à carreaux pour couper son bois et a mis un mouton nain et des poules dans son jardin !
Mais si grâce à ma BD je pouvais faire en sorte que les gens se penchaient sur la vie minuscule autour d’eux et repensaient leur place dans la nature j’aurais le sentiment de ne pas avoir travaillé pour rien.

Comment travaillez-vous les dessins pour cette BD ?
Je ne suis pas encore à l’aise avec le dessin numérique et pour rester en accord avec l’ambiance de la BD j’ai travaillé de façon traditionnelle : croquis au crayon, encrage à la plume et à l’encre de chine et couleur à l’aquarelle sur de grandes feuilles. C’est long, éprouvant pour les doigts et les erreurs sont définitives mais j’apprécie le coté « artisanal » du procédé.

Est-ce qu'il y a des lieux et des moments qui favorisent votre travail de création ?
J’ai réalisé le tome 1 alors que ma maison était en travaux perpétuels. Parfois un bureau minuscule coincé entres les chambres des enfants sous le toit ou sur un tréteau entre le salon et la cuisine ! Mais maintenant j’ai un atelier spacieux et lumineux pour dessiner la suite dans de meilleures conditions.
C’est ma première BD et ce n’est pas un métier qui permet d’être riche donc ce n’est pas mon activité principale. Je dessine dès que j’ai 1 heure de libre que ce soit la nuit ou le weekend.

Aimeriez-vous rencontrer vos lecteurs en salons ou librairies pour des dédicaces ?
Je serais ravi de rencontrer mes futurs lectrices et lecteurs. Bien sur je suis aussi terrorisé car je n’ai jamais fait ça ! Sortir une BD c’est déjà interpeller le monde et étaler ses rêves et ses craintes à tous.
Rencontrer les gens qui sont assez gentils de bien vouloir accepter votre travail est bien la moindre des choses.

D'autres tomes sont prévus pour votre bande dessinée Le petit peuple. Y réfléchissez-vous déjà et que peut-on savoir à ce sujet ?
L’émerveillement et l’humour seront toujours présent mais le ton va s’assombrir en même temps que Bera et les lectrices et lecteurs vont grandir, un peu comme dans Le Seigneur des Anneaux ou dans Harry Potter. J’espère juste que les gens seront patients parce que faire une BD à l’encre et à l’aquarelle prend beaucoup de temps.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Je remercie par avance les gens qui me feront confiance et suivront Bera dans ses aventures. J’espère revenir avec d’autres BDs et des albums jeunesses car j’ai plein d’histoires à raconter et je suis persuadé que les choses que nous lisons jeunes sont celles qui nous accompagneront toute notre vie.

Merci à Sepia d'avoir répondu à notre interview !

A propos de Sepia

Né en 1982 à Toulouse, Sepia suit des études d’arts plastiques puis continue sa formation en arts appliqués à Paris. Passionné de dinosaures, de monstres, d’aliens et autres créatures imaginaires, il aime raconter des histoires.
Graphiste freelance, il a animé des ateliers illustration dans les écoles. Il vit dans le Quercy, entouré d’arbres et d’animaux où il dessine à l’ancienne avec encre de chine, aquarelle et crayon de couleur. Le Petit Peuple est son premier projet édité aux éditions Paquet en tant que dessinateur et scénariste. Prévue en 3 tomes, cette aventure suit le périple de Bera qui veut rapprocher le monde des lutins et celui des humains.

interview Livres

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam