Publicité

Pauline Chagne présente le single Mélancolie Lolita

Maxime Lopes Par Le lundi, 26 juillet 2021 à 13:40 0

Dans Culturel

Après une formation de harpe, Pauline Chagne est aujourd'hui la seule musicienne professionnelle à jouer de la harpe électrique en France.
Accompagnée de cet instrument inouï, découvrez son single Mélancolie Lolita, avant la sortie d'un EP en octobre.

Pauline Chagne

D'où vient votre passion pour la harpe ?
Du plus loin que me revienne, j’ai toujours voulu jouer de la harpe. A 3 ans je réclamais à mes parents musiciens de jazz d’apprendre cet instrument et à 4 ans je débutais.
Une histoire de famille assez jolie raconte que ma mère écoutait Tchaikovsky quand elle était enceinte de moi et que c’est ça qui m’aurait attirée vers cet instrument.

Qu'est ce que ça fait d'être la seule à jouer de la harpe électrique en France et quel attrait voyez-vous dans cet instrument ?
Je ne suis pas la seule à jouer de la harpe électrique en France mais je suis la seule à jouer une harpe électrique inouïe qui se porte en bandoulière et qui permet donc de marcher, danser… tout en jouant. La harpe est un instrument statique et être la seule à en faire une performance physique est une grande joie pour moi.
Cette nouvelle harpe me permet de mettre en pratique la vision nouvelle de cet instrument que je souhaite proposer : une harpe moderne, dansante, engagée et libérée.

D'où vient votre inspiration lorsque vous composez et que souhaitez-vous mettre en avant dans votre musique ?
Je ne compose pas mes chansons, c’est Antonin Tardy qui en est le compositeur et arrangeur. J'en écris les paroles et je suis présente, décisionnaire à chaque étape du processus d’écriture musicale et d’arrangement des chansons.
Je souhaite mettre en avant une musique mélodique, dansante, émotionnelle, sensible. Un pansement festif pour l’âme.

Pouvez-vous nous présenter le single Mélancolie Lolita ?
Mélancolie Lolita est une ode aux émotions. J’ai écrit cette chanson après une rupture et j’étais dévastée. Cependant, je savais au fond de moi que ma tristesse et ma mélancolie auraient un jour une fin. C’est à ce moment là que j’ai décidé de célébrer cet instant. Cela m’a donné l’idée du paradoxe qui anime cette chanson «  être triste c’est si bon ».

Quels ont été vos choix pour le clip de Mélancolie Lolita et quelle place occupe l'image en musique selon vous ?
Cette idée d’hypersensibilité, de paradoxe émotionnel nourrit chez moi le fantasme qu’on est comme la star d’un film quand on vit de telles émotions.
L’idée du clip réalisé par Valentin Becouze, un road-movie vintage et décalé correspondait parfaitement à mes envies. J’ai un peu imposé ce monstre doudou poilu qui incarne la mélancolie car j’avais envie d’une touche d’absurde poétique.
L’image est extrêmement importante dans mon travail, mes paroles sont souvent très imagées et un film se déroule sous mes yeux quand j’écris.
Par ailleurs j’ai une vision de l’esthétisme très personnelle et je suis donc très présente dans toutes étapes du travail sur un clip ainsi que dans le contenu visuel que je produis pour mon compte instagram.
Le réalisateur du clip a su écouter mes envies et rester fidèle à ses convictions tout en étant créatif, cette collaboration a été un vrai bonheur pour moi. Le clip sert vraiment le propos de la chanson sans prendre le dessus sur elle.

Où en êtes-vous dans la préparation de votre EP ?
Musicalement tout est prêt. Je travaille maintenant sur les éléments visuels, clips, photographies, événements, surprises, qui vont accompagner sa sortie.

Souhaitez-vous nous parler de votre présence dans la pièce Je te pardonne (Harvey Weinstein) à voir au Théâtre du Rond-Point ?
C’est une pièce engagée, sublime, cruelle, drôle, festive, c’est un cabaret-procès. Ça a été un grand honneur de participer à cette pièce et d’être une nouvelle fois aux côtés de l’auteur et metteur en scène Pierre Notte. J’ai eu la sensation avec cette pièce de devoir à tout instant avoir un point de vue aiguisé sur l’actualité, sur mon féminisme, sur ma façon de me mettre en danger, de me remettre en question, de libérer beaucoup de mes vieux démons. Le sujet voulait ça, mais aussi le fait que, d’un côté j’incarne beaucoup de femmes que j’admire et que de l’autre je réponde aussi par mon nom, ce qui m’implique totalement et fait que je ne peux pas me cacher derrière un personnage.

Selon vous, est-ce important d'être engagée dans les projets que vous réalisez ?
C’est très important pour moi.
Je ne peux pas m’empêcher de l’être, j’ai un besoin viscéral de m’impliquer totalement dans ce que je fais, aussi bien dans mon engagement personnel, psychologique, physique, politique, social…
Cela me donne donc souvent envie de porter des messages forts et qui me tiennent à coeur dans mes chansons.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Merci pour cette seconde interview, j’ai hâte de partager avec vous mon premier EP à la rentrée.

Merci à Pauline Chagne d'avoir répondu à notre interview !
Suivez la également sur Facebook.

Pauline Chagne - Mélancolie Lolita

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam