Publicité

Sangham : l'album Intangible

Maxime Lopes Par Le vendredi, 19 novembre 2021 à 08:49 0

Dans Culturel

Sangham est une formation émergeant du sud de la France, à Marseille, au cours de l'année 2020. Leur musique conjugue des inspirations et sonorités modernes et organiques, tout en explorant une dualité entre les chants clair et saturé. Découvrez leur album Intangible.

Sangham

Le mot "sangham", emprunté à l'indien - sangama en sanskrit - désigne originellement un point de confluence entre plusieurs rivières ou fleuves : ce point précis est considéré comme un lieu de purification. Motivés par le souhait d'offrir une interprétation des considérations et questionnements que suggère notre société actuelle, les textes et les musiques de Sangham puisent à la fois leur inspiration dans la poésie du vivant, comme dans la démesure de l'impact de l'humain sur ses mondes intérieurs, et extérieur ; sur son environnement.  
 
Sangham soumet une proposition modeste de sa compréhension du monde contemporain, à travers un regard aux positionnements philosophiques assumés. En effet, les membres partagent des motivations similaires : il est ainsi sujet de préservation et de protection du monde vivant - questionnant par ailleurs la notion de responsabilité individuelle face à l'évolution de notre environnement -, mais aussi d'incarnation et de prise de conscience de notre singularité en tant qu'êtres humains, si puissants, si vulnérables.  Les éléments de la composition viennent ainsi souligner cette dichotomie incessamment présente en chaque Être doué de pensée. La puissance des instruments saturés et la douceur des éléments aux sonorités mélodiques s'entremêlent au coeur d'Intangible.

Interview

Pourquoi avoir tiré le nom du groupe d'un mot indien ?
Christelle : Le mot "Sangham" en effet, est inspiré de l'indien, "sangama" en sanskrit. Sa signification précise est assez particulière : il s'agit d'une confluence entre deux fleuves physiques, et un troisième fleuve mystique. Ce point de rencontre est un lieu de purification dans la culture indienne.
Ce mot m'est apparu au fil d'une lecture. L'auteur en faisait une description très métaphorique, en comparant ce terme magique à un point de convergences des diverses composantes de notre Être : à savoir, le cerveau droit, lié à la créativité ; le cerveau gauche, lié au raisonnement logique, et notre intelligence du cœur. J'ai été spontanément touchée par ce concept, et cette quête d'équilibre proposée.
Évidemment, ce nom est un emprunt que nous faisons avec beaucoup de pudeur : il s'agit là d'une culture millénaire, et nous ne prétendons pas en détenir l'essence. Cependant, nous ne pouvons nier son potentiel d'enchantement, et l'influence qu'elle peut avoir sur un versant de notre musique.

Pouvez-vous nous présenter votre album Intangible et son univers ?
Cyril : Intangible est tout d’abord une introduction à notre monde : il est une confluence d'émotions, et une vision que nous partageons sur l’environnement qui nous entoure.
Nous avons fait en sorte que cet album puisse incarner les multiples reflets qui nous représentent, riches et variés, complexes mais accessibles. Un voyage dans notre sphère spirituelle et émotionnelle, à consommer sans modération !

En quoi le vivant ou des éléments naturels vous inspirent-ils ?
Christelle : Les environnements où foisonne la vie sont ceux où je rencontre le plus d’aisances à désembrumer mon esprit. C'est à cette rencontre que sont nés les textes d'Intangible. Nos paroles ne désignent pas invariablement la nature, mais c'est lorsque je me retire en elle que l'écriture devient plus fluide.
Dans Pangea - titre qui vient conclure la partie studio de cet album - j'évoque ma propre relation à l'univers. Je suis une personne née en plein cœur de Marseille : j’ai donc assez peu vécu au cœur d’environnements sauvages. Mais j'ai une relation d'amour spontanée à l'océan, à la végétation, à la terre.
Lorsque j'ai écrit Pangea, je me suis engouffrée seule dans une forêt : je me suis assise en observant les lumières en échiquier qui pénétraient les branchages, j’ai écouté le bourdonnement des insectes, et les bruits soudains qui me tenaient en alerte, ravivant ma part animale. J'y mentionne cette difficulté à me connecter réellement à cet environnement qui abonde de vie, et pour cause :mon mental est basiquement toujours très animé.

Pourquoi souhaitez-vous proposer votre regard sur le monde contemporain qui nous entoure ? Notre société actuelle vous déplaît à ce point ?
Christelle : Nous vivons dans une période où une harmonie se crée au sein même du chaos : en d'autres termes, chacun de nos actes influe évidemment sur tout le reste du monde. Tout ce qui se passe actuellement (surexploitation des ressources, des êtres et des animaux, réchauffement climatique, etc.) découle d'une logique, ce n'est pas un secret. Ce qui est assez passionnant, à mon sens, c'est que la rapidité avec laquelle nous avons transformé la surface de la Terre, est aujourd'hui accompagnée d'une massive éclosion des consciences, qui vient prendre le contre-pied de cette création collective qui nous mène dans un futur incertain.
Calliste : Personnellement je ne ressens pas notre musique comme étant sombre par essence. Certes, nous parlons de sujets de société et d'une vision de la vie aux antipodes de ce que le modèle de notre civilisation propose, en proposant une critique de ce dernier, mais je pense qu'un espoir profond se dégage des paroles de Christelle.

Quels ont été vos choix sur le plan instrumental ?
Cyril : Étant naturellement attiré par les accordages très graves, nous avons exploité cette caractéristique qui a été introduite par le djent, qui a démocratisé des accordages toujours plus bas. C’est d'ailleurs une des influences sur cet album.
Mais la ligne directrice a surtout été le soin de conserver notre liberté créative : le mélange de nos diverses influences est présent, les styles changent d’une chanson à l’autre, ainsi que les types d’instruments utilisés. La partie instrumentale doit entrer en alchimie avec les paroles de Christelle, et doit être complémentaire du chant.
Calliste : L'important a toujours été de garder une osmose musicale qui permettait à chacun d'avoir sa place et de participer à un tout. Personne ne prend la place sur l'autre. Comme le nom de notre groupe l'indique, nous sommes une formation composée d'énergies très différentes les unes des autres, mais qui forment un tout cohérent.

Pourquoi avoir proposé une version acoustique du titre Macrocosm ?
Cyril : L’explication est simple : cette chanson a été composée sur une guitare acoustique 12 cordes, visible dans le clip de Macrocosm. Nous avions déjà plusieurs titres en stock, et un rendez-vous en studio d’enregistrement. Nous ne souhaitions pas nous contenter de sortir une version demo de Macrocosm au grand public, en sachant que nous allions en posséder une version professionnelle à terme. Nous avons donc pris le parti d’en réaliser une interprétation acoustique, qui ne possède pas tout à fait la même couleur.
Florian : Lors de cette période, nous songions également à utiliser des instruments plus acoustiques pour explorer encore un peu plus le spectre sonore. J’ai alors présenté à Cyril des idées d’instruments à percussions, et, couplé à l’introduction à la 12 cordes, cela nous a rapidement inspiré pour parvenir à cette version.

Dans quelles conditions se sont passés les enregistrements studio ?
Cyril : Dans un contexte très particulier de Covid, qui a rendu les choses plus complexes que prévu. Nous avons procédé à l’enregistrement chez Sébastien Camhi, de Studio Artmusic : ces moments ont été très formateurs pour nous tous. L’expérience studio est toujours un gros virage à négocier vers la sortie d’un CD. En effet, cela demande beaucoup de rigueur, d’investissement et d’énergie : une chose est sûre, nous avons tout donné pour proposer le meilleur de nous-mêmes.
Nous avons pu enregistrer cet album dans de superbes conditions et sous la bienveillance de Sébastien, qui a été d’une aide et d’un conseil très précieux et à l’écoute de nos besoins. C’est une expérience riche et houleuse, mais nous en sommes très fiers, et on regrette finalement que tout se passe si vite !
Calliste : Dans l’ensemble, c’était une expérience très profitable, que nous appréhendions tous énormément par peur de ne pas être à la hauteur, mais qui, au contraire, a confirmé nos liens et la puissance de ce qu’on avait à proposer.

Parlez-nous du titre Nebulous Era et de son clip...
Calliste : Nebulous Era s’est imposé très tôt comme le titre qui allait être notre vitrine, de par son énergie, le contenu de ses paroles, et l’émotion qu’il dégage. Je travaille dans le cinéma, donc Lili (notre vidéaste) et moi nous sommes très vite entendus, pour proposer un univers visuel puissant et unique, empli de métaphores sur la société contemporaine, et la renaissance, le renouveau.
C’était un exercice génial, même si éreintant. Lili est une force motrice puissante sans qui nous n’aurions pas pu proposer cette vision pour Nebulous Era. Entre les références au mythe de Tantale, les couleurs très marquées et le symbolisme général, je pense qu’on est tous super contents de voir la forme qu’a pris le clip. Et Lili peut en être très, très fière.
Cyril : En effet, au-delà de l’aspect visuel qui a pris forme avec le clip, l’instru’ est volontairement lourde et sombre, et est complètement en phase avec le texte de Christelle. Ce morceau est comme un appel à reconnaître l’urgence. Il n'a pas été évident de ne choisir qu’un seul morceau pour représenter tout le contenu de l’album : nous l’avons donc choisi pour son impact et la force sauvage qui s’en dégage.

Souhaitez-vous nous parler de la pochette de l'album Intangible ?
Florian : Nous avons longtemps débattu sur le visuel qui pourrait évoquer notre musique de la manière la plus juste. Nous souhaitions représenter une scène mêlant Nature et Humain, mais avec un décor qui pourrait rappeler l’énergie “prog’ / moderne” de notre son. L’idée était de véhiculer la dualité entre la recherche spirituelle et introspective, et les forces brutes qui régissent le monde naturel et notre ère anthropocène.
Après plusieurs recherches et des essais dans notre coin, nous avons choisi de faire confiance à Chromatorium, et quelle surprise ! Il nous a rapidement proposé plusieurs esquisses. Nous avons pris les éléments les plus concordants avec notre vision et à partir de là, il n’a eu de cesse de nous surprendre en nous proposant des modifications et des éléments toujours plus pertinents les uns que les autres. Très à l’écoute sur nos retours, on a vu la pochette se dessiner au fur et à mesure, jusqu’à aboutir la version actuelle qui a conquis absolument tout le groupe !

Quel impact voulez-vous avoir avec cet album auprès du public et que voulez-vous leur apporter ?
Florian : Nous souhaitons avoir avec Intangible un sentiment d’émergence. Voilà deux ans que l’on prépare sa venue, et nous le voyons comme notre porte d’entrée sur la scène musicale. En l’ayant enregistré en studio et en ayant signé chez Klonosphere, nous sommes presque au-devant de nos espérances par rapport à la fondation du projet. Nous voulons montrer au monde que l’on existe, et désirons inviter chaque auditeur à pénétrer à la fois dans notre univers, mais aussi à induire, peut-être, des questionnements sur leur nature et le monde qui nous entoure.
Calliste : C’est ça, c’est une porte d’entrée, une piste de décollage.
Cyril : Un voyage, un message, un pont vers l’invisible : chacun pourra y voir son interprétation, nous voulons avant tout partager cette passion qui nous anime. Elle nous donne envie de toujours nous dépasser.

Une indiscrétion à nous donner sur votre album ?
Cyril : Eh bien, oui, j’en ai une : Christelle a exécuté un scream dans cet EP, on vous met au défi de le retrouver !

Des concerts sont-ils programmés, et qu'appréciez-vous dans la scène ?
Florian : Ils le seront très bientôt ! Nous sommes actuellement en train de monter des plateaux avec des groupes issus de différentes régions, mais le Covid ne rend la chose facile pour personne. Attendez-vous à nous voir vers Marseille dans les prochains mois déjà...
La chose la plus évidente dans le live reste avant tout le partage ! Faire découvrir notre musique en direct, voir des personnes l’apprécier, avoir des retours auprès des gens, et donner envie aux gens de bouger. C’est cet échange qui nous anime et nous pousse à proposer notre art, la scène ne fait que concrétiser tout ce à quoi nous aspirons depuis le début du projet.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Cyril : Nous souhaitons à tous les lecteurs du site et auditeurs de prendre du plaisir à découvrir notre musique. Nous espérons que notre investissement se ressentira au cœur de notre travail.
Le voyage de Sangham débute, merci pour votre écoute et votre confiance, et merci pour cette interview Divertir !

Merci à Sangham d'avoir répondu à notre interview !

Sangham - Nebulous Era [Official Music Video]

Tracklist

  1. Vision
  2. Near
  3. Motio
  4. Macrocosm
  5. Nebulous Era
  6. Pangea
  7. Macrocosm (acoustic version)

Line Up

  • Christelle Meunier - Voix / Autrice
  • Cyril Lhuillier - Voix/Guitare / Compositeur
  • Florian Le Bozec - Batterie
  • Calliste Vignalli - Basse

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam