Publicité

Nerlov "vous aime tous" dans son EP

Après quinze ans de carrière, la trentaine tout juste entamée, il était temps de se mettre à nu. Florent Vincelot, Sagittaire, né au Mans, élevé à Angers, où il réside encore, a déjà un CV musical long comme le bras, mais s’offre aujourd’hui un nouveau départ sous le nom de Nerlov. L'occasion de découvrir son EP Je vous aime tous.

Nerlov

Pouvez-vous nous présenter votre EP Je vous aime tous ?
C’est mon premier EP sous mon nom Nerlov. Il s’appelle Je vous aime tous, comme le titre d’un morceau de l’EP. C’est une technique d’auto-persuasion ! Et j’avais sorti mon 1er Album avec VedeTT qui s’appelait Tuer les gens. Je cherche un genre d’équilibre…

Dans quelles conditions avez-vous composé cet EP et quelles ont été vos sources d'inspirations ?
L’EP, et en fait tout le projet, est né de la rencontre avec Atom (C2C, Parrad, Beat Torrent), lorsque je suis allé en studio pour enregistrer un featuring sur l’album de REZINSKY. Il réalisait le disque. Suite à ça, il m’a invité à chanter sur deux morceaux pour PARRAD et ensuite, on a continué à faire des sessions chez lui dans son studio et on a fait plein de morceaux.
Les sources d’inspirations sont vraiment très nombreuses et variées. On a, lui comme moi, digéré des années de musique.
Donc pas vraiment de groupe en particulier n’a inspiré cet EP. Plus une envie et une ambiance globale.

Quels ont été vos choix sur la partie instrumentale ?
Le principe est simple. Soit on part de morceaux à lui (ou à eux avec PARRAD), soit on part de morceaux à moi. Ensuite on se fait une session, on remet tout à plat et on ré-arrange le morceau de A à Z. Ce qui permet d’avoir des choses très variées et à la fois cohérentes. Ça nous permet aussi de faire intervenir d’autres producteurs, quand ces derniers sont ok pour qu’on déconstruise tout leur travail ! Haha. Mais en général, ils s’y retrouvent car ça correspond quand même au morceau de base. Sinon on ne l’aurait pas choisi. CQFD.

Il parait que vous refusez l'auto censure. Qu'est ce que cela signifie et avez-vous un exemple à nous donner ?
Ah ? Oui en un sens, mais c’est très subjectif quand même. J’essaie de ne rien m’interdire quand j’écris, donc ça donne des textes crus parfois, mais quand même, il y a toujours une limite. Les exemples sont dans les chansons. haha

Peut-on en savoir plus sur le titre Je ne suis pas juge ?
Je ne suis pas juge fait parti des morceaux que j’ai composé justement. Ce qui me plait particulièrement dans ce track, ce sont les accords de basse. J’ai fais plein de morceaux avec ce tips là. Mais ils sont encore sur mon ordi. J’ai envie d’en sortir d’autres. C’est original et j’entends rarement cette sonorité. Mêlé à une rythmique chaloupée mélancolique, c’est du plus bel effet je trouve.
Pour le texte, tout est dans le titre. Je pense pas être légitime pour juger les gens qui m’entourent, et je pense que personne ne l’est… Même si, de toute évidence, on passe notre temps à le faire. C’est naturel. Derrière cette phrase, j’entends que je cherche plus à comprendre qu’à condamner.

Vous avez partagé un titre avec Stav en duo. Comment se sont passés vos échanges et comment a-il accueilli votre proposition ?
Stav est un pote de Lycée. On a commencé la musique au même moment je pense, mais on ne s’est jamais rapproché artistiquement jusqu’au jour où il m’a invité sur l’album de REZINSKY. On se voit régulièrement dans la vie, on est super potes. C’était chouette comme session, parce que Stav bosse aussi avec Atom, alors on se connait bien tous les trois. C’était facile. On a essayé de l’emmener dans un registre qui change, avec une voix plus basse, plus froide. Perso, j’adore son couplet !

Que souhaitez-vous transmettre avec votre EP ?
L’amour, la fin du monde. L’amour avant la fin du monde. L’amour de la fin du monde.

Quelle était l'ambiance en studio pour enregistrer Je vous aime tous ?
Ça s’est fait en plein de petites sessions de 2/3 jours. A chaque fois c’est pareil. On s’enferme, on bosse, à 18h, je vais chercher des bières et on continue à bosser jusqu’à tard dans la nuit. Et quand on est épuisé, qu’on a plus de force et plus de recul, on reprend une bière et on se fait découvrir des groupes qu’on aime bien.
Et deux fois par jour, on dévore les super plats de la copine d’Atom.

Du coup, est-ce qu'on peut dire que cet EP a été fait avec amour et qu'on est dans la meilleur période pour transmettre cet amour ?
On peut oui… on peut.

Quels ont été vos choix pour la pochette de l'EP Je vous aime tous ?
L’idée c’était de faire simple et efficace. J’ai (j’avais) une coiffure assez cool (avant qu’on ai tous la même) et une GROSSE moustache. On a clairement visé la communauté LGBT avec cette cover.

Jeu de mots : approuvez-vous qu'évidemment vous n'êtes pas juge pour ceux qui dégénèrent sur une piste noire ?
Evidemment.

Souhaitez-vous nous partager un souvenir de vos débuts en musique, lorsque vous étiez ado ?
Avant de faire de la basse et d’en acheter une, parce que personne ne voulait jouer de cet instrument dans le groupe, je ne savais pas ce que c’était (J’étais le chanteur. C’est à dire, le plus beau gosse du groupe, mais rarement le plus malin). Je ne voyais pas la différence avec une guitare. Pour ma défense, je n’écoutais que du métal. Et la basse dans le métal… Il faut reconnaitre que ça se confond pas mal dans le gras des grosses guitares saturées.

Que représente pour vous un bon concert et comment vous sentez-vous sur scène ?
Un bon concert, c’est quand les gens sont restés jusqu’à la fin !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Aimez-vous les uns les autres. Pour ma part… « Je vous aime tous » ! Et BIM, générique de fin !!

Merci à Nerlov d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Nerlov - Dégénéré (official video)

A propos de Nerlov

Le surnom de Nerlov, drôle d’anagramme distordu, remonte aux années lycée. C’est par les Deftones et le métal qu’il tombe amoureux de la musique, apprise en autodidacte avec les copains et les cousins. La guitare basse lui éduque l’oreille autant que son expérience dans un groupe baptisé H-Ora. A 16 ans, il monte déjà sur scène et enregistre une poignée de disques… Avec le temps, il s’ouvre à d’autres genres musicaux… VedeTT prend forme lorsque Florent dépasse ses 20 ans, sur des bases électroniques. Très vite, il reprend sa basse et le micro, va chercher du côté de la pop. En 2015, sort l’album Tuer les gens, tandis qu’il s’illustre aussi dans les formations Sheraf et San Carol. Il y a quelques mois, Rezinsky l’invite sur son morceau Nuage, au cours duquel Florent rencontre le producteur et compositeur Atom (C2C) qui réalise son album et le fait intervenir sur deux morceaux de son projet Parrad. Ils se retrouvent dès lors dans le studio d’Atom, près de Nantes, se soumettant mutuellement des morceaux. De ce ping-pong naît Nerlov, projet solo et profondément personnel où Florent (aux guitares, aux claviers, aux micros, aux arrangements, etc.) s’entoure uniquement sur scène de Simon Garnier, batteur de Vedett et San Carol.

Se méfiant de la poésie métaphorique et imagée, Nerlov privilégie les paroles directes. Une manière de traiter l’adversité, y compris intérieure, un exutoire musical qui sert aussi à panser les blessures.

Inscrivez-vous à la newsletter de Divertir !

Recevez gratuitement chaque mois l'actualité culturelle sur votre boite e-mail.

Désinscription possible à tout moment en 1 clic. Vos données ne sont pas cédées ou revendues.

Cliquez ici pour vous inscrire maintenant !

Musique interview

Aurélie Laffont prépare l'EP Combat d'amour Aurélie Laffont prépare l'EP Combat d'amour
Découvrez l'univers d'Aurélie Laffont, à travers un détour de so...
  Bande originale du film Queen Marie of Romania
Découvrez la musique du film Queen Marie of Romania (la reine Marie de Roumanie), compos&eacu...
Bande originale du film Queen Marie of Romania

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire