Publicité

Rites, l’orchestre en technicolor dans l'album d’Olivier Calmel

Maxime Lopes Par Le vendredi, 04 février 2022 à 10:32 0

Dans Culturel

Rites, ce sont quatre compositions, quatre chemins différents qu’emprunte le compositeur Olivier Calmel pour explorer toutes les couleurs de l’orchestre, à la recherche de la nuance la plus juste. Olivier Calmel mêle à l’art de l’orchestration, appris à l’école exigeante de Guillaume Connesson, la liberté de l’improvisation jazz et le sens de la narration des musiques de film pour un album de couleurs et de rythmes à paraître chez Klarthe en digital le 4 février et en physique le 22 avril 2022.

Olivier Calmel - Rites

L’idée fondatrice de ce disque est de proposer des œuvres concertantes avec des nomenclatures très différentes qui mettent en valeur des couleurs d’orchestre particulièrement riches et variées, allant de l’orchestre bois par trois à l’orchestre à cordes. Plusieurs titres ont été envisagés : “Horizons d'Orchestre”, “Quatre Nuances d'Orchestre”, ou encore “Tableaux d'Orchestre”. En effet, sans être objectivement synesthète, je peux affirmer que la couleur et plus largement la dimension picturale est essentielle à ma création.

Le “rite”, c’est aussi le rythme avec tout ce qu’il peut avoir de tribal : j’ai voulu mettre en valeur cet aspect fondamental et obsédant de la pulsation, et transmettre cet amour que j’ai pour les sonorités de l’orchestre. Considérant les couleurs, le rythme, la danse intérieure ainsi que le lien évident avec le concerto pour violoncelle intitulé The Rite of peace, le titre “Rites” s’est finalement imposé comme une évidence. La magnifique création visuelle reflète tous ces aspects : rythmes, mouvements, couleurs vives… une tribalité au centre du tourbillon de l’orchestre”

Orchestre et improvisation

Dans mon travail de compositeur j’essaie de faire coexister, parfois même fusionner, un artisanat d’orchestration, d’instrumentation et de développement avec des techniques qu’on propose notamment dans le vaste monde des musiques improvisées. Dans cette production discographique se situent donc des moments hérités de cette symbiose.

Pour le compositeur, la préparation de l’improvisation est un travail particulier, peut-être plus intense que l’écriture elle-même, surtout à l’échelle d’un orchestre. C’est une vraie prise de risque mais qui donne des résultats magnifiques et des ouvertures exceptionnelles, je peux citer notamment The Rite of peace où le concertiste Xavier Philipps se prend au jeu.

La recherche de l’imprévu

L’improvisation amène l’imprévu. C’est une expérience qui me nourrit lors de la création et que je souhaite également façonner au moment de l’exécution d’une œuvre par les musiciens. D’une façon générale, je préfère parler d’appropriation plutôt que d’exécution, car l'œuvre appartient autant à ceux qui la font vivre qu’à son auteur. On pourrait même dire qu’elle appartient finalement encore plus à ceux qui l’écoutent.

Je suis par ailleurs en opposition avec cette idée héritée du romantisme du positionnement de l’auteur ayant composé seul son chef-d'œuvre dans sa tour d’ivoire avant de le jeter à la face du monde. Pour moi, il n’y a pas d'œuvre ni de geste sacré, simplement des femmes et des hommes ayant un artisanat particulier et qui, parfois, imaginent, créent et partagent des œuvres et des expériences humaines extraordinaires.

L'ombre du fantastique

Pour certaines œuvres, j’ai puisé mon inspiration dans la littérature. L’Appel de Cthulhu répondait à une commande d’une œuvre tirée de l’univers fantastique. Après avoir pensé au Horla, j’ai dirigé finalement ma réflexion vers Lovecraft car la variété possible des scènes, des tableaux et donc des couleurs m’a immédiatement inspiré. Par exemple, le mouvement R’lyeh est un moment paisible où le défunt Cthulhu attend en rêvant. J’ai donc imaginé un tableau avec le bleu profond de l’océan, puis un bleu un peu plus froid, poussant vers le vert, avant d’engager une descente vers les profondeurs et l’obscurité.


Concernant la Rhapsodie fantasmagorique sur Docteur Jekyll et M. Hyde, composée pour le duo Frédérique Lagarde et Philippe Portejoie, je souhaitais une œuvre bicéphale. J’imaginais les deux visages d’une même personne incarnés par le saxophone et le piano, et un conflit qui finirait par une réconciliation. L’idée de Docteur Jekyll et M. Hyde s’est alors imposée.

Wood Music

Dans Wood Music j’ai tenté de conceptualiser les grandes forces -les piliers fondateurs- de la musique de John Williams, un compositeur majeur selon moi. De la marche de Superman à La Liste de Schindler en passant Star Wars, on retrouve des thèmes aux spécificités rythmiques et mélodiques qui les rendent particulièrement identifiables, une utilisation majeure des degrés et rôles d’un héritage tonal élargi, des contrepoints rythmiques qui définissent l’ensemble des moteurs, des cycles harmoniques présentés avec une grande clarté… Ecrire cette musique et explorer les possibilités du leitmotiv reflétant ces caractéristiques m’a réellement passionné.”

OLIVIER CALMEL RITES / RITE OF PEACE

A venir

Plusieurs évènements sont prévus autour de cette production discographique. L’un des points culminants de ceux-ci est le concert organisé par les éditions Musicales Artchipel le 22 avril à la salle Colonne, ou sera notamment créée sa sonate pour violon seul If ainsi que la Rhapsodie fantasmagorique avec l’Orchestre de la Garde républicaine.
 
5 février 2022
rhapsodie fantasmagorique sur docteur jekyll et m. hyde
auditorium dutilleux paris
27 mars 2022
wood music - souffles et matieres
auditorium dutilleux amiens
22 avril 2022
rhapsodie fantasmagorique sur docteur jekyll et m. hyde
salle colonne paris
3 juin 2022
création mondiale opéra 'râmâyana'
opera de massy

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam