Publicité

Parpaing Papier prépare l'album Croire au Printemps

Maxime Lopes Par Le samedi, 05 décembre 2020 à 19:08 0

Dans Culturel

Dur comme un parpaing, fin comme du papier ; découvrez le futur album Croire au Printemps de Parpaing Papier.

Parpaing Papier

Qui se cache derrière Parpaing Papier et comment vous êtes-vous rencontrés ?
Bonjour à vous !
Nous sommes 4 Nantais : Clothilde (Guitare, Chant), Fabrice (Basse, Chant), Corentin (Batterie, choeurs) et moi-même Martin (Chant, cascades).
Cela s’est fait au fur et à mesure. J’ai d’abord rencontré Fabrice lors d’un coaching vocal à Trempolino à Nantes, puis j’ai recroiser Corentin que je connaissais déjà depuis quelques années, et ensuite Clothilde est arrivée en janvier 2019 suite à sa rencontre avec Fabrice au conservatoire de Nantes.
Nous avons bientôt 2 ans donc !

Pouvez-vous nous présenter votre premier album Croire Au Printemps et son univers ?
Après notre 1er E.P sorti en juin 2019, seulement quelques mois après la formation du groupe, nous avions hâte de se mettre à travailler sur un vrai premier projet collectif, un vrai album de groupe où chacun amène sa pierre, voir son rocher à l’édifice !
Nous avons trouvé ce titre en référence à l’album de Jazz préféré de Clothilde et nous avons immédiatement été d’accords et séduits par ce titre plein d’espoir, on ne pensait même pas qu’il résonnerait particulièrement par rapport à la crise sanitaire et la situation au point mort du monde du spectacle vivant.
Nous avons fait un 1er album Printanier, ou s’alterne mélodies pop et gros riffs de guitare, toujours dur comme un Parpaing, fin comme du Papier !

Comment composez-vous et vous répartissez-vous les tâches ?
On commence toujours par la musique, l’idée de base peut venir de n’importe lequel d’entre nous et ensuite on met tous les mains sous le capot !

Quels ont été vos choix sur la partie instrumentale ?
Nous avions envie d’un son plus rock et moins brutal que sur l’E.P. Les nouvelles combos s’y prêtaient très bien. Nous avons aussi eu plus de temps pour affiner le son du groupe qui n’a pas encore deux ans !

Parlez nous du titre Les Enfants Qui Chantent...
C’est un morceau composé par Mamadoux (guitariste de MaMaGreYo, Dancefloor Disaster, Deadlake…) avec qui j’ai travaillé pendant plusieurs années et qui a participé à la naissance du groupe lorsque nous moquettions des chansons tous les deux dans l’optique de faire naître Parpaing Papier ensuite.
Dès la 1ère écoute j’ai été scotché par cette ambiance de fin du monde noire mais aussi très mélancolique. J’ai écrit le texte en une nuit et je savais qu’elle avait le potentiel d’être une parfaite clôture d’album, ce qui sera le cas !
Nous préparons le tournage du clip de cette chanson avec Nicolas Ragni à la réalisation, le réalisateur de clips fameux comme Kammthaar de Ultra Vomit ou encore Orange Duck de Kiemsa.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
Nous avons enregistré au studio Le Garage Hermétique à Rezé, tout près de Nantes. C’est un studio que je connais très bien pour y avoir enregistré tous les albums de Kiemsa notamment. Nous avions déjà fait l’E.P là-bas et il nous semblait naturel d’y enregistrer l’album.
Tout s’est très bien passé malgré la coupure imposée par la crise sanitaire.

Que souhaitez-vous proposer au public avec l'album Croire au printemps ?
Un album varié, avec des titres très rock, et aussi des titres très pop, beaucoup de voix car c’est un peu notre signature étant donné que l’on chante tous et que l’on adore ça. L’album en en cours de mixage et nous préparons désormais la pochette, ainsi que plusieurs tournages de clips dont un en dessin animé. Beaucoup de projets excitants à venir !

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Pour un groupe 100% auto produit comme nous, pas de concerts = pas d’argent. Rien. La crise nous a fait perdre notre potentiel d’investissement pour l’album. Nous n’avons pas baissé le bras et il semblait assez naturel de se tourner vers cette solution. Aujourd’hui je pense que le public à bien saisi la réalité d’un groupe comme nous, ils savent à quel point il est important d’avoir notre communauté derrière nous et je pense même qu’il y a une certaine satisfaction partagée à faire bouger des montagnes entre nous, sans professionnel, sans label ou autre. Juste nous, et notre public. C’est tellement encourageant de voir au fur et à mesure les soutiens arriver, les messages bienveillants, on a tellement hâte ! Et on espère atteindre les 200% soyons fous !

Quel sera l'univers visuel de l'album et des clips sont-ils prévus ?
Notre pochette sera réalisée par une photographe Nantaise qui s’appelle Sarah Scaniglia. Elle a un univers qu’on adore, entre le baroque et le lyrisme, sans oublier d’être poétique et très esthétique. Nous devrions avoir la chance de faire les photos dans un château du XVème siècle !
Pour les clips on ne peut pas passer à coté de l’opportunité de réaliser un clip dans ce château en plus de la pochette. Encore une fois ce sera Nicolas Ragni qui réalisera ici un deuxième clip pour nous après celui des Enfants Qui Chantent.
Pour le clip de Tempête Je t’Aime, nous avons confié la réalisation à Flore Montmory, une animatrice Nantaise prometteuse !

Au fait, vous croyez qu'au printemps les parpaings en papier vont tenir ?
Que la matière et les éléments fassent ce qu’ils veulent tant que les concerts reprennent ! On y croit ! Et on ne pensait pas avoir un titre aussi évocateur que celui-ci.

Pourquoi proposez-vous Croire au printemps sur l'antique vinyle et qu'appréciez-vous dans ce support ?
Le public de la scène actuelle, et dans tous les styles de musique se tourne désormais beaucoup vers le vinyl. C’est un support qui à la classe, qui permet d’avoir la pochette en grand, un bel objet en main ! Il y a un coté un peu plus « collector » qu’avec un CD que tu laisses trainer dans ta voiture ! Et face au succès pratique et indéniable de la musique streamée, il redonne un peu de crédit et de valeur au disque en lui-même. Un album, ça s’écoute dans l’ordre et pas en « Aléatoire ». Spotify si tu m’entends, VIRE-MOI ce bouton « lecture aléatoire » et met juste un « lecture », ça parait logique non ? :)

Espérez-vous pouvoir faire un concert de sortie et en quoi est-ce important ?
Présenter son disque, sur lequel tu travailles en général presque une année entière, c’est un vrai soulagement, une vraie finalité dans toute cette démarche d’album. Ajoute à ça le fait au’un album « se défend » sur scène, et que c’est par la scène que la plupart du public va te découvrir et arriver vers le disque. Avec la pandémie beaucoup de gens dont moi on découvert un tas de groupe via leurs disques mais maintenant ça suffit, rendez-nous les concerts ! Rendez-nous la bamboche !

Quels souvenirs gardez-vous de vos concerts à Hong Kong et Macao et pourquoi ces destinations ?
Des souvenirs incroyables évidemment ! Nous y étions il y a 1 an tout juste. C’est dingue comme le peu d’insouciance que nous avions à cette époque là a disparu aujourd’hui…
C’était un rêve pour moi d’aller jouer en Asie un jour, aussi loin de chez moi. Nous sommes entrés en contact avec un groupe de Hong-Kong qui s’appelle Shumking Mansion et qu’on embrasse. Ils préparaient leur tournée en Europe à l’époque. Nous avons joué ensemble sur l’Île d’Yeu notamment et dès la fin de cette mini-tournée il était entendu que l’on venait les rejoindre chez eux en novembre et décembre prochain. Nous n’avons pas beaucoup réfléchi et nous avons foncé !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Un grand MERCI à toutes les personnes qui ont déjà donné pour notre projet Ulule ! Il reste encore 15 jours environ, jusqu’au 20 décembre à minuit, on y croit, tous ensemble faisons péter la banque ! ;-P
Merci à vous de parler de nous !

Merci à Parpaing Papier d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité sur Facebook.

PARPAING PAPIER - "Tester des Casques" (Clip officiel)

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam