Publicité

Neron : le single Mémo

  • Par
  • Le lundi, 27 mai 2019 à 17:45
  • Commentaires (0)
  • Dans Culturel

Neron dévoile le single Mémo en featuring avec Kapei.

Neron

Artiste ayant grandit avec la musique c’est pourtant bien plus tard que NERON s’en découvre une véritable passion.

Il se perfectionne ainsi rapidement dans l’écriture et la composition avec la volonté d’exprimer en musique ses pensées, ses ressentis et l’ensemble des émotions qui parcourent l’être humain.

NERON travaille alors sans répit afin de proposer une musique de qualité, propre à lui-même, alliant fond et forme.

C’est plus tard qu’il éprouve ensuite le désir d’oeuvrer à un premier essai intitulé Rage sorti en 2017 sur le site spécialisé en mixtapes : Haute Culture (toujours disponible).

Avide de faire découvrir sa musique au plus grand nombre, NERON enchaine les singles ainsi que les clips sur sa chaine YouTube, avec notamment les titres Cersei en 2017, Barrio et plus récemment Sales Draps en 2019. Communiquant sans relâche, une communauté de fans se forme et s’accroit dès lors de jours en jours.

Suite à sa rencontre avec KAPEI, lui aussi artiste, les deux compères décident un soir d’unir leur univers. De cette collaboration né Mémo, un titre fait à l’instinct et portant un message fort.

À ce sujet, l’artiste confie : « MEMO parle d’un sentiment de détresse, une noyade sans fin… Ce que l’on ressent quand on touche le fond. Quand on ne sait plus exprimer ses sentiments…
Ce titre nocturne a été pensé en voiture, à la simple écoute d’un « memo vocal » et d’une inspiration poussée à son paroxysme. Les épreuves de la vie ont d’autant plus donné de sens à ce projet. »

Enregistré et mixé par CrisDope (PNL, Damso, Niska ou encore 404Billy) ce titre aux sonorités planantes (« Cloud Rap ») est désormais disponible sur toutes les plateformes de streaming et téléchargement légal et se voit accompagné d’un clip sur Youtube à découvrir sans plus tarder.

Déterminé à ne pas s’arrêter là, NERON travaille dès à présent sur la suite de son projet musical, annonçant qu’une série de singles verront prochainement le jour…

Interview avec Neron

Qu'est ce qui vous a plu pour prendre le nom d'un empereur romain comme nom d'artiste ?
Je crois que j’ai su après l’avoir choisi qu’un empereur romain avait le même nom. Je me suis ensuite renseigné sur son histoire, que j’ai bien aimé d’ailleurs.
Ça ne m’a pas dérangé et j’ai gardé ce nom. Il devra s’y faire...

Comment avez-vous connu Kapei et peut-on en savoir plus sur la façon dont vous avez travaillé sur le single Mémo ?
Ma rencontre avec Kapei s’est faite sous le signe du hasard. J’ai invité quelqu’un à un événement auquel j’étais convié. Celui-ci est venu avec Kapei, un pote à lui. On a appris que l’un comme l’autre on faisait de la musique. On s’est fait écouter respectivement nos sons et on a bien accroché. Ce fameux mémo vocal, on l’a écouté le soir, en voiture. On savait que l’enregistrement avait du potentiel. Le soir même de cette même journée, je savais qu’on allait faire un featuring...
L’enregistrement étant de Kapei, sa partie était déjà prête mais il n’avait pas de refrain. Je m’en suis donc chargé en utilisant un morceau de texte que je n’avais jamais exploité mais qui collait parfaitement avec le morceau ! J’ai envoyé les paroles à Kapei mais je ne lui ai pas fait écouter, je voulais qu’il découvre ma partie au studio. Une session d’enregistrement a suffit et ce fut très rapide. On a chacun posé nos parties et on a directement été fiers du résultat. On savait qu’on détenait un gros titre.

Ce titre vous est venu en écoutant un mémo en voiture, généralement comment vous vient votre inspiration et comment composez-vous vos titres ?
L’inspiration vient de partout. En marchant dans la rue, sous la douche, en plein sommeil. Ce qui est le plus dur, c’est de maintenir l’idée ou l’inspiration, surtout quand elle apparaît à un moment inappropriée. J’écris souvent des phrases, même sans instru, mais la plupart du temps, j’écris après avoir trouvé le beat. C’est lui qui me donne la ligne directrice du titre, je marche au feeling !

Mémo délivre un message fort, sur quoi attachez-vous le plus en composant un titre ?
L’émotion. J’essaie d’en mettre autant que possible et de rester vrai vis à vis de moi-même.

Comment se sont passés les enregistrements avec CrisDope et comment abordez-vous l'étape du passage en studio ?
Je connais CrisDope depuis maintenant 3 ans, même si on se fréquente que lors de sessions d’enregistrement. C’est quelqu’un d’ultra compétent et à l’écoute. A force d’avoir réalisé des titres ensembles, on a nos habitudes. Le studio est pour moi un réel plaisir, j’y suis dans mon élément. Mais ça reste du boulot donc je ne fais pas n’importe quoi en studio, je n’y vais pas pour me détendre. Quand j’y suis c’est dans une démarche très sérieuse, même si on peut avoir quelques instants de rigolade ! De plus, je n’aime pas quand il y a du monde. J’aime être seul ou en cercle restreint lors du processus créatif.

Peut-on en savoir plus sur le tournage du clip de Mémo ?
Le tournage s’est fait dehors, de nuit, assez rapidement. On avait déjà une idée de ce qu’on voulait donc tout était assez clair dans nos têtes. Le lieu de tournage a été modifié quelques jours avant mais c’était pour le mieux au final. C’est un lieu où beaucoup de clips ont été tournés mais on a essayé d’aller à des endroits qui ne l’évoquerait pas du tout ! Je crois que le pari est réussi. On est très satisfaits du clip et on savait le soir même qu’on aurait de belles images.

Vous avez déjà sorti plusieurs clips, selon vous quelle place occupe l'image dans la musique de nos jours ?
De nos jours, la musique s’écoute presque autant qu’elle se regarde. Les artistes mettent le paquet dans leurs visuels quitte à s’inventer un style qui n’est pas le leur. J’aime le fait de donner de l’importance à l’image, ça ouvre des voies comme le cinéma par exemple, mais d’un autre, ça incite à devoir en faire toujours plus, quitte à tomber dans la surconsommation et négliger la qualité parfois par manque d’idée.

Qu'avez-vous écrit sur votre dernier Mémo ?
J’ai fait un yaourt, une topline sur un son qui parle d’une relation entre un mec et une meuf.

D'autres singles verront le jour prochainement, est-il possible d'en savoir plus à leur sujet ?
J’en ai tout un régiment de prêt et le problème c’est qu’à côté de ça je suis très productif. J’ai du mal à m’arrêter au dernier single enregistré car je veux directement passer à la suite et faire mieux ! Actuellement j’essaie toutefois de ralentir le studio et de me concentrer sur les clips, je veux balancer du visuel afin que les gens cernent mieux mon univers.

Qu'appréciez-vous dans la relation avec vos fans et aurez-vous l'occasion de les rencontrer prochainement en concert ?
Actuellement, dire que j’ai des fans serait prétentieux et puis j’aime pas trop ce terme. Mais j’ai quelques gens qui me soutiennent, je ne sais pas si on peut parler de communauté mais ils me donnent énormément de force. J’essaie rendre la pareille en leur offrant de la qualité ! Prochainement, je ne sais pas, mais je suis prêt à faire des concerts, j’attends que ça !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Restez à l’affût et parlez de NERON partout autour de vous. On va brûler ça !

Merci à Neron d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Neron X Kapei - MEMO

Musique

Lossa2Squa présente l'album Dans ma debiel Lossa2Squa présente l'album Dans ma debiel
Les Lossa2Squa sortent le 3 mai 2019 leur premier EP digital nommé Dans ma Débiel (sig...
  Roland-Garros : des matches en 8K grâce à la 5G
Première retransmission en direct des matches en 8K grâce à la 5G, expéri...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire