Publicité

NEwTT prépare l'EP Above the eye

Après un premier EP, NewTT souhaite poursuivre son travail et proposer de nouvelles composition à son public dans un 2ème EP. L'occasion de découvrir l'univers du groupe alors qu'il est soutenu par les internautes...

NEwTT (crédit GAlly Yokosuka)

crédit visuel GAlly Yokosuka

Qui se cache derrière NEwTT et d'où vient l'idée de votre nom ?
Line-up actuel (et d’origine) : Lionel CHAM LAVERGNE (guitare) / Matthieu DANESIN  (batterie) / Murray LORD (Basse) et Julie CASTEL JORDY (Chant – theremine) On voulait ancrer le nom de ce projet dans un imaginaire fort, cinématographique. Un nom court, avec du sens. Lorsque je l’ai proposé, tout le monde a semblé être conquis assez spontanément. On a gardé.
Newt est le surnom de ‘Rébecca’ dans le film Aliens de James CAMERON. (NDR : chef d’œuvre absolu en terme d’action movie). Dans le film [pour les deux du fond qui dorment et seraient passés à côté] Newt est la seule survivante de l’attaque des xénomorphes. Pourtant, elle a tout contre elle. Petite, jeune, frêle, désarmée, affamée… Mais elle survit. J’aimais cette idée à priori antinomique. Elle devient de fait, malgré elle, un symbole. 2 « T » car New[espace]TT dans le jargon médical signifie New treatment « nouveau traitement ».
Au final, l’idée est donc de suggérer que la solution vient peut-être de ceux que nous n’entendons et ne voyons pas. Il s’agirait d’observer et d’écouter plus. C’est un nom à portée militante dans un contexte d’imaginaire cinématographique de genre que j’affectionne particulièrement.

Votre nom, NewTT, m'a l'éclair d'un instant fait penser à de l'électricité. Du coup votre musique elle est électrique ?
Nous avons appelé ce style du RockCore, cela sonne assez bien. Un mélange entre le hardcore américain et des sonorités très ‘rock’ moderne. Notre chanteuse évolue entre le hiphop, le growl, scandé, lyrique, voix claire et métal. C’est assez pratique cette capacité multicarte car ça nous permet vraiment de travailler les nuances. D’écrire des morceaux comme des histoires. On essaie de proposer une musique dynamique, intense, puissante, engagée (dans une certaine mesure) et surtout communicative en live.

Vous préparez un nouvel EP, peut-on en apprendre plus à son sujet et quel sera son univers ?
Nous avons vraiment affirmé notre style en terme de musique et notre ton sur les textes. Nos sujets sont très variés, sociaux, politiques, culturels... Nous avons passé énormément de temps à préproder cette session studio ce qui nous permis de prendre beaucoup de recul.
Au point que j’ai même fait une vidéo de comparatif entre amplis pour choisir celui que j’utilise actuellement. Avec Murray (bassiste) nous sommes presque repartis à zéro jusqu’à trouver LE son qui nous plaisait. Je pense que ce travail nous a également beaucoup aidé pour notre son live. Cet EP sera plus métal, plus tranchant, plus impactant avec des morceaux plus aboutis. Le 1er EP posait les fondations, avec le 2nd nous partons en exploration sur les bases que nous nous sommes fixées.

Comment composez-vous vos titres et sur quoi attachez-vous de l'importance ?
Généralement j’apporte l’ossature du morceau. Tout est pré-écrit avec une intention claire. Je la présente à Matthieu (batteur) et Murray (bassiste) avec lesquels nous revoyons tout pour pousser le matériau de base à son maximum. Ensuite, Julie et/ou Murray s’occupent des textes. La thématique est souvent également posée dès le départ mais ils ont carte blanche sur les lignes et le contenu du moment que le tout est cohérent à l’idée de base. Par chance, nous avons deux bilingues ça aide énormément pour être ‘juste’ car nous sommes un groupe anglophone.
J’accorde une très grande importance à la cohérence de ce que nous proposons. Je veille toujours à ce que nous restions bien dans le bon contexte que ça soit dans les textes ou la musique (fond et la forme). Ça en est presque une obsession. Mais je pense que c’est fondamental pour garantir que le projet soit correctement perçu par le public surtout s’il est néophyte. Mais tout ça est très subjectif.

Pour vous, que doit transmettre la musique ?
Ce qu’elle veut ? Ce qu’elle doit ? Je ne sais pas quoi répondre. Tout est possible du moment que l’auteur le désire. Ce qui m’angoisse profondément, c’est un projet musical vide de sens. Et il y en a vraiment beaucoup trop.
En ce qui nous concerne, je dirais que nous prônons certaines valeurs positives. Ça parait naïf mais pourtant, un rappel semble nécessaire. Nous ne nous permettons pas de donner des leçons mais par contre, nous affirmons haut et fort qu’il est fondamental de rester éveillé.
Eveillé au monde, aux enjeux, à ses propres valeurs, à la politique. Rester conscient et agir en conséquence. La passivité est le plus grand mal de notre temps. Levez la tête des écrans. Ne soyez pas dupes. Ne tombez pas non plus dans la paranoïa. Eduquez-vous, instruisez-vous, soyez curieux !

Souhaitez-vous nous parler de votre passage en studio ?
Tout s’est fait très naturellement. Nous avons voulu maintenir ce petit cocon de confort et ne travailler qu’avec des amis de confiance.
Les prises batterie ont été réalisées au Black pearl studio de Pierre ANCILOTTO (Tournefeuille - Toulouse). Pierre et Matthieu se connaissent bien et Pierre étant batteur, cela nous garantissait que du bon.
Ensuite nous avons pu faire les prises guitare / basse / chant et theremine avec Fred BADIA qui nous suit également sur les lives. Il nous connaît bien et sait toujours comment nous diriger pour obtenir le meilleur de nous-même. Personnellement, je ne fais plus rien sans lui. Nous le considérons quasiment comme le 5ème membre du groupe.
Pour finir nous faisons le mix et master au studio WAÏTI de Yannick TOURNIER (Toulouse) qui officiait jadis dans psykup, les motivés (entre autre). Il connait très bien nos influences. Il était la pièce manquante dans notre process de création de cet EP. Outre le fait que j’aime beaucoup ce monsieur, il est aussi très compétent.
Nous avons beaucoup de chance d’avoir tout ce petit monde avec nous. On leur doit beaucoup.

Parlez nous du titre SatNav Disaster... Trop peur de ce qui se passe au dessus de nos têtes et de se faire dicter notre route par un vulgaire GPS ?
C’est une idée farfelue et second degré de mettre en scène un personnage qui suit studieusement un gps et qui petit à petit se rend compte qu’il n’en a pas besoin pour au final se révolter. L’idée au-delà du décalage est de se convaincre que la meilleure voie à suivre est celle que l’on se trace. Et qu’il est parfois bon de s’évincer de toute technologie excessivement envahissante pour, encore une fois, rester éveillés.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif et quel serait l'argument pour convaincre de vous aider ?
Nous sommes un groupe autonome. Jusqu’à présent nous avons tout construit nous-même sans aucune aide financière. Nous avons financé le 1er EP. J’ai réalisé (quasiment) toutes les vidéos. Nous nous occupons du booking. Nous faisons tout par nous-même comme la plupart des groupes underground. C’est gage de liberté mais aussi très contraignant. Là concrètement nous avons voulu enfoncer le clou et produire un 2nd EP sans faire de compromis sur la qualité de production. Nous voulons aussi faire 2 nouvelles vidéos. Et tout cela demande du temps mais surtout des finances. Nous n’avons pas encore 2 ans d’existence et pourtant nous avons perçu beaucoup de bienveillance et de retours très positifs. Alors on s’est dit que peut être notre petite communauté pourrait nous aider. J+1 après le partage sur les réseaux sociaux nous avions atteint 50% de l’objectif. Grâce aux contributeurs nous pourrons encore être autonomes, être libres. J’espère de tout cœur que ce 2ème EP sera à la hauteur des attentes, nous faisons tout pour.

Qu'est ce qui vous a motivé à assembler votre nouveau projet au précédent EP [Log 312] pour les contributeurs ?
On a hésité mais le but est tout simplement de proposer un joli packaging raccord esthétiquement avec l’imaginaire que nous essayons de créer autour du groupe. Un digipack 7 titres c’est une bonne première pierre à l’édifice. Personnellement, je préfère acheter un 7 titre qu’un 3 titres si le groupe me plait pour avoir plus de matière. Je viens par ailleurs de découvrir l’artwork hier, il est (à mon sens) superbe et totalement raccord avec notre univers.
Mais au-delà de cet argument il y a aussi que ces 7 titres ont été composés dans un même état d’esprit et constituent un tout. Alors effectivement il s’agira de 2 productions différentes. Mais cela permet aussi de jouer cartes sur table. Rien que sur ces 2 EP, notre évolution sera palpable. Tant mieux. En toute honnêteté je pense que nous ne fonctionnerons que par EP. Cela nous permet d’évoluer beaucoup plus vite. De tester plus rapidement de nouvelles recettes. De prendre du recul plus rapidement.

Des clips sont-ils prévus et comment imaginez-vous leur univers visuel ?
Oui, j’ai deux vidéos claires dans ma tête mais cette fois je vais faire appel à des amis compétents. Pour les 2 prochaines vidéos, avec l’aide suscitée, je pense être du coup plus en mesure de réfléchir sur la mise en scène et moins sur la faisabilité technique. Ce qui nous permettra d’augmenter le niveau de la réalisation. Si en plus les moyens suivent grâce au Ulule. C’est gagné.
Les 2 prochaines vidéos entreront dans le cadre de ce que nous appelons le NCU [NEwTT Cinematic Universe] (boutade anti Marvel).
Depuis la publication de Satnav Disaster, toute vidéo sera partie d’un seul et même univers tangible fictif mais bien ancré dans notre quotidien. Tout en gardant le sens des réalités (nous ne sommes pas Warner), le but immédiat est de faire des vidéos qui illustrent le propos des textes avec une mise en scène simple, efficace et de bon ton. Pas facile. Mais les idées sont bonnes. J’ai hâte de m’y mettre.

Votre EP a-il déjà un nom ?
Oui il s’appellera Above the eye.
Extrait du titre Under The Eye référence au système fasciste de la série « La servante écarlate ».
Notre intro live décrit également une révolte avec des manifestants scandant « WE ARE THE PEOPLE ABOVE THE EYE ». Nous trouvons cette phrase forte. Elle illustre assez judicieusement nos propos sur ce nouvel EP.

En quoi la scène est importante pour vous et ferrez-vous une tournée pour ce nouvel EP ?
NEwTT est un groupe calibré pour le live. Nous faisons tout pour que notre intention et énergie soient communicatives.
Nous avons déjà commencé le tour 2020 – 2021 avec une date au Rio Grande de Montauban. D’autres dates arrivent petit à petit sur 2020 avec encore de bonnes premières parties de groupes internationaux. Nous avions déjà fait JINJER et HED p.e. de grands moments dans la vie de notre groupe. Toutes les informations seront bientôt publiées sur notre page Facebook.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Nous pensons sincèrement à notre petite échelle, nous pouvons faire passer des messages qui peuvent faire réfléchir. C’est une idée naïve mais qui pourtant a fait ses preuves. Le rock n roll a toujours et doit rester une musique revendicative.
NEwTT est un projet cathartique. Nous avons besoin de nous libérer. Nous avons beaucoup à dire et à faire. Ces 2 EP ne sont que le début.
Merci beaucoup à tous ceux qui nous ont déjà aidé. C’est un signal extrêmement encourageant pour nous. Nous ferons tout pour être à la hauteur des attentes.
Merci à toi pour l’interview.
Le CHAM pour \\NEwTT//

Merci à NEwTT d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

[NCU#1] - SATNAV DISASTER - \\NEwTT//

Musique interview

Tropical Mannschaft : l'EP Chapter 3 Tropical Mannschaft : l'EP Chapter 3
Après To Be Continued, sorti l'année dernière, Tropical Mannschaft est d&ea...
  Yannick Vicente : son artbook Papa
Yannick Vicente est illustrateur. Il va sortir prochainement son artbook Papa afin de présent...
Yannick Vicente : son artbook Papa

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire