Publicité

Prenez Le vent de face avec l'album de Tchoukadane

Tchoukadane prépare l'album Le vent de face pour novembre 2020 et avec l'aide des internautes. Découvrez le conte musical singulier proposé par le duo.

Tchoukadane

Qui se cache derrière Tchoukadane ?
Derrière Tchoukadane se cachent Paolo Gauthier et Vincent Duchosal.
Nous sommes deux guitaristes / chanteurs, et sommes rencontrés il y a dix ans par ami.e.s interposé.e.s. On a commencé à jouer ensemble dans un bal à l'occasion d'un festival en Savoie, et on a ensuite commencé à se voir régulièrement pour jouer en duo, d'abord des standards de jazz et ça a bifurqué ensuite sur des chansons que Paolo a ramené, on a commencé à inventer notre vocabulaire à tous les deux à partir de ces chansons et notre connivence nous a poussé à écrire et à rechercher ensemble, à la manière d'une veillée.

Comment composez-vous et qui fait quoi dans le duo ?
Les pièces de l'album viennent de propositions de Paolo, textes et harmonies, que nous travaillons ensemble et Vincent apporte sa partie dans la réalisation et les arrangements de ces pièces. La plupart des chansons que nous jouons évoluent constamment au fil des idées nouvelles. Une partie des pièces de Tchoukadane sont aussi en improvisation, elles partent d'une impression, d'une image ou d'une texture que nous travaillons ensemble par écoutes et retours sur enregistrement.

Vous dîtes vouloir proposer un autre rapport au son et au texte (par rapport aux concerts) avec cet opus, peut-on en savoir plus ?
Notre travail s'articule essentiellement autour du texte, parlé, conté ou chanté, et de son dialogue avec le son généré par nos instruments.
Autant dans les chansons, plus écrites que dans les pièces contées, on considère la parole autant comme matière poétique que comme élément sonore à part entière.
L'écriture de Paolo permet particulièrement cette perméabilité entre le langage et le son, c'est sur quoi nous développons notre univers depuis six ans.

Que représente les enregistrements en studio pour Tchoukadane ?
Après avoir exploré et écrits plusieurs autres chansons, s'est posée la question d'enregistrer un disque. Cela n'avait pas beaucoup de sens pour nous au départ de fixer quelque chose qui évolue constamment. Et puis nous nous sommes faits à l'idée que ce disque serai le reflet de cet état dans lequel nous étions à ce moment, de cet hiver rigoureux, de cette ville immense où nous avons créé notre petit havre dans ce studio.
Parce que ces chansons sont nées bien loin des villes et qu'il était drôle de s'y retrouver pour les chanter en cabine !
C'est avec Clément Lemêtre que nous avons construit cet album à Paris en 2019.
C'est donc la veille de chaque session d'enregistrement que nous fixions ce que l'on allait enregistrer, imaginant au fur et à mesure la forme du disque avec ses longues transitions et ses ruptures, comme avant chaque concer

Pourquoi avoir réalisé un financement participatif pour cet album ?
Nous avons imaginé et réalisé Le Vent de Face sans aucun moyen financier, grâce au travail de Clément Lemêtre qui a pu trouver un studio et qui a travaillé avec nous sur la réalisation de l'enregistrement, d'un point de vue technique mais aussi en tant qu'oreille précieuse et pertinente. Nous avons pu arriver jusqu'au mixage et au mastering sans argent, nous ne pourrons pas presser le disque et imprimer les pochettes sans avoir un budget, c'est pour cela que nous avons monté cette cagnotte, en sollicitant d'abord les personnes qui nous suivent et leur entourage.

En quoi le Collectif Mineurs de fond vous aide-il sur votre projet ?
Le Collectif, c'est l'outil qui nous permet d'inventer de nouveaux projets et de les représenter mais c'est aussi une base administrative qui nous permet de gérer les différentes productions (notamment le pressage d'un album, la création de la pochette, la sérigraphie...). On a inventé ce collectif dans le but de mutualiser nos idées, nos connaissances dans le but de se donner plus de moyens de travailler en tant qu'artistes par un système d'entraide. On organise aussi des événements sous la bannière du Collectif, notamment quelques soirées multi disciplinaires et curieuses dans Paris, une programmation régulière au théâtre Popul'air à Ménilmontant et bientôt un festival en Savoie, le département d'origine du Collectif...

Qu'appréciez-vous dans le vinyle pour vouloir proposer Le vent de face sur cet antique support ?
En plus d'être un bel objet, physique (ce qui se fait de plus en plus rare pour la musique), il nécessite un usage et un temps particulier, autre que en MP3 sur un téléphone portable par exemple. D'autre part, le son est bien différent que sur la plupart des fichiers audios, encore plus sur les plateformes de streaming.

Que représente les réseaux sociaux pour Tchoukadane ?
C'est est un des principaux moyens de communication sur Tchoukadane ; via notre page FB et celle du Collectif Mineurs de fond on peut relayer toutes les nouvelles du duo et partager nos étapes de travail. Youtube nous sert à partager un des principaux matériaux qui seront consultés autant par les auditeur.rice.s que pour les professionnel.le.s, la vidéo.
Une partie des personnes qui nous suivent ne fonctionnent pas par les réseaux sociaux, on communique aussi avec les mails, et bientôt via un site tout neuf du Collectif Mineurs de fond.

Aurez-vous des concerts prochainement et comment vous sentez-vous sur scène ?
La scène est l'endroit où on réinvente constamment notre musique, bien qu'il y ait plusieurs éléments « écrits ». Nous n'avons jamais fait deux concerts identiques.
On se laisse la place d'improviser tout au long du concert avec des jalons, cela nous permet de faire vivre la musique comme une tradition orale qui n'est jamais fixée et réglée, elle vit et se réinvente dès lors qu'elle est réinterprétée. Cela nous permet aussi d'être instantanément dans le dialogue et l’interaction sur scène, entre nous et avec les auditeur.rice.s.
On est en train d'organiser la tournée de sortie d'album qui aura lieu en novembre 2020, avec des dates à Paris et en région Rhône-Alpes, on publiera toutes les dates dès qu'on aura terminé de la boucler !

Merci à Tchoukadane d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité sur Facebook.

Tchoukadane - L'atterré (2019)

A propos de Tchoukadane

Tchoukadane (tête de mûle en Arpitan) est le rituel archaïque et parfois encore célébré dans certaines régions sauvages des Alpes, qui voulait que, quelques nuits par an, chaque personne du village se confectionne son propre masque d'âne ou d'ânesse et se donne à la danse joviale au creux d'un val, au rythme d'instruments primitifs et à la transe aux travers de récits collectifs improvisés traditionnellement au grenier.

interview Musique

Ayaluna : son manga Generation Y Ayaluna : son manga Generation Y
Ayaluna raconte l'histoire de Yamato, un enfant victime de brimades, dans son manga Gén&e...
  Embauche moi Amixem : l'équipe d'abonnés qui travaille avec Amixem
Il y a quelques mois Amixem annonçait qu'il allait recruter 3 abonnés pour travail...
Embauche moi Amixem : l'équipe d'abonnés qui travaille avec Amixem

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire