Publicité

Sébastien Bédé prépare l'album J'oublie que je Rêve

  • Par
  • Le lundi, 05 octobre 2020 à 20:05
  • Commentaires (1)
  • Dans Culturel

Musicien et ingénieur du son depuis de nombreuses années, Sébastien Bédé "Oublie qu'il rêve" dans son futur album essentiellement instrumental : J'oublie que je rêve.

Sébastien Bédé - J'oublie que je Rêve

Pouvez-vous nous présenter votre album J'oublie que je Rêve ?
Cet album est une collection de musiques essentiellement instrumentales réalisées pendant la période du confinement.

Que se cache-il derrière ce que vous appelez musique "ambient" ?
Derrière « ambient », il y a un monde de sonorités atmosphériques, calmes, propices à la relaxation mais aussi à la réflexion. C’est une expérience sonore qui demande une certaine attention, mais aussi bien, qui ne nuira pas à une conversation entre 2 personnes par exemple, contrairement à une playlist de titres pop rock ou en tout cas plus « calibrée ».

Comment composez-vous et quelles sont vos sources d'inspirations ?
Certains titres sont issus de moments d’improvisation, ou de variation autour d’un son. Dans ces cas-là, le « moment présent » a une grande importance. Ces pièces-là, je les envisage comme des tableaux. Ainsi, en une seule journée, un titre peut naître et être fini une fois le bouton « stop » actionné.
Pour d’autres morceaux, il y a une idée de départ qui germe dans ma tête un certain temps et que je développe. La démarche est assez différente, pour ceux-là, j’élabore aussi des arrangements supplémentaires, il y a moins de spontanéité, mais cela reste satisfaisant d’atteindre un éventuel but fixé.

Parlez-nous du titre Boucle humaine...
Comme on peut l’imaginer, la base de ce titre est une simple boucle réalisée à l’aide d’un Moog.J’ai nommé ce titre ainsi car j’ai doublé cette boucle avec ma voix, un piano et d’autres sons. Le résultat donne quelque chose de moins mécanique, plus incertain, plus humain…

Est-il possible de nous évoquer les enregistrements de votre projet ?
Plusieurs titres ont été enregistrés dans les conditions du direct, qu’ils comportent des boucles (réalisées avec une Loop Station), ou pas. Ce que vous entendez, c’est du son créer en temps réel à l’aide d’un Minimoog Voyager, un Omnichord ou même un Stylophone, le plus souvent passant dans des effets analogiques (MoogerFooger) ou numériques.

Qu'est-ce qui vous a motivé à faire un financement participatif ?
Plutôt réfractaire au départ, je me suis laissé convaincre de lancer cette campagne pour permettre la réalisation de supports de qualité, vinyle et CD en l’occurrence. C’est aussi une façon de découvrir à quel point « mon réseau » s’intéresse à mes créations, ou pas, ce qui donne parfois de bonne surprises, mais aussi des mauvaises… :-).

Qu'aimeriez-vous apporter au public avec cet opus ?
Le rêve étant le thème de cet album, plus que jamais, j’aimerais que les gens rêvent davantage. La période actuelle, très anxiogène, ne laisse pas de place aux rêves, au contraire, même. Si cette musique peut leur permettre de se recentrer, voire de mieux respirer, j’en serais très heureux. Lorsque j’écoute la musique d’autres artistes « ambient », comme Brian Eno ou Roedelius par exemple, ce n’est pas pour autre chose que de retrouver notamment un certain apaisement.

Peut-on en savoir plus sur l'artwork de l'album J'oublie que je Rêve ?
C’est l’artiste Elinoï qui a conçu l’artwork à partir d’une illustration de fran-kies.
Je suis très heureux de son travail, le résultat illustre à mon sens parfaitement le contenu de cet album et laisse beaucoup de place à l’imagination. Le fait est qu’il évoque un certain peintre surréaliste, René Magritte…

Qu'appréciez-vous dans le vinyle pour le proposer l'album dans ce support ?
Je n’écoute pour ainsi dire que des vinyles à la maison depuis près de 20 ans. C’est un support qui respecte en principe le mieux la source sonore. L’objet en lui-même peut déjà être une œuvre d’art, mais surtout, il permet que l’on écoute la musique de manière plus attentionnée. Ecouter un vinyle, c’est un acte de présence à la musique, selon moi.

Espérez-vous pouvoir défendre cet album sur scène et en quoi est-elle importante pour vous ?
J’espère surtout pouvoir faire des expériences sonores dans des endroits qui ne seraient pas des salles de spectacles. Je pense aux musées, à la nature, des églises et autres salles à l’acoustique intéressante. Je ne serai bien sûr pas contre le fait de monter sur une scène traditionnelle. Ces moments de « live » sont pour moi une sorte de transe, je crois pouvoir dire que je suis en mesure de m’auto-hypnotiser… :-)

Mais au fait, quel est votre dernier rêve ?
« J’oublie que je rêve, et je me souviens bien, c’était hier, et demain ».
C’est ainsi que je vous livre quelque chose que vous pourriez bien entendre dans l’album, en espérant que cette réponse soit satisfaisante. :-)

Quel rêve aimeriez-vous réaliser ?
La paix dans mon monde, je suppose…

Merci à Sébastien Bédé d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Sébastien Bédé - Rebond (Official Video)

interview Musique

MC Max prépare l'EP MVTQJ MC Max prépare l'EP MVTQJ
Mieux vaut tard que jamais pour MC Max qui poursuit son aventure musicale avec l'EP MVTQJ gr&aci...
  La BD Ils ont osé... à Oyonnax évoque un évènement de la Résistance
Une association et un musée retrassent l'Histoire de la Résistance et de la D&eacu...
La BD Ils ont osé... à Oyonnax évoque un évènement de la Résistance

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Fatoux caroline
  • 1. Fatoux caroline | lundi, 05 octobre 2020
Wahou cette interview donne des frissons. Merci pour cela merci de donner envie de le re écouter encore et encore. Bonne route, bonne continuation.

Je soutiens et c est par la : https://mobile.ulule.com/joublie-que-je-reve-1er-album-ambient/?lang=fr

Ajouter un commentaire