Publicité

PihPoh dévoile l'EP Césure !

Maxime Lopes Par Le mardi, 26 octobre 2021 à 22:32 0

Dans Culturel

PihPoh dévoile son nouvel EP « Césure », accompagné de titres très intimes !

Pihpoh

Avec ce nouvel EP, le jeune artiste présente un projet de 7 titres très intimes. Un EP teinté d'évasion, où l’on ressent ce besoin de visiter le monde dans son intégralité, de pouvoir à nouveau rencontrer et partager.

Il y aborde le rêve et l'utopie mais aussi la réalité qui nous rattrape. Il nous décrit sa vision de l’amitié qui peut s’apparenter parfois à de l'amour pur, la vie à deux et ses mois d’émoi, l’envie de fuir et de se retrouver. Il nous parle du cap de la trentaine, de ses addictions multiples, du « rien » qu’il peut y avoir entre une larme de joie et de tristesse…

On sent la fraicheur et l’exaltation de ce jeune homme qui nous prend et nous surprend dans son voyage, ce genre de grand aventurier qui ne perdra jamais l’enthousiasme et l’excitation des premières fois. Pierre Enderlen compose comme il vit et chante depuis toujours, guidé par sa spontanéité.

Alors qu’on ressent les influences éclectiques de PIHPOH dans ce nouveau projet (Lomepal, Jacques Brel, Césaria Evora...), on y retrouve le single « Parisienne », ainsi qu’un duo avec Claudio Capéo sur « On a le temps ». La collaboration avec Claudio Capéo coulait de source, PIHPOH a été très souvent en 1ère partie sur les dernières tournées de Claudio. Les moments partagés sur scène et en dehors ont été la genèse du duo.

On y retrouve également Gaël Faye sur « Garde Tes Larmes », qui n’est autre que le nouveau single extrait du projet. A l’occasion de la sortie, il dévoile le morceau « Césure » en live à travers une session vidéo.

PIHPOH - Césure (Live Session)

Véritable artiste de scène, PIHPOH nous fait ressentir son besoin de pouvoir à nouveau rencontrer et partager avec cet EP teinté d'évasion et de spontanéité.

Lui qui a assuré ses premiers lives dans les couloirs du métro avant de finir en première partie de IAM et Orelsan, aux Solidays et à l’Olympia (en 2018), ou bien encore en tournées au Maroc, Brésil ou Colombie, défendra donc certainement très bientôt son nouvel EP sur scène...

Influencé par un éclectique répertoire « Seu Jorge, Lomepal, Jacques Brel, Césaria Evora » les concerts et tournées de PIHPOH ont toujours été un enchaînement de bonnes surprises : de premières parties de Claudio Capéo, Gaël Faye, IAM ou Orelsan aux Eurockéennes de Belfort ou Solidays en passant par des tournées au Maroc, Brésil, Colombie, Serbie, Biélorussie, Roumanie ou Kurdistan d’Irak, son parcours et ses centaines de dates ont fait de lui un artiste authentique et complet à la prestation maîtrisée.

Césure, un moment hors du temps, comme croiser un regard qui en dit long, entendre un son qui nous surprend ou écourter un silence qui devient pesant.

Interview avec PihPoh

D'où vient votre passion pour la musique et quel a été le déclic pour vous y lancer ?
Fils de musicien, la musique a toujours été présente à la maison. Du coup l’envie de créer a tout le temps été dans ma tête.

Pouvez-vous nous présenter votre EP Césure et son univers ?
J’avais envie d’aborder différentes thématiques bien précises. L’amour, l’évasion, les voyages et l’amitié. L’idée du titre « Taxi » me trotte dans la tête depuis très longtemps.

Qu'est-ce qui vous a intéressé de raconter des thèmes comme le rêve, l'amitié ainsi que des sujets plus tristes ou personnels dans cet opus ?
Le temps passe et le regard sur ces sujets change. J’avais vraiment envie de me livrer sur cet EP.

Avez-vous pris une année de césure pour créer des compositions avec des césures ?
L’année de Césure s’est imposée avec cette crise sanitaire donc j’en ai profité pour peaufiner mes idées et aller au bout de mes titres.

On vous retrouve notamment en duo avec Claudio Capéo et Gaël Faye sur cet EP. Comment se sont passés vos échanges et qu'est-ce qui vous a intéressé chez ces artistes pour collaborer ensemble ?
Nous nous connaissons depuis de nombreuses années et je respecte énormément les hommes qu’ils sont, ainsi que leur travail.
Claudio pour moi est vraiment un des meilleurs interprètes de ces dernières années, et Gaël un maitre des mots et du flow. C’est une grande fierté de les avoir à mes côtés.

Quelle place occupe le voyage dans l'EP Césure et dans quelles destinations aimeriez-vous nous emmener ?
Une très grand place car voyager et bouger pour moi est vital. J’aimerais vous emmener partout avec moi dans ma valise car il y a des choses qui sont impossibles à retransmettre à travers les mots et la voix.

Au fait, quand on s'appelle PihPoh, est-ce que vos textes racontent du pipeau ?
Non c’est seulement l’anagramme de HIPHOP.

Quels ont été vos choix sur le plan instrumental ?
Je suis toujours fidèle à mes 2 compositeurs Arnaud Krivaneck et Pierre Michelet. Je n’ai eu qu’à choisir parmi une belle palette d’instrumental.

Cet EP vous a-t-il fait du bien personnellement et que souhaitez-vous apporter au public avec celui-ci ?
Mettre sur feuilles ses pensées fait toujours un grand bien.
Le retour du public est hyper positif.
Je reçois plein de messages et j’adore quand l’auditeur peut se faire sa propre interprétation du morceau.

Avez-vous une anecdote ou une indiscrétion à nous raconter sur Césure ?
Dans le métro, en terrasse de café, dans le train, dans la rue, au restaurant, tout le monde a déjà ressenti ce moment d’échange de regards avec une ou un inconnu(e).
L’impression de connaître la personne sans jamais lui avoir parlé.

Des sessions live devraient être prochainement proposées en vidéo. Qu'appréciez-vous dans ce format ?
La sincérité, dans le live il n’y a pas de place pour la triche :)

A quoi pensez-vous quand on sait que vous êtes passé d'artiste du métro à des scènes comme Solidays, l'Olympia ou encore de jouer en 1ère d'IAM et Orelsan ?
Que le chemin est long, difficile mais beau.

En véritable artiste de scène, vous avez fait des tournées au Maroc, au Brésil ou encore en Colombie. Quels souvenirs en gardez-vous et comment les publics accueillaient-il votre musique ?
L’accueil est toujours dingue et différent  dans chaque pays.
Quand on dit que la musique est une langue universelle, je peux vous confirmer que c’est bien vrai.

Prévoyez-vous des concerts prochainement et comment les imaginez-vous ?
Des premières partie de Gaël Faye pour cette fin d’année et une belle tournée en 2022.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
J’attends vos retours sur mes nouveaux titres.
D’autres surprises arrivent !
Prenez soin de vous.

Merci à PihPoh d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

PIHPOH - Parisienne (Clip officiel)

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam