Publicité

Prophetic Scourge : l'album Gnosis – A Sorrower’s Odyssey

Rédaction Divertir Par Le vendredi, 29 octobre 2021 à 18:08 0

Dans Culturel

Le groupe du sud ouest Prophetic Scourge présente l'album Gnosis – A Sorrower’s Odyssey.

Prophetic scourge

Le groupe « Prophetic Scourge » naît à Bayonne en 2013. L’alchimie opère vite entre les 5 membres du groupe - Josh au chant, Romain et Robin aux guitares, Thibault à la basse, Jon à la batterie » - tous originaires du Sud-Ouest. En février 2015, « Prophetic Scourge » enregistre sa première démo, intitulée « Corrupt Karmic Invigilators », qui donnera suite à une grande série de concerts dans le Sud-Ouest et dans le nord de l’Espagne. En 2017, le groupe reprend le chemin du studio et en septembre 2018 sort chez Klonosphère et Season Of Mist l’attendu « Calvary », le tout premier album. S’ensuivent alors une quarantaine de dates à travers la France, la Suisse et l’Espagne. Cette tournée aurait dû se terminer au Hellfest, le concert étant reporté en juin 2022 en raison de la crise sanitaire que nous traversons. Cet automne marque un nouveau tournant pour « Prophetic Scourge » : celui du second album. « GNOSIS – A Sorrower’s Odyssey », qui sortira en octobre 2022, est pensé comme une réécriture de la célèbre Odyssée d’Homère. Titre après titre se déroule alors l’histoire du voyage-retour d’Odysseus, ravagé par le deuil et la culpabilité du survivant.

Interview

Comment s'est formé le groupe ?
Romain et Jon (guitare et batterie respectivement) jouaient dans un (excellent) groupe de Death nommé Scars On Murmansk. Ce groupe a splitté en 2012 et, voulant continuer à jouer du metal, ils ont contacté Robin (guitare) et Josh (chant), avec qui ils avaient déjà travaillé. Un peu plus tard, Thibault, le frère de Robin a rejoint le projet à la basse.

D'où vient l'idée du nom Prophetic Scourge ?
J: Dès les premières compos il était évident qu'on allait faire une musique dense, relativement grandiloquente, et avec de fortes composantes narratives. Les premiers textes portaient sur la magie cérémoniale, l'Egypte ancienne, et le mythos de Cthulhu ; aussi prenaient-ils la forme d'une étude sur la corruption de la spiritualité et de la religion de différents personnages et rôles dans l'Histoire (comme le pharaon ou le martyr). A la recherche de nom pour le groupe, la combinaison de ces deux concepts : le fléau (Scourge) et la notion de "destiné", semblait correctement résonner - on est donc naturellement tombé d'accord sur Prophetic Scourge....

Pouvez-vous nous présenter votre album Gnosis – A Sorrower’s Odyssey ?
GNOSIS - A Sorrower's Odyssey est un album-concept en sept parties. Il raconte ostensiblement le voyage d'Ulysse, à son retour de la guerre de Troie.

Qu'est ce qui vous a intéressé de reprendre l'Odyssée d’Homère dans cet opus ?
Cette épopée, depuis la Grèce antique, à était raconté sous de multiples formes; ses éléments, connus et réadaptés par bien des auteurs, dans bien des médias différents (de Joyce aux frères Coen en passant par Ulysse 31). Notre approche reste néanmoins originale (du moins l'espère-t-on), et se focalise sur une facette bien souvent oublié d'Odysseus: celui de son traumatisme de guerre, ainsi que de sa culpabilité du survivant. En parallèle - et s'y mêlant - opère un filtre gnostique, ainsi qu'une histoire personnelle...

En quoi est-ce important d'avoir des titres assez longs et de créer une histoire pour cet album ?
J: Nos morceaux ont toujours été longs ; c'est pendant l'écoute, et le travail, sur les morceaux de l'album précédent que l'idée m'est venue de m'attaquer à ces sujets. En découvrant les morceaux que l'on composait pour ce second album, j'ai pu, au fur et à mesure, lier mes idées à la musique de façon progressive et inductive. Tout s'est donc passée très naturellement : l'histoire, la symbologie, et les envies des musiciens, allant main dans la main pour un résultat généré de façon extrêmement intuitive. Une autre musique appellerait une autre histoire - et vice-versa...
La façon dont les titres sont structurés - avec un titre et un sous-titre - sont une convention que j'ai mis en place pour nos précédentes sorties. (Et ça vaut également pour les titres des albums/EP). J'aime bien avoir un titre court, cela permettant à la fois un référencement rapide, mais aussi un cadrage définitif - le point de vue qui sera adopté en somme. Le sous-titre vient le compléter en informant de la nature du récit. Pour faire simple : le titre correspond au sujet ; le sous-titre à l'action....

Quels ont été vos choix sur le plan instrumental ?
R: Pour cet album, nous avons voulu aller plus loin sur le plan mélodique, même si nous nous cantonnons à un registre plutôt violent. L'idée étant de faire cohabiter ces deux mondes au mieux afin d'ajouter un peu de poésie à la brutalité de notre musique. Nous nous sommes aussi permis quelques passages purement progressifs, choses que nous n'aurions peut être pas osés par le passé. Nous avons aussi voulu apporter une couleur nouvelle à certains passage en incluant de la guitare acoustique et des ambiances faites de larsens, avec beaucoup de reverb. Cela dit, rien n'était planifié à l'avance. Tout cela s'est imposé à nous au fil de l'avancée du travail de composition.

Parlez nous du titre The Cyclops - Blinded In The Garden Of Eris...
J: Un moment clef de l'histoire d'Ulysse est la rencontre avec le cyclope. S'ensuit un aveuglement, et un déni de réalité à travers le nom avec lequel Ulysse se déguise: "Personne".  Ce titre parle de cet évènement. Ceux qui y prêtent attention y trouveront plusieurs niveaux de sens, autant symboliques et métaphoriques, qu'Homérique.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
R: L'enregistrement s'est déroulé durant l'été 2020. Honnêtement, la pandémie nous a un peu forcé la main dans la mesure où, si nous n'enregistrions pas, il y aurait eu une trop longue période d'inactivité pour le groupe. Vu que nous vivons loin les uns des autres, nous avions besoin de ça pour rester mobilisés.
Les batteries ont été enregistrées dans un "vrai" studio, au Pays Basque, avec un ingénieur. Pour le reste, nous avons tout fait chez Robin par nous même, avant d'envoyer le tout au mixage. En tout et pour tout, nous avons eu 3 semaines de prises.

Est-il possible de nous parler de la pochette de l'album ?
J: Cette pochette nous a été proposé par notre ami, Sébastien Labrunie, un artiste incroyable ! Nous lui avions envoyé la musique et paroles de l'album, et très rapidement il est revenu vers nous avec cette image qui correspond symboliquement de façon parfaite à notre récit. Nous avons choisi de n'inclure le logo du groupe que de façon très discrète, le message étant plus important que le messager.

Une indiscrétion à nous donner sur Gnosis – A Sorrower’s Odyssey ?
La Mer est profonde ; les bateaux n'en voient que l'Ecume....

Avez-vous hâte de retrouver la scène et que vous procure-t-elle ?
R: C'est peu de le dire !!! La scène, c'est un peu l'aboutissement de notre travail. Je parlerai là en mon nom (et peut-être que mes camarades seront ok avec ça) mais j'ai le sentiment que nous avons une belle osmose sur scène. Je crois que nous sommes capables de proposer des sets puissants et c'est particulièrement jouissif.

Vous avez déjà donné des concerts à l'étranger (Espagne, Suisse). Qu'appréciez-vous dans le fait de voyager à l'étranger pour votre musique ?
R: Cela peut paraître idiot ou puéril de répondre ça, mais jouer à l'étranger procure un sentiment de réussite, comme si notre travail vaut la peine d'être exporté et apprécié. Et puis, pour faire dans le cliché, c'est toujours enrichissant d'être confrontés à des cultures différentes. Par exemple, la définition du squat n'est pas la même en Suisse qu'en France ou en Espagne...

Quelles vont être vos prochaines dates dans les grandes lignes ?
R: Nous jouerons notre premier concert depuis mars 2020 à Hendaye, au Pays Basque pour la sortie de l'album. S'en suivront quelques dates isolées pendant l'hiver avant de réellement partir en tournée au mois d'avril. Nous finirons cette première salve de dates sur un très beau festival.... (l'art du teasing)

Le retour d’Odysseus est plutôt sombre. On peut quand même espérer que votre album ne termine pas aussi mal que votre personnage auprès du public ?
J: Haha oui, on l'espère aussi. Sinon on aura au moins la mauvaise presse pour nous !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
J: Que nous sommes très heureux de partager notre travail avec vous tous, c'est le fruit de nombreuses années de taf. Merci de nous donner cette occasion et bonne continuation à vous tous, en espérant vous croiser sur la route très vite !

Merci à Prophetic Scourge d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité sur Facebook.

  1. THE KING - An Odyssey Begins Aright
  2. THE CYCLOPS - Blinded In The Garden Of Eris
  3. THE FURY - Of Tasteless Wine And Sorrow's Flesh
  4. THE PSYCHOPOMP - Deaf To The Siren's Hail
  5. THE DRAGONCHASER - Crowned On The Throne Of Loti
  6. THE MENDICANT - Known Only By Touch
  7. THE TYRANT - Wading 'Ward Solace He Lucidly Drowns

Josh SMITH (Vocals)
Robin CLAUDE (Guitars)
Romain LARREGAIN (Guitars)
Thibault CLAUDE (Bass)
Jon ERVITI (Drums)

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam