Publicité

No Money Kids : l'album Factory

Maxime Lopes Par Le vendredi, 26 novembre 2021 à 16:05 0

Dans Culturel

No Money Kids sort son album Factory.

No Money Kids

Du rock lo-fi au blues électronique, No Money Kids défie les normes et nous embarque pour un road-trip électrique. Motels miteux, néons clignotants, souvenirs dans le rétroviseur, le duo fonce à vive allure sur une route oubliée, dévalée de nuit, l’horizon en cinémascope.

Inspirés autant par The Kills, Beck ou Sparklehorse, que par Junior Kimbrough et Robert Johnson, les kids sculptent un électro-blues addictif traversé par un rock rauque et vibrant.
Après 3 albums en 4 ans, une multitude de placements dans des films et séries et un neverending tour de près de 300 concerts (mis en pause par la pandémie) No Money Kids revient avec Factory, un nouveau long-format aux rythmes vertigineux, sans détours ni superflu.

Personnages en souffrance, sur la brèche, en instabilité sociale, affective, les Kids font vivre dans leurs textes la marge et les oubliés. Leur nouvel album Factory affole l’aiguille des sismographes et puise son inspiration dans l’univers industriel et ses usines vaporeuses, cathédrales du monde moderne.

Au sujet du titre Dear Friend

Des cordes de guitare électrique caressées au milieu d'interférences radio lointaines, No Money Kids nous présente "Dear Friend", une ballade indie-rock aérienne et nostalgique.

La voix susurrante, voilée et délicieusement lo-fi de Félix Matschulat semble lire une lettre ou un poème quelque part entre ciel et terre. 'Stuck here in the middle' sont d'ailleurs les premiers mots de cette ballade contemplative.

L'auteur nous précise qu'il a écrit cette chanson pour ses amitiés éloignées ou perdues, et  plus particulièrement  pour un  ami atteint de graves troubles psychiques. Redoutable de sensualité et de force, le rock hypnotique de 'Dear Friend' reste sur la brèche, en apesanteur, prêt à tomber d'un moment à l'autre. Une première sensation d'envolée pendant ces refrains enivrants, puis c'est carrément la chute pendant ce pont qui nous rappellera les sixties et les Beatles. Quelque part entre Radiohead, Sparklehorse et Eels, "Dear Friend" est un hymne indie marqué avant tout par l'univers singulier et contrasté de No Money Kids, qui se plaît à naviguer entre cris de colère et murmures de mélancolie.

NO MONEY KIDS // BROTHER [Official Video]

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam