Publicité

Paul Galiana prépare son 3ème EP

Après l'aventure des " Chansons du 73... et du monde autour", Paul Galiana fait tomber le masque de Lune Papa pour suivre son parcours musical sous son vrai nom. Il prépare son troisième EP avec l'aide des internautes.

Paul Galiana (crédit Armelle Yons)

crédit visuel : Armelle Yons

Pouvez-vous nous présenter le troisième EP que vous préparez ?
C'est en effet mon 3ème EP et le 1er sous mon nom Paul Galiana. L'EP En quarantaine et l'album Chansons du 73 étaient sortis sous le nom de Lune Papa. C'est une étape importante de mon parcours qui correspond surtout à un désir de quelque chose de simple et direct.
Ces dernières années, je créais seul en scène l'énergie de la basse et la batterie (par exemple avec des loops). J'ai envie désormais de retrouver ces sensations en vrai, avec un bassiste (Alain Gibert) et un batteur (Guillaume Glain) qui sont vraiment les 2 musiciens idéaux pour cela. La complicité s'est crée très vite, ils ont la même approche que moi des chansons et de la musique (le même humour aussi...).
Nous avions prévu de faire pas mal de concerts avant d'enregistrer mais la crise sanitaire nous a conduit à inverser le calendrier, d'où l'EP d'abord et la scène ensuite.

Quels sont vos choix sur le plan instrumental et comment allez-vous travailler avec Alain Gibert et Guillaume Glain ?
Pour cet EP, le choix instrumental est assez simple et radical puisque, contrairement à ce qu'on entend beaucoup aujourd'hui (et à ce que j'ai pu produire moi-même par le passé), tout est construit autour du trio guitare / basse / batterie, sans arrangement supplémentaire.
Nous allons enregistrer tous les trois ensemble, dans les conditions du live. C'est d'ailleurs très excitant car ce n'est habituel pour aucun de nous.
Alain, Guillaume et moi avons évidemment chacun beaucoup répété et travaillé seuls les chansons chacun de notre côté, d'après les maquettes que j'avais réalisées. Et nous nous retrouvons périodiquement pour répéter, affiner, fignoler tous les trois, ensemble. Le but est d'arriver en studio en sachant précisément ce que chacun doit jouer. Cette rigueur permet paradoxalement d'éprouver une grande liberté et une grande aisance dans l'interprétation. Car, lorsque on ne s'interroge plus sur ce qui vient à la mesure d'après, c'est vraiment là qu'on prend du plaisir à jouer. Je sais que cela s'entendra sur le disque. C'est aussi pour ça que j'ai choisi le studio Melodium à Montreuil, Nicolas Dufournet est très bon pour ça.

Que souhaitez-vous apporter de nouveau à votre musique avec ce troisième opus ?
Le trio guitare-basse-batterie donnera une énergie électrique aux morceaux. J'étais resté très acoustique dans mes précédentes aventures, parfois par choix mais aussi souvent par nécessité de s'adapter à différentes contraintes matérielles et pratiques.

Parlez nous du titre Histoire...
J'ai eu envie de raconter une histoire d'amour, du début à la fin, de manière un peu synthétique, comme si l'histoire elle-même était un 3ème personnage, "au-dessus" des 2 protagonistes, qui se voit naître, grandir, puis finir. Et j'ai tenu à ce que la fin soit tout sauf triste.
Une fin d'histoire est aussi la possibilité d'en vivre d'autres.

Qu'est ce qui vous a motivé à faire un financement participatif ?
Cet EP, je le vis comme une véritable aventure de ce monde qui change. Beaucoup de choses ont été conçues à distance. Le projet est né dans cet environnement bizarre où la scène est comme anesthésiée et où nous avons pourtant tant besoin de musique. Il était donc important que j'associe les gens qui aiment ma musique à cette aventure notamment par les réseaux sociaux. Je voulais aussi en profiter pour leur montrer un peu plus de moi que ce soit sur mon compte Instagram ou ma page Facebook Paul Galiana Musique. Marylou @aubondeclic m'a aussi concocté un site tout beau tout neuf.
Un exemple : dans les contreparties Ulule, je propose aux contributeurs un apéro visio avec des titres originaux et des reprises de leur choix. On pourra le faire même dans les conditions actuelles.

Quels sont vos choix sur l'univers visuel de ce 3ème EP ?
Je garde la surprise pour ceux qui me suivent. Je peux dire que ça me ressemblera. Je travaille avec Armelle Yons et Gilles Crampes depuis quelque temps. Ils me connaissent bien.

Une indiscrétion à nous donner sur votre nouvel EP ?
Allez voir régulièrement sur Instagram et vous saurez tout :)

Pas trop peur des annulations de concerts pour la release party à La Dame de Canton le 19 mai et en quoi la scène est-elle importante  ?
Je ne vis pas dans la peur. Je suis dans le respect du public. Je refuse de leur faire prendre un quelconque risque même si j'ai très envie de remonter très vite sur scène et que j'ose croire à cette date. Donc qui vivra verra... et je vivrai, vous verrez  !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci à Divertir pour cette interview et rendez-vous à la Dame Canton le 19 mai.

Merci à Paul Galiana d'avoir répondu à notre interview !
Suivez le également sur Facebook.

Paul Galiana trio - Histoire

A propos de Paul Galiana

Porté par les anciens (Yacoub et ses voix, Lemesle et son atelier...), motivés par les modernes (JP Nataf et ses disques, Daran et ses scènes...), Paul Galiana aguerrit sa plume et l'habille de mélodies pop et urgentes.
Il dit le temps qui passe, ce salaud. Il dit les solitudes, brèves ou durables, voulues ou vaincues.
Et il partage gaiement tout ça.

Musique interview

Vertical prépare l'album Something For You Vertical prépare l'album Something For You
Vertical est un groupe Indie-Pop au son naif et provoquant. Découvrez leur futur album Someth...
  Skreally Boy : le clip de Blade
Skreally Boy, célèbre beatmaker aussi connu sous le nom de Richie Beats, présen...
Skreally Boy : le clip de Blade

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire