Publicité

Phil Di Noia : le clip d'Another World

Maxime Lopes Par Le mardi, 01 février 2022 à 11:42 0

Dans Culturel

Phil Di noia est auteur compositeur interprète, complétement autodidacte et originaire du sud de l’Italie. Il dévoile le clip d'Another World.

Phil Di Noia

Que représente la musique pour vous et comment la ressentez-vous ?
La musique c’est un espace de liberté et d’expression, c’est une vibration intérieure profonde qui se transmet grâce à ce que tu produits, ce que tu composes. C’est une sensation à la fois corporelle, et intellectuelle, mais ce qui est magique c’est qu’elle est accessible à tous. Pas besoin d’être initier, même pour la musique classique ou l’opéra, ça prend aux tripes, au cœur à la tête, ça te fait bouger, ce te rend joyeux ou triste ça se communique en une fraction de seconde dans les concerts à des milliers de gens, quelques soient leurs langues, leur pays, leur milieu social. Je ne vois pas tout cela rassemblé dans d’autres arts. enfin presque.
Moi cela me permet de vivre, le quotidien, de m’exprimer, d’évacuer ce qui me touche, sinon je ne serais plus là.
Mon Hyper sensibilité elle s’exprime là, je m’évade, je m’y réfugie aussi, je pense qu’elle m’a souvent sorti de moments difficiles dans ma vie, depuis mon enfance d’ailleurs, elle me reconnecte à moi, à mes émotions, à mon être profond. J’aurai aimé l’apprendre tout petit, pour mieux l’exprimer maintenant, mais je n’ai pas eu cette chance, complétement autodidacte j’ai appris tard…
C’est magique, cette puissance de partir de rien de quelques idées et d’en faire 3’ ou 4’ de moments vibratoires !
D’y raconter un peu de toi, avec pudeur sans en dire trop, de raconter d’autres…

Comment composez-vous et quelles sont vos inspirations ?
Je compose souvent à la guitare acoustique, mais aussi au piano, souvent c’est quelques accords de suite harmoniques avec des mots ou des idées de mélodie… ensuite je développe je fais des paternes de beat et voilà. Je dois dire que l’inspiration est une magie du ciel…
C’est très curieux en fait tu ne sais pas pourquoi des mains glissent une suite d’accord, quelques mots, le début d’une top line. C’est très stimulant cette magie à cet instant… c’est d’abord la musique, ensuite le texte. Pour la partie texte c’est toujours plus compliqué… j’essaye d’aborder des thèmes qui me touchent, souvent personnel d’ailleurs.

Pouvez-vous nous présenter le single Another World et pourquoi évoquer les sujets environnementaux ?
Another World est un titre solaire, enthousiasme, et plein de gaité, même si je fais le constat d’un monde qui est mal, le message c’est que nous pouvons tous changer cela. C’est une chanson universelle, d’ailleurs dans l’orchestration je souhaitais y associer des sons Africain et des sons rock, il y a beaucoup de percussions… des guitares, des voix...
L’environnement c’est une évidence, nous sommes à une charnière qui est dramatique pour l’humanité, l’environnement et l’humain c’est la même chose, le réchauffement climatique va générer des migrations de populations et donc le vivre ensemble, la tolérance vont devenir un enjeu majeur. C’est à cela que je voulais sensibiliser dans cette chanson.
L’urgence de faire un monde nouveau… Nous devons allez vers un modèle différent car celui qu’on nous impose nous emmène directement à la fin de l’humanité ! Que vas t’on léguer à nos enfants...
Voilà pourquoi la pochette de l’album ces cette terre ce monde avec l’empreinte d’un enfant dedans !… d’ailleurs c’est l’empreinte de la main de ma fille quand elle avait 4 ans ! ... Symbolique justement ce que nous allons leur léguer.

Quels ont été vos choix pour le clip Another World et quelle place occupe l'univers visuel selon vous ?
L’univers visuel est extrêmement important dans la musique depuis plusieurs années, on écoute moins on regarde plus… On découvre plus un titre grâce à une vidéo qu’en audio maintenant… d’ailleurs si j’avais plus de moyen de production je produirais beaucoup de clip, ce n’est pas les idées qui manquent surtout les moyens.
Pour ce clip, qui a été réalisé par Philippe Jacob, un ami photographe vidéaste, je suis partie de la résonnance du discours de Nelson Mandela dont nous avons mis un extrait sur le clip et surtout cette phrase. It’s in your hands now !! ça résume tout... pour le reste je voulais mélanger des danseurs pour l’expression de la liberté et la beauté du geste, Louise Soulié et Allan Cinno deux supers danseurs ont accepté d’y participer. Et puis tous ces visages de gens tous différent mais qui quelques parts sont nos frères nos sœurs, comme je le dis dans le texte, You can be my Brother, You can be my Sister, car c’est tous rassemblé que nous pourrons changer ce monde qui part à la dérive, et c’est possible, il y a assez de richesse pour tous, c’est le partage qui pose problème...
Nous avons tourné aussi près des tours de la Défense car c’est l’évocation du milieu de l’argent ! Malheureusement s’il a de vertu c’est ce milieu qui nous emmène dans le mur !
Et puis il y a eu tous ces personnes bénévoles qui font partie d’un collectif d’artiste qui en écoutant la chanson ont accepté de venir danser dans le clip ! C’était un super moment très émouvant une très belle énergie ! J’en garde un super souvenir.

Comment la pandémie de Covid-19 a-t-elle impactée votre processus créatif ?
Justement parce que les choses essentielles se sont révélées pour beaucoup d’entre nous, moi j’avais ce désir de vivre mon projet de création musical depuis longtemps et j’ai tout misé là dessus… Il y des choses essentielles qui sont apparues, la liberté, la santé, le pouvoir de l’état, la réalité de l’essentiel ce qui est précieux, la communauté, l’échange, le partage, la solitude, l’amour cela nous a cruellement manqué, tous ces thèmes je les ai développé un peu dans cet album mais aussi et beaucoup dans mon prochain album Français qui sortira fin 2022.
J’ai pris une décision au début de cette pandémie de vivre mon rêve et de ne plus attendre ou reporter à demain la passion qui m’anime. Maintenant je sais pourquoi je me lève chaque matin.

En quoi Nelson Mandela est-il une personnalité qui vous inspire ?
Un homme incroyable il, y aurait tellement à dire !!
Il rassemble en un seul homme, le résistant, le sage, sans compromissions, le politique qui s’engage pour son peuple, contre le racisme, qui refuse d’être libérer pour ne pas trahir ces convictions, il devient président !
Il représente la grandeur et la profondeur de l’homme vrai. Il n’y en a plus de nos jours en tout cas pas chez les hommes politiques, tous ces donneurs de leçon ! Beaucoup devrait en prendre ombrage !
Donc il, m’inspire pour sa justice, ses valeurs, sa profonde humanité, il a su changer le destin de toute une nation… A qui il dit d’ailleurs It’s in You hands Now !! C’est ce qui m’a inspiré le titre Another World...
Qu’est-ce que nous allons léguer à nos enfants comme monde ! C’est entre nos mains, les leurs, les notre !

Est-ce important pour vous d'avoir des textes engagés ou porteurs de sens ?
Pour moi un artiste est un porteur de message, il doit être témoin de son temps. Un artiste est un ange envoyé du ciel pour éclairer les autres, c’est un être éveillé avec sa création, sans prétention juste parce souvent il a une hyper sensibilité. Il ressent perçoit plus intensément les choses.
Je reprends souvent cette phrase d’une chanson de Julien Clerc qui résume tout, à quoi sert une chanson si elle est désarmée… Même dans les chansons d’amour il y a du contenu. Alors oui pour moi il faut porter des convictions, malheureusement les chanteurs engagés il n’y en a presque plus… c’est bien dommage. On ne peut pas plaire à tout le monde et je m’en fou, mais il faut assumer ce que nous sommes, j’ai vécu comme un enfant émigré, j’ai connu les jours difficiles, le racisme à l’époque c’était contre les Italiens qu’on appelait les ritals, j’ai vu mon père pleurer ivre de fatigue qui bossait sur les chantiers pour finir avec une retraite de 900 euros… Tout ça ne peut pas s’effacer !!

Que souhaitez-vous transmettre avec votre musique ?
Modestement, surtout en toute humilité que ça fasse vibrer les cœurs, que cela apporte de la joie de l’émotion, de l’énergie et quelques mots clefs qui pourraient faire réfléchir… La musique ça transcende les personnes, elle est universelle, quelques soient les langues. On vibre ou pas ! et ça c’est une puissance incroyable. Alors si je peux procurer cela de temps en temps à d’autres et bien j’aurai servi à quelque chose.

Quelle place occupe le spectacle dans votre parcours artistique ?
J’ai toujours été attiré par le spectacle, j’ai fait une école d’acteur cela a été mes premières expériences artistiques, j’ai eu la chance de travailler pour Robert Hossein, j’ai fait quelque petite apparition dans le cinéma, j’ai monté ma propre compagnie de théâtre avant de faire de la production artistique pour d’autres… j’ai appris beaucoup, j’ai eu la chance de participer à quelques productions pour Jean Michel Jarre en production exécutive, tout cela m’a nourri.
Maintenant je suis mur pour savoir là où j’aimerai aller ! Manque que les moyens… hihihihi et la connexion médiatique.

Quelles vont-être vos prochaines actualités : un album et des concerts sont-ils prévus ?
Après beaucoup de sollicitation je vais sortir enfin un album en français donc avec From Love to You, Another World, ce sera mon troisième LP.
Pour les concerts je suis touché directement pas cette pandémie car pour l’instant les programmateurs reportent et tente d’honorer leur contrat déjà signés... Alors pour moi en plein développement c’est super dur de lancer un album dans cette période, surtout pour des artistes indé comme moi, nous n’avons pas la promo des gros médias donc je bosse, je démarche, il y a quelques touches mais pour l’instant c’est pas signé.

Quel a été le déclic pour vous lancer dans les castings de The Voice et The Artist cette année ?
Ça fait plusieurs années autour de moi qu’on me dit vas-y tente ta chance !
Après c’est simple, c’est là qu’il y a de la médiatisation, de la visibilité, un prime time et tu es exposé en deux minutes là où tu vas mettre 5, 10 ans à obtenir une visibilité du public, donc si tu veux sortir et bien les circuits sont compliqués, long… et puis je n’ai plus rien à perdre à mon âge donc pourquoi pas… Il n’y a pas d’âge pour vivre ses rêves.
Et comme il n’y a plus de vrai producteur comme autrefois, personne qui ne prenne des risques… ! Donc voilà c’est un moyen de pouvoir émerger.
Et je pense que c’est une aventure artistique unique ! J’ai mon pote Kamil Rustam qui a d’ailleurs fait pas mal de guitare sur les deux albums qui fait partie des musiciens, ce serait top de pouvoir le retrouver de cette façon !

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
On doit aimer les artistes pour ce qu’ils font et pour ce qu’ils sont, alors j’espère que maintenant que vous savez un peu mieux qui je suis vous aimerez mieux ma musique, mes chansons... Et merci pour le partage de cette tribune !

Merci à Phil Di noia d'avoir répondu à notre interview !

Another World

Mes parents ont émigré en France dans les années 50 arrivé dans l’est de la France ou je suis né puis en Région Parisienne.
Comment me définir disons que je suis un humaniste, rêveur mais à la fois avec les deux pieds bien ancrés dans la réalité du monde dans lequel nous vivons.
Dans une de mes chansons je dis… je ne rentrerai jamais dans vos cases dans vos lignes, je suis bien trop libre pour qu’on m’incline…voilà cela me résume bien ! hihihi Quand j’étais enfants je vivais en région parisienne dans le neuf trois comme on dit et mes parents n’avaient pas les moyens de me payer des cours de musique… alors j’ai appris tout seul.
Curieusement j’ai fait des études scientifiques et j’ai démarré professionnellement dans l’industrie et très vite ma fibre artistique m’a amenée ailleurs.
J’ai arrêté mon job pour faire de la musique mais j’ai pris dans un premier temps une autre voie, et j’ai fait une formation de comédien puis j’ai eu la chance de travailler avec Robert Hossein, de partir en tournée en France au États Unis, au Mexique au Canada….
Cela m’a donné envie de monté ma propre compagnie et j’ai produit deux pièces de théâtre et les circonstances de la vie mon amener vers la production exécutive.
Et je suis devenu producteur exécutif d’abord dans l’événementiel, puis il y a eu une rencontre celle de mon ami producteur Alain Bilowus (producteur des gros show de Jean Michel Jarre à l’international) qui nous a quitté il y a plus d’un an maintenant et qui m’a mis sur le chemin de Jean Michel Jarre, et j’ai donc fait de la production exécutive pour plusieurs spectacle de Jean Michel, notamment Le concert à Pékin, la tournée Oxygène en Europe, le concert à Ryhad il y a trois ans, et tous cela en continuant à faire de la musique qui a toujours été ma passion.
Voilà maintenant je suis producteur réalisateur de mes albums !

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam